Information for healthcare professionals Print


Ponstan®

Pfizer AG

Composition

Principes actifs

Acidum mefenamicum.

Excipients

Gélule

Gelatinum, lactosum monohydricum 77.61 mg, natrii laurilsulfas (corresp. 0.1 mg natrium), indigotinum, titanii dioxidum, ferrum oxydatum flavum, ferrum oxydatum nigrum, lacca, propylenglycolum.

Teneur en sodium par gélule: 0.1 mg.

Suppositoire

Adeps solidus.

Comprimé pelliculé

Cellulosum microcristallinum, maydis amylum, methylcellulosum, natrii laurilsulfas (corresp. 0.2 mg natrium), silica colloidalis, magnesii stearas, talcum, hypromellosum, polyethylenglycolum 6000, titanii dioxidum, ferrum oxydatum flavum, vanillinum.

Teneur en sodium par comprimé pelliculé: 0.2 mg.

Forme pharmaceutique et quantité de principe actif par unité

Gélule

1 gélule contient 250 mg d'acide méfénamique. Gélule de gélatine dure, opaque, de couleur jaunâtre sur la partie inférieure et de couleur bleu clair sur la partie supérieure, portant l'inscription «Parke Davis» en noir sur les deux côtés de la gélule.

Suppositoire

Suppositoire à 125 mg: 1 suppositoire contient 125 mg d'acide méfénamique. Suppositoire en forme de torpille, de couleur blanc à blanc crème.

Suppositoire à 500 mg: 1 suppositoire contient 500 mg d'acide méfénamique. Suppositoire en forme de torpille, de couleur blanc à blanc crème.

Comprimé pelliculé

1 comprimé pelliculé contient 500 mg d'acide méfénamique. Comprimé pelliculé ovale, biconvexe, de couleur jaune pâle.

Indications/Possibilités d’emploi

Douleurs aiguës et chroniques, particulièrement celles provoquées par les affections rhumatismales, myalgies, douleurs au niveau de la colonne vertébrale (lésions discales, syndrome scapulo-cervical, etc.), douleurs postopératoires, douleurs provoquées par des blessures ainsi que céphalées, douleurs dentaires (en particulier les douleurs consécutives à des extractions dentaires) et otalgies.

Dysménorrhée primaire.

Hyperménorrhée dysfonctionnelle ou hyperménorrhée provoquée par un stérilet (IUD) après exclusion des causes organiques au niveau du bassin.

En outre, Ponstan peut être utilisé pour le traitement des infections grippales agissant simultanément comme antipyrétique et analgésique, ainsi que pour le traitement symptomatique d'autres maladies infectieuses fébriles, en particulier lorsqu'elles sont localisées au niveau des voies respiratoires supérieures.

Posologie/Mode d’emploi

Il convient d'administrer Ponstan à la dose efficace la plus faible et sur une période aussi courte que possible.

Posologie usuelle

Ponstan sous forme de comprimés pelliculés et gélules: En règle générale, les adultes et les adolescents de plus de 14 ans prennent 3×1 comprimé pelliculé ou 3×2 gélules de Ponstan par jour pendant les repas. Selon les besoins, cette posologie peut être diminuée ou augmentée. La dose quotidienne à ne pas dépasser est de 2.0 g (= 4 comprimés pelliculés ou 8 gélules).

Ponstan sous forme de suppositoires: La posologie usuelle est de 3×1 suppositoire à 500 mg par jour. Dans des cas isolés, l'administration à long terme des suppositoires de Ponstan peut provoquer des irritations locales. En conséquence, il est recommandé de ne pas administrer les suppositoires de Ponstan pendant plus de 7 jours consécutifs.

Instructions posologiques particulières

Enfants et adolescents

Enfants âgés de 6 mois à 14 ans: par voie orale (gélules): dose unitaire d'environ 6.5 mg/kg de poids corporel; par voie rectale (suppositoires): dose unitaire de 12 mg/kg de poids corporel.

Les enfants ne doivent être traités par l'acide méfénamique que pour une courte durée, sauf dans le traitement de la maladie de Still.

Schéma posologique pour les enfants

Poids corporel
(kg)

Âge
(années)

Gélules à 250 mg par jour

Suppositoires à 125 ou 500 mg par jour

6-10

½

-

2(-3)× 1 à 125 mg

10-15

1-3

-

3× 1 à 125 mg

15-22

3-6

-

4× 1 à 125 mg

22-32

6-9

-

1(-2)× 1 à 500 mg

32-47

9-12

2(-3)× 1

2× 1 à 500 mg

47-57

12-14

3× 1

3× 1 à 500 mg

 

Contre-indications

Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients selon «Composition».

Antécédents de bronchospasme, d'urticaire ou de symptômes semblables à une manifestation allergique après prise d'acide acétylsalicylique ou d'autres anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Troisième trimestre de grossesse et allaitement (voir «Grossesse, Allaitement»).

Ulcères gastriques et/ou duodénaux actifs ou saignements gastro-intestinaux.

Maladies intestinales inflammatoires telles que maladie de Crohn ou colite ulcéreuse.

Troubles sévères de la fonction hépatique (cirrhose du foie et ascite).

Insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <30 ml/min).

Insuffisance cardiaque sévère (NYHA III-IV).

Traitement de douleurs post-opératoires après un pontage coronarien (ou après utilisation d'une machine cœur-poumons).

Mises en garde et précautions

Effets gastro-intestinaux

Des inflammations, des ulcérations, des hémorragies et des perforations gastro-intestinales peuvent être observées chez des patients traités avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sélectifs de la COX-2 ou non. Ces effets indésirables peuvent survenir à tout moment, sans signes annonciateurs ni antécédents connus. Pour réduire ce risque, il convient donc d'administrer la dose efficace la plus faible, pendant une durée de traitement aussi courte que possible.

Les patients présentant le risque le plus élevé de survenue de complications gastro-intestinales sont les patients âgés, les patients atteints d'affections cardio-vasculaires, les patients prenant en plus des antiagrégants plaquettaires tels que l'acide acétylsalicylique (voir «Contre-indications» et «Interactions»), les patients consommant de l'alcool et les patients ayant présenté des affections gastro-intestinales telles qu'ulcérations, hémorragies ou affections inflammatoires. Ponstan ne devra donc être utilisé qu'avec prudence chez ces patients.

Il convient également d'éviter la prise concomitante d'acide méfénamique et d'autres AINS systémiques (y compris les inhibiteurs de la COX-2) ainsi que d'anticoagulants oraux, de corticostéroïdes ou d'inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) (voir «Interactions») en raison du risque accru d'effets secondaires au niveau du tractus gastro-intestinal.

Le traitement doit être arrêté si des diarrhées persistantes, des hémorragies ou des ulcérations gastro-intestinales surviennent chez des patients recevant de l'acide méfénamique.

Effets cardiovasculaires

Des études contrôlées contre placebo ont mis en évidence pour certains inhibiteurs sélectifs de la COX-2 une augmentation du risque de complications cardio-vasculaires et cérébro-vasculaires thrombotiques. Cependant, on ignore pour l'heure si ce risque est en corrélation directe avec la sélectivité COX-1/COX-2 des AINS. Il est possible qu'il existe un risque similaire avec tous les AINS. Étant donné qu'aucune donnée issue d'études cliniques comparables n'est actuellement disponible pour l'acide méfénamique à la posologie maximale et dans le cadre d'un traitement à long terme, une augmentation analogue du risque ne peut être exclue. Par conséquent, dans l'attente de telles données, l'acide méfénamique ne doit être administré qu'après évaluation minutieuse du rapport bénéfice/risque en cas de maladie coronaire avérée, de maladies cérébrovasculaires, d'artériopathies oblitérantes périphériques ou aux patients présentant d'importants facteurs de risques cardio-vasculaires (p.ex. hypertension, hyperlipidémie, diabète sucré, tabagisme). Tenant compte de ce risque, il convient d'administrer la dose efficace la plus faible, pendant une durée de traitement aussi courte que possible.

L'augmentation relative du risque d'accidents cardiovasculaires (CV) semble être similaire chez les patients présentant ou non des maladies et/ou des facteurs de risque CV. En revanche, en ce qui concerne l'incidence absolue, le risque pourrait être accru pour les patients présentant des maladies et/ou des facteurs de risque CV en raison de la fréquence de base augmentée chez ces patients.

Effets rénaux

Les effets rénaux des AINS incluent la rétention hydrique avec œdèmes et/ou hypertension artérielle. Chez les patients présentant des troubles de la fonction cardiaque et d'autres états qui les prédisposent à la rétention hydrique, l'acide méfénamique ne doit donc être utilisé qu'avec prudence. Celle-ci est également de rigueur chez les patients qui prennent simultanément des diurétiques ou des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine et en cas de risque élevé d'hypovolémie.

Dans de rares cas, les AINS, y compris l'acide méfénamique, peuvent provoquer une néphrite interstitielle, une glomérulite, une nécrose papillaire ou un syndrome néphrotique. Les AINS inhibent la synthèse des prostaglandines rénales, qui participent au maintien de la perfusion rénale chez les patients dont le flux sanguin rénal et le volume circulant total sont diminués. Chez ces patients, l'administration d'un AINS peut déclencher une insuffisance rénale manifeste, généralement réversible jusqu'à un retour à l'état initial après l'interruption du traitement. Les insuffisants cardiaques, les patients souffrant d'une insuffisance hépatique, d'un syndrome néphrotique ou d'une affection rénale manifeste sont particulièrement à risque de développer de telles réactions. Ces patients seront soigneusement surveillés pendant tout le traitement par AINS.

Réactions cutanées

Des réactions cutanées sévères ont été rapportées dans de très rares cas en relation avec la prise d'AINS, y compris l'acide méfénamique. Il s'agissait notamment de syndrome DRESS (Drug Reaction with Eosinophilia and Systemic Symptoms), de dermatite exfoliative, de syndrome de Stevens-Johnson et de nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell) ayant parfois connu une issue fatale. Le risque de présenter de tels événements semble prédominer en début de traitement: dans la majorité des cas, ces effets indésirables ont débuté au cours du premier mois de traitement. L'acide méfénamique doit être interrompu dès la première apparition de rougeurs cutanées (rash), de lésions des muqueuses ou de tout autre signe d'hypersensibilité.

Effets hématologiques

Comme les autres AINS, l'acide méfénamique inhibe l'agrégation plaquettaire et prolonge ainsi le temps de saignement; il faudra tenir compte de ce fait lors de la détermination du temps de saignement. Une surveillance attentive s'impose chez les patients présentant des troubles de la coagulation.

Des contrôles réguliers de la formule hématologique et de la fonction rénale doivent être effectués lors d'un traitement à long terme par Ponstan. Ces recommandations sont particulièrement valables pour les patients présentant une limitation rénale préexistante ainsi que pour les patients âgés.

Remarques particulières

L'acide méfénamique doit être administré avec prudence chez les patients supposés ou identifiés comme étant des métaboliseurs lents du CYP2C9 (par l'anamnèse ou l'expérience acquise avec d'autres substrats du CYP2C9): en raison de la clairance métabolique réduite, ces patients peuvent présenter des taux plasmatiques très fortement augmentés (voir «Pharmacocinétique»).

Ponstan doit également être utilisé avec prudence chez les patients présentant des troubles de la fonction hépatique ou une épilepsie.

Excipients revêtant un intérêt particulier

Ponstan sous forme de gélules contient du lactose monohydraté (77.61 mg par gélule). Les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit total en lactase ou un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose (maladies héréditaires rares) ne doivent pas prendre ce médicament.

Ponstan sous forme de gélules et de comprimés pelliculés contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par gélule, resp. par comprimé pelliculé, c.-à-d. qu'il est essentiellement «sans sodium».

Interactions

Acide acétylsalicylique

L'acide méfénamique interfère avec l'effet d'agrégation plaquettaire de l'acide acétylsalicylique (AAS) à faible dose et peut donc interagir avec le traitement préventif des affections cardiovasculaires par l'ASS.

Antidiabétiques

Selon certains rapports, les AINS influencent l'action des antidiabétiques oraux. La prudence est donc de rigueur en cas d'administration concomitante d'acide méfénamique et d'antidiabétiques oraux ou d'insuline.

Anticoagulants

L'acide méfénamique évince la warfarine de sa liaison aux protéines, ce qui potentialise l'effet anticoagulant des anticoagulants de type warfarine.

La prise concomitante d'AINS, y compris d'acide méfénamique, et d'anticoagulants oraux augmente le risque d'hémorragies gastro-intestinales et non gastro-intestinales; la prudence est donc de mise. Cela concerne les anticoagulants de type warfarine, mais aussi ceux de nouvelle génération comme l'apixaban, le dabigatran et le rivaroxaban. Il convient donc de surveiller l'anticoagulation en cas d'association d'acide méfénamique et d'anticoagulants oraux.

Antihypertenseurs, y compris diurétiques, inhibiteurs de l'ECA, antagonistes de l'angiotensine II et bêtabloquants

Les AINS peuvent diminuer l'efficacité des diurétiques et d'autres antihypertenseurs.

Chez les patients atteints d'un trouble de la fonction rénale (p.ex. patients âgés ou déshydratés avec diminution de la fonction rénale), la prise concomitante d'inhibiteurs de la cyclo-oxygénase et d'inhibiteurs de l'ECA ou d'antagonistes de l'angiotensine II ou de diurétiques peut aggraver la fonction rénale. Il existe même un risque d'insuffisance rénale aiguë toutefois généralement réversible.

Il convient de penser à la possibilité de telles interactions dans tous les cas de traitements associant la prise de l'acide méfénamique avec ces antihypertenseurs.

La prudence est donc de mise, surtout chez les patients âgés, lors de l'administration simultanée de ces principes actifs. Les patients devront être suffisamment hydratés et la fonction rénale devra être régulièrement surveillée, aussi bien au début qu'en cours de traitement.

Ciclosporine

En raison de leur effet sur les prostaglandines rénales, les AINS tels que l'acide méfénamique peuvent augmenter le risque de néphrotoxicité de la ciclosporine.

Corticostéroïdes

Risque accru d'ulcérations ou d'hémorragies gastro-intestinales.

Lithium

L'acide méfénamique augmente la concentration plasmatique du lithium et diminue la clearance rénale du lithium. D'éventuels signes de toxicité du lithium devront soigneusement être recherchés chez les patients recevant simultanément de l'acide méfénamique et du lithium.

Méthotrexate

La prudence est de rigueur lors de l'administration concomitante d'AINS, tels que l'acide méfénamique, et de méthotrexate, car l'utilisation d'AINS peut entraîner une augmentation des taux plasmatiques de méthotrexate.

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)

L'administration concomitante d'AINS systémiques (y compris d'acide méfénamique) peut augmenter le risque d'hémorragies gastro-intestinales (voir «Mises en garde et précautions»).

Tacrolimus

L'administration concomitante d'AINS et de tacrolimus implique une possible augmentation du risque de néphrotoxicité.

Grossesse, allaitement

Grossesse

L'inhibition de la synthèse de la prostaglandine peut avoir une incidence négative sur la grossesse et/ou sur le développement embryonnaire. Selon certaines données tirées d'études épidémiologiques, l'administration d'inhibiteurs de la synthèse de la prostaglandine au début de la grossesse accroît en effet le risque de fausses couches, de malformations cardiaques et de gastroschisis. On présume que ce risque est proportionnel à la dose administrée et à la durée du traitement.

Chez les animaux, il est prouvé que l'administration d'inhibiteurs de la synthèse de la prostaglandine entraîne une augmentation des pertes pré- et post-implantatoires ainsi que de la létalité embryo-fœtale. En outre, une incidence accrue de différentes malformations, y compris cardiovasculaires, a été observée chez les animaux qui avaient reçu un inhibiteur de la synthèse de la prostaglandine pendant la phase de l'organogenèse.

Pendant les premier et deuxième trimestres de la grossesse, un traitement à base d'acide méfénamique ne doit être administré qu'en cas de nécessité absolue. S'il y a lieu de prescrire de l'acide méfénamique à une femme qui tente de débuter une grossesse ou qui en est au premier ou au deuxième trimestre de sa grossesse, la dose doit être aussi faible et la durée du traitement aussi courte que possible.

L'acide méfénamique est contre-indiqué pendant le troisième trimestre de la grossesse. Tous les inhibiteurs de la synthèse de la prostaglandine peuvent:

·exposer le fœtus aux risques suivants:

·toxicité cardio-pulmonaire (avec fermeture prématurée du canal artériel et hypertension pulmonaire);

·trouble de la fonction rénale pouvant progresser jusqu'à l'insuffisance rénale et l'oligohydramniose;

·exposer la mère et l'enfant aux risques suivants:

·allongement potentiel du temps de saignement, un effet antiagrégant plaquettaire pouvant survenir même après administration de doses très faibles;

·inhibition des contractions utérines retardant ou allongeant l'accouchement.

Allaitement

L'acide méfénamique passe dans le lait maternel avec un risque d'effets secondaires pour le nourrisson. C'est pourquoi l'allaitement doit être interrompu pendant la prise de Ponstan.

Fertilité

L'utilisation d'acide méfénamique peut avoir un impact négatif sur la fertilité féminine et n'est dès lors pas recommandée aux femmes qui envisagent une grossesse. L'arrêt des traitements à base d'acide méfénamique doit être envisagé chez les femmes qui ne parviennent pas à débuter une grossesse ou qui doivent se soumettre à des examens pour des problèmes d'infertilité.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

L'effet de l'acide méfénamique sur l'aptitude à la conduite ou à l'utilisation de machines n'a pas fait l'objet d'études systématiques. Toutefois, en raison des éventuels effets indésirables tels que l'endormissement et la fatigue, la prudence est de rigueur.

Effets indésirables

Les effets indésirables sont regroupés par classes d'organe et par fréquence selon les définitions suivantes: «très fréquents» (≥1/10); «fréquents» (≥1/100 à <1/10); «occasionnels» (≥1/1000 à <1/100); «rares» (≥1/10'000 à <1/1000); «très rares» (≤1/10'000); «inconnus»: annonce spontanée provenant de la surveillance post-marketing.

Affections hématologiques et du système lymphatique

Très rares: modifications de la formule sanguine (leucopénie, anémie hémolytique auto-immune, anémie aplasique, agranulocytose, purpura, éosinophilie, thrombopénie, pancytopénie, aplasie médullaire, diminution de l'hématocrite).

Inconnus: inhibition de l'agrégation plaquettaire.

Affections du système immunitaire

Rares: manifestations allergiques comme œdèmes allergiques, bronchospasmes allant jusqu'à des réactions anaphylactiques; voir aussi les données sous «Affections de la peau et du tissu sous-cutané».

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Rares: intolérance au glucose chez les diabétiques, hyponatrémie.

Affections du système nerveux

Rares: céphalées, vertiges, endormissement, fatigue, insomnie, nervosité, dépression, convulsions, méningite aseptique.

Affections oculaires

Rares: troubles visuels (vision floue), irritations oculaires, perte réversible de la vision des couleurs.

Affections de l'oreille et du labyrinthe

Rares: otalgies, acouphènes.

Affections cardiaques

Rares: palpitations cardiaques, insuffisance cardiaque.

Affections vasculaires

Rares: hypotension, hypertension.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Rares: asthme, dyspnée.

Affections gastro-intestinales

Fréquents: diarrhées, douleurs abdominales, nausées, vomissements.

Occasionnels: anorexie, colite, constipation, entérocolite, flatulences, ulcères gastro-intestinaux (avec ou sans saignement occulte et perforation dans des cas isolés), brûlures d'estomac.

Rares: pancréatite, stéatorrhée.

Inconnus: inflammations gastro-intestinales.

Affections hépatobiliaires

Rares: ictère, hépatite, syndrome hépatorénal, hépatotoxicité modérée, troubles de la fonction hépatique.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Occasionnels: perspiration, urticaire, prurit, rash.

Rares: angioœdème, œdème laryngé, œdème de la face.

Très rares: syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell), érythème polymorphe.

Inconnus: dermatite exfoliative.

Affection du rein et des voies urinaires

Très rares: dysurie, insuffisance rénale y compris nécrose papillaire, néphrite interstitielle aiguë avec hématurie et/ou protéinurie, troubles de la fonction rénale, rétention liquidienne et sodique.

Inconnus: glomérulonéphrite, syndrome néphrotique.

Troubles généraux

Inconnus: hypothermie (chez des patients pédiatriques).

L'annonce d'effets secondaires présumés après l'autorisation est d'une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d'effet secondaire nouveau ou grave via le portail d'annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Un surdosage peut provoquer des convulsions généralisées ou des contractions musculaires, qui répondent à l'injection intraveineuse de diazépam.

La survenue d'une insuffisance rénale aiguë et d'un coma a été rapportée. Traitement: vidange de l'estomac par lavage ou vomissement provoqué, puis administration de charbon activé tout en surveillant les fonctions vitales du patient.

Le recours à l'hémodialyse n'est pas d'une grande utilité en raison de la liaison élevée de l'acide méfénamique et de ses métabolites aux protéines plasmatiques.

Propriétés/Effets

Code ATC

M01AG01

Mécanisme d'action

Le principe actif de Ponstan est l'acide méfénamique, un antirhumatismal non stéroïdien, qui, outre ses effets analgésiques, possède des propriétés anti-inflammatoires et fébrifuges. L'activité de l'acide méfénamique repose essentiellement sur une inhibition de la synthèse des prostaglandines.

Pharmacodynamique

Voir «Mécanisme d'action».

Efficacité clinique

Aucune donnée.

Pharmacocinétique

Absorption

Après administration orale, l'acide méfénamique est rapidement absorbé. Le taux d'absorption est supérieur à 70%. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes entre 1 et 3 h après l'administration. L'évolution des taux plasmatiques indique une cinétique linéaire dose-dépendante.

Distribution

L'acide méfénamique est lié à plus de 90% aux protéines plasmatiques et peut traverser la barrière placentaire. Moins de 1% de la concentration sérique est retrouvée dans le lait maternel.

Métabolisme

L'acide méfénamique est essentiellement métabolisé dans le foie via le cytochrome P450 CYP2C9. L'acide méfénamique doit être administré avec prudence chez les patients supposés ou identifiés comme étant des métaboliseurs lents du CYP2C9 (par l'anamnèse ou l'expérience acquise avec d'autres substrats du CYP2C9): en raison de la clairance métabolique réduite, ces patients peuvent présenter des taux plasmatiques très fortement augmentés.

La substance active est fortement métabolisée. Les principaux métabolites qui en résultent sont les dérivés 3-hydroxyméthylés et 3-carboxylés. Ces deux métabolites sont partiellement glucuronidés et ne possèdent plus qu'une faible activité analgésique et anti-inflammatoire.

Élimination

La demi-vie plasmatique est de 2 h environ. L'élimination des métabolites de l'acide méfénamique se fait principalement par voie urinaire. La proportion d'acide méfénamique libre dans l'urine est inférieure à 5%.

Données précliniques

Mutagénicité

L'acide méfénamique n'a pas fait l'objet de tests extensifs de mutagénicité. Les essais faits jusqu'ici ont livré des résultats négatifs.

Carcinogénicité

Aucune étude au long cours n'a été menée chez l'animal sur le potentiel tumorigène.

Toxicité sur la reproduction

L'expérimentation animale ne livre aucun indice en faveur d'un effet tératogène.

L'acide méfénamique traverse le placenta et atteint, dans le plasma du fœtus du singe, des valeurs comparables aux valeurs plasmatiques de la mère. Sur la base du mécanisme d'action, une inhibition des contractions utérines, un risque de fermeture prématurée du canal artériel de Botal (en particulier lors d'une exposition après la 33e semaine de grossesse) et une tendance accrue aux hémorragies chez la mère et l'enfant peuvent apparaître.

Théoriquement, la possibilité de troubles de la fonction rénale chez le fœtus existe.

Remarques particulières

Influence sur les méthodes de diagnostic

L'administration d'acide méfénamique peut conduire à des résultats faux positifs lors de la détermination de l'urobilinogène dans les urines par diazoréaction.

Stabilité

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.

Remarques particulières concernant le stockage

Conserver à température ambiante (15-25 °C) et hors de portée des enfants.

Numéro d’autorisation

30785, 35352, 39271 (Swissmedic).

Présentation

Gélules à 250 mg: 36. [B]

Suppositoires à 125 mg: 6. [B]

Suppositoires à 500 mg: 6. [B]

Comprimés pelliculés à 500 mg: 10, 30, 100. [B]

Titulaire de l’autorisation

Pfizer AG, Zürich.

Mise à jour de l’information

Juillet 2020.

LLD V014