Information for healthcare professionals Print


Prostin® E2

Pfizer AG

Composition

Principes actifs

Dinoprostonum.

Excipients

Maydis amylum, silica colloidalis anhydrica, lactosum monohydricum, cellulosum microcristallinum, magnesii stearas.

Forme pharmaceutique et quantité de principe actif par unité

Comprimés vaginaux.

1 comprimé vaginal contient 3 mg de dinoprostone.

Indications/Possibilités d’emploi

Déclenchement de l'accouchement à terme ou proche du terme, pour autant qu'il n'existe pas de contre-indication pour la mère ou l'enfant.

Posologie/Mode d’emploi

La posologie sera déterminée en fonction de la réponse de la patiente, et devra être aussi faible que possible lorsque la réponse utérine est satisfaisante et que la dilatation cervicale progresse. Le traitement est particulièrement efficace lorsque le col de l'utérus est à maturité.

L'administration continue de Prostin E2 pendant plus de deux jours est déconseillée.

Le traitement est instauré avec un comprimé vaginal (3 mg de dinoprostone) introduit au fond de la cavité utérine. Si les contractions ne débutent pas, administrer une deuxième dose 6 à 8 heures plus tard. La dose maximale est de 2 comprimés vaginaux (6 mg de dinoprostone) en 24 heures.

Instructions posologiques particulières

Enfants et adolescents

L'utilisation et la sécurité d'emploi de Prostin E2 comprimés vaginaux n'ont pas été étudiées chez l'enfant et l'adolescent de moins de 18 ans.

Contre-indications

L'administration de Prostin E2 est contre-indiquée chez les patientes présentant une hypersensibilité connue aux prostaglandines ou à l'un des composants de Prostin E2.

Le médicament est contre-indiqué chez les femmes souffrant d'une inflammation aiguë du bassin, de maladies cardiaques, pulmonaires, rénales ou hépatiques préexistantes ou chez les femmes présentant une contre-indication aux ocytociques.

En outre, l'accouchement ne doit pas être provoqué dans les situations suivantes:

·multiparité (plus de trois accouchements à terme),

·grossesse multiple,

·si la tête de l'enfant n'est pas encore engagée dans le petit bassin,

·disproportion céphalo-pelvienne,

·antécédents d'accouchements difficiles et/ou accouchement traumatique

·antécédents d'interventions chirurgicales au niveau de l'utérus, par ex. césarienne ou hystérectomie,

·lorsque la fréquence cardiaque de l'enfant indique une souffrance fœtale,

·en cas d'urgence si l'accouchement chirurgical est préférable pour l'enfant ou la mère,

·présentation anormale du fœtus (présentation autre que céphalique),

·lors d'écoulement vaginal d'origine inconnue et/ou de saignements vaginaux d'origine inconnue au cours de la grossesse actuelle,

·placenta praevia,

·lors d'interventions chirurgicales antérieures ou de ruptures au niveau du col de l'utérus.

Mises en garde et précautions

Prostin E2 ne doit être utilisé que dans les hôpitaux disposant d'un département d'obstétrique équipé de moyens appropriés pour soins médicaux intensifs et sous contrôle médical correspondant.

Il convient d'établir un statut clinique complet avant l'administration de Prostin E2.

Le rapport tête-bassin doit être soigneusement évalué avant le déclenchement de l'accouchement.

Avant et pendant le déclenchement de l'accouchement, l'activité utérine, l'état du fœtus avec surveillance de son rythme cardiaque ainsi que la dilatation et le ramollissement du col de l'utérus doivent être surveillés en permanence, afin de permettre la détection d'éventuels effets indésirables - par ex. l'hypertonie, une contractilité utérine persistante ou une asphyxie fœtale. L'administration de Prostin E2 requiert une prudence particulière chez les femmes présentant des antécédents de dysfonction cardiovasculaire, une insuffisance hépatique ou rénale, un asthme ou des antécédents d'asthme, un glaucome ou une pression intraoculaire élevée, un diabète sucré, une hyper- ou hypotension artérielle, une anémie, un ictère ou une épilepsie. La prudence est également de mise chez les femmes souffrant de cervicite, de lésions endocervicales infectées ou de vaginite aiguë. Les infections du petit bassin doivent être soignées avant le déclenchement de l'accouchement.

Dans l'intérêt du fœtus et de la mère, les femmes présentant une hypertonie utérine ou des hypercontractions, et les fœtus dont le rythme cardiaque est inquiétant seront traités et surveillés en permanence.

Utiliser Prostin E2 avec précaution après rupture de la poche des eaux.

Comme pour tous les ocytociques, il existe un risque de rupture utérine en cas d'activité utérine forte et prolongée ou de douleurs inhabituelles de l'utérus.

La réponse à l'ocytocine peut être renforcée après un traitement par prostaglandines (voir «Interactions»).

Un risque accru de coagulation intravasculaire disséminée (DIC) a été observé chez les femmes âgées de 35 ans ou plus (dans des cas isolés chez les femmes plus jeunes également), les femmes présentant des complications durant la grossesse et chez celles avec un âge gestationnel supérieur à 40 semaines post conceptionem. Les facteurs cités peuvent accentuer le risque lorsqu'ils sont en rapport avec le déclenchement de l'accouchement (voir «Effets indésirables»). Prostin E2 sera administré avec prudence chez ces femmes. Le médecin traitant devra prêter une attention particulière aux éventuels signes d'une coagulation intravasculaire disséminée (par ex. fibrinolyse).

Interactions

Les prostaglandines peuvent potentialiser l'effet d'autres ocytociques; en conséquence, leur administration simultanée est déconseillée. Un intervalle de 6 à 12 heures est recommandé lors de l'administration séquentielle d'oxytocine après l'administration de Prostin E2.

Les AINS diminuent la synthèse des prostaglandines endogènes. Un arrêt des AINS doit être pris en considération avant l'utilisation de Prostin E2.

Grossesse, allaitement

Des études réalisées chez l'animal indiguent que certaines prostaglandines peuvent avoir un effet tératogène. La prostaglandine E2 a induit des anomalies au niveau du squelette chez le rat et le lapin. Toutefois, lors de l'administration de Prostin E2 pour déclencher l'accouchement conformément aux indications, aucun effet n'est attendu, l'application étant effectuée après la fin de l'organogenèse.

On ignore si la dinoprostone passe dans le lait maternel.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Aucune donnée n'est disponible.

Effets indésirables

L'apparition et la gravité des effets indésirables de la dinoprostone sont dose-dépendants.

Données de fréquence

«Très fréquents» (≥1/10), «fréquents» (≥1/100 à <1/10), «rares» (≥1/10'000 à <1/1000), «très rares» (<1/10'000).

Affections hématologiques et du système lymphatique

Rares: coagulation intravasculaire disséminée.

Affections du système immunitaire

Très rares: réactions d'hypersensibilité comme choc anaphylactique, bronchospasme, urticaire, bouffées de chaleur.

Affections vasculaires

Très rares: hypertension artérielle, embolie pulmonaire ou embolie amniotique.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Très rares: asthme.

Affections gastro-intestinales

Fréquents: vomissement, diarrhée, nausée.

Affections des organes de reproduction et du sein

Fréquents: contractions utérines anormales (augmentation de la fréquence, de la durée et du tonus), sensation de chaleur au niveau du vagin.

Très rares: rupture utérine, dilatation rapide du col de l'utérus, abruptio placentae.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquents: fièvre, douleurs dorsales.

Effets indésirables fœtaux

Très fréquents: souffrance fœtale, modification de la fréquence cardiaque fœtale.

Très rares: accouchement prématuré/mort-né, acidose fœtale, décès néonatal.

L'annonce d'effets secondaires présumés après l'autorisation est d'une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d'effet secondaire nouveau ou grave via le portail d'annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Un surdosage relatif peut provoquer une hypertonie utérine ou des contractions utérines trop fortes et trop fréquentes. Lors d'une réaction exagérée de la musculature utérine, éliminer le reste du médicament du tractus vaginal, ou interrompre l'administration. La femme doit être couchée sur le côté et recevoir de l'oxygène. Les contractions utérines exagérées peuvent être arrêtées par l'administration intraveineuse d'un bêta-sympathomimétique doté de propriétés tocolytiques (par ex. le fénotérol). Lorsque la patiente ne répond pas à un tel traitement, l'accouchement doit avoir lieu immédiatement.

Propriétés/Effets

Code ATC

G02AD02.

Mécanisme d'action

Le principe actif de Prostin E2 est la dinoprostone, qui est identique à la prostaglandine E2 physiologique.

Pharmacodynamique

Après application vaginale, Prostin E2 provoque des contractions utérines rythmiques qui, lorsqu'elles persistent pendant une période suffisamment longue, conduisent à l'expulsion du fœtus. En outre, Prostin E2 possède un effet positif sur la maturation du col de l'utérus (effacement du col, ramollissement et dilatation du tissu conjonctif cervical). La sensibilité de l'utérus vis-à-vis des prostaglandines augmente fortement vers la fin de la grossesse. L'apparition de vomissements et/ou de diarrhées est également possible, vraisemblablement suite à la stimulation de la musculature lisse du tractus gastro-intestinal. Des doses élevées de dinoprostone peuvent provoquer une baisse de la pression artérielle, probablement suite à son action sur la musculature lisse du système vasculaire. A des doses élevées, une hausse passagère de la température corporelle peut se manifester.

Efficacité clinique

Aucune donnée.

Pharmacocinétique

Absorption

Après administration par voie vaginale, la majeure partie du principe actif diffuse dans le sang maternel. Une faible partie est absorbée directement par le col de l'utérus ou par les vaisseaux lymphatiques ou sanguins locaux. La dinoprostone est absorbée plus rapidement à partir du gel qu'à partir du comprimé vaginal.

Distribution

La dinoprostone se lie à 73% à l'albumine sérique et est rapidement distribuée dans les tissus.

Métabolisme

La dinoprostone est métabolisée dans les poumons, les reins, le foie et la rate. Un passage pulmonaire permet de métaboliser 90%. Le métabolisme de la dinoprostone passe par diverses étapes enzymatiques. Le métabolite principal, l'acide 11-alpha-hydroxy-9,15-dioxoprost-5-ène est responsable de 50% de l'activité thérapeutique de la dinoprostone. Au moins 9 métabolites différents ont été détectés dans le sang et l'urine chez l'être humain.

Élimination

Après administration par voie intraveineuse, la dinoprostone est éliminée du sang avec une demi-vie inférieure à 1 minute; la demi-vie du métabolite principal est de 8 minutes environ. La dinoprostone est excrétée essentiellement par voie rénale sous forme d'acides dicarboxyliques ou de lactones.

Cinétique pour certains groupes de patients

Aucune donnée n'est disponible sur la pharmacocinétique chez la femme ayant une insuffisance hépatique ou rénale.

Données précliniques

Les expériences animales ont montré que l'administration prolongée de doses élevées de prostaglandines des groupes E et F peut provoquer une prolifération osseuse. Toutefois, rien n'indique l'apparition chez le nouveau-né de modifications osseuses lors de l'administration à court terme de Prostin E2.

Remarques particulières

Stabilité

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.

Remarques particulières concernant le stockage

Conserver au réfrigérateur (2-8 °C) et tenir hors de portée des enfants.

Numéro d’autorisation

46346 (Swissmedic).

Présentation

Prostin E2 3 mg comprimés vaginaux: 4. [A]

Titulaire de l’autorisation

Pfizer AG, Zürich.

Mise à jour de l’information

Novembre 2020.

LLD V004