Information for healthcare professionals Print


Tazobac®

Pfizer AG

Composition

Principes actifs

Piperacillinum ut piperacillinum natricum, tazobactamum ut tazobactamum natricum.

Excipients

Tazobac 2.25 g: dinatrii edetas, natrii citras anhydricus, acidum citricum.

Teneur totale en sodium: 130.39 mg par flacon.

Tazobac 4.5 g: dinatrii edetas, natrii citras anhydricus, acidum citricum.

Teneur totale en sodium: 260.97 mg par flacon.

Forme pharmaceutique et quantité de principe actif par unité

Poudre pour la préparation d'une solution pour perfusion.

Pour administration par voie intraveineuse.

1 flacon de Tazobac 2.25 g contient 2.0 g de pipéracilline (sous forme de pipéracilline de sodium) et 0.25 g de tazobactam (sous forme de tazobactam sodique). Poudre ou poudre agglomérée blanche à blanc cassé.

1 ml de solution pour perfusion reconstituée contient 200 mg de pipéracilline et 25 mg de tazobactam (voir «Remarques particulières/Remarques concernant la manipulation»).

1 flacon de Tazobac 4.5 g contient 4.0 g de pipéracilline (sous forme de pipéracilline de sodium) et 0.5 g de tazobactam (sous forme de tazobactam sodique). Poudre ou poudre agglomérée blanche à blanc cassé.

1 ml de solution pour perfusion reconstituée contient 200 mg de pipéracilline et 25 mg de tazobactam (voir «Remarques particulières/Remarques concernant la manipulation»).

Indications/Possibilités d’emploi

Le Tazobac est indiqué dans le traitement des infections généralisées et/ou localisées, dues de manière avérée ou présumée aux germes reconnus sensibles:

Adultes

·Infections des voies respiratoires

·Infections des reins et des voies urinaires descendantes

·Infections intra-abdominales (infections hépato-biliaires incluses)

·Infections de la peau et des parties molles

·Infections chez les patients immunodéprimés et/ou neutropéniques

·État septique, y compris septicémie

Dans les situations critiques, on peut instaurer le traitement avant même d'être en possession de l'antibiogramme.

Dans certaines circonstances (menace d'infection bactérienne généralisée, infection grave, germes inconnus ou moins sensibles, patient aux défenses affaiblies, surinfection), d'autres antibiotiques bactéricides peuvent être associés au traitement.

En ce qui concerne la présence d'une bactériémie concomitante due à des organismes produisant des «Extended-Spectrum β-Lactamase» (ESBL), voir «Propriétés/Effets».

Dans le traitement des patients atteints de neutropénie, la dose usuelle de Tazobac devrait être associée à un aminoglucoside.

Enfants (de 2 à 12 ans)

L'association pipéracilline/tazobactam est indiquée chez les enfants hospitalisés pour le traitement des infections intra-abdominales, y compris les infections hépatobiliaires.

L'efficacité et la sécurité n'ont pas été étudiées chez les enfants de moins de 2 ans dans ces indications.

On observera les recommandations officielles sur l'usage modéré des antibiotiques, en particulier les recommandations pour une utilisation destinée à empêcher l'augmentation de la résistance aux antibiotiques.

Posologie/Mode d’emploi

Posologie usuelle

Adultes et adolescents à partir de 12 ans

La posologie usuelle est de 2.25 à 4.5 g de Tazobac 3 fois/jour.

La dose journalière totale sera fixée en fonction de la gravité et de la localisation de l'infection et peut varier entre 2.25 et 4.5 g de Tazobac 3-4 fois/jour.

La dose journalière recommandée se situe habituellement entre 100 et 200 mg de pipéracilline par kilogramme de poids corporel.

Enfants et adolescents (de 2 à 12 ans)

Faute d'expériences suffisantes, le Tazobac ne doit pas être prescrit aux enfants de moins de 2 ans et ne doit être utilisé chez les enfants de 2 à 12 ans que pour le traitement d'infections intra-abdominales.

Posologie recommandée

Enfants hospitalisés atteints d'infections intra-abdominales:

La posologie recommandée chez les enfants de 2 à 12 ans d'un poids inférieur à 40 kg et ayant une fonction rénale normale, est de 112.5 mg/kg (100 mg de pipéracilline et 12.5 mg de tazobactam), toutes les 8 heures.

Chez les enfants pesant plus de 40 kg et ayant une fonction rénale normale, la posologie est identique à celle chez l'adulte, à savoir 4.5 g (4 g de pipéracilline et 0.5 g de tazobactam) toutes les 8 heures. La durée du traitement dépendra de la sévérité de l'infection et des progrès cliniques et bactériologiques du patient. Il est conseillé de traiter au moins 5 jours et au plus 14 jours.

Une adaptation posologique est recommandée pour les patients pédiatriques présentant des troubles de la fonction rénale (voir «Patients présentant des troubles de la fonction rénale»).

Instructions posologiques particulières

Patients présentant des troubles de la fonction hépatique

La présence d'une insuffisance hépatique prolonge la demi-vie de la pipéracilline et du tazobactam, mais il n'est pas nécessaire de corriger la posologie.

Patients présentant des troubles de la fonction rénale

En raison de sa néphrotoxicité potentielle, l'association pipéracilline/tazobactam doit être utilisée avec précaution chez les patients insuffisants rénaux ou hémodialysés (voir «Mises en garde et précautions» et «Effets indésirables»).

La posologie intraveineuse sera fixée en fonction du degré d'insuffisance rénale. Les doses journalières recommandées sont indiquées dans le tableau ci-dessous.

DFG
(ml/min)

Créatinine plasmatique
(mg/dl)

Tazobac
(g)

Intervalle posologique

(h)

Dose journalière de Tazobac
(g)

>40

<2

Ne nécessite pas d'ajustement posologique

40-20

2–3.2

4.5

8

13.5

19-2

3.3-10

4.5

12

9.0

Patients dialysés*

 

 

12

9.0

 

* Chez l'hémodialysé, la dose journalière maximale est de 8 g de pipéracilline et 1 g de tazobactam. Pendant l'hémodialyse, environ 31% de la pipéracilline et 39% du tazobactam sont évacués en 4 heures. C'est pourquoi il est nécessaire d'administrer après chaque séance d'hémodialyse une dose supplémentaire de 2 g de pipéracilline et 250 mg de tazobactam.

N.B.: la dialyse péritonéale n'évacue que 5% de la dose de pipéracilline et 12% de la dose de tazobactam. Une dose supplémentaire comme dans le cas d'hémodialyse n'est pas nécessaire.

Enfants de 2 à 12 ans: La pharmacocinétique du Tazobac n'a pas été étudiée chez les patients pédiatriques insuffisants rénaux. L'ajustement posologique suivant est recommandé chez les patients de 2 à 12 ans insuffisants rénaux:

Clearance de la créatinine

Dose recommandée

>50 ml/min.

112.5 mg/kg Tazobac toutes les 8 h

<50 ml/min.

78.75 mg/kg Tazobac toutes les 8 h

 

Cet ajustement posologique n'est qu'approximatif, il faut observer soigneusement la réaction de chaque patient au médicament. La posologie et l'intervalle entre les doses doivent être adaptés en conséquence.

Mode d'administration

Pour plus d'informations sur le mode d'emploi de la solution reconstituée et sur la préparation de la solution, voir «Remarques particulières/Remarques concernant la manipulation».

Contre-indications

Allergies connues aux bêtalactames (y compris pénicillines et céphalosporines) ou inhibiteurs des bêtalactamases.

Mises en garde et précautions

Insuffisance rénale

En raison de sa néphrotoxicité potentielle, l'association pipéracilline/tazobactam doit être utilisée avec précaution chez les patients insuffisants rénaux ou hémodialysés (voir «Effets indésirables»). Chez les patients insuffisants rénaux ou les patients sous hémodialyse, la posologie intraveineuse sera fixée en fonction du degré d'insuffisance rénale (voir «Posologie/Mode d'emploi»).

Dans une étude clinique, l'utilisation de pipéracilline/tazobactam (par rapport à d'autres antibiotiques) a été associée à un retard de l'amélioration rénale (amélioration du DFG) chez des patients dans un état critique. Ce phénomène indique une toxicité rénale de l'association pipéracilline/tazobactam. Ce retard était réversible à l'arrêt de pipéracilline/tazobactam.

L'administration concomitante de pipéracilline/tazobactam et de vancomycine peut être associée à une augmentation de l'incidence de l'insuffisance rénale aiguë (voir «Interactions»).

Colite pseudomembraneuse

Une diarrhée aiguë opiniâtre doit faire penser à une colite pseudomembraneuse associée aux antibiotiques pouvant menacer le pronostic vital. Dans ces cas, arrêter immédiatement le Tazobac et instaurer un traitement approprié (p.ex. teïcoplanine ou vancomycine orale). Les inhibiteurs du péristaltisme sont contre-indiqués. Les symptômes d'une colite pseudomembraneuse peuvent survenir pendant ou après le traitement aux antibiotiques.

Autres mises en gardes et précautions

Avant de commencer un traitement au pipéracilline/tazobactam il faut vérifier soigneusement l'existence de réactions antérieures d'hypersensibilité aux pénicillines, céphalosporines et autres allergènes. Des réactions d'hypersensibilité sévères et parfois fatales (anaphylactiques/anaphylactoïdes [y compris choc]) ont été observées chez des patients traités par une pénicilline. Ces réactions s'observent le plus souvent chez les sujets dont l'anamnèse révèle une hypersensibilité à différents types d'allergènes. Des réactions graves d'hypersensibilité nécessitent donc l'arrêt de la prise de l'antibiotique et le cas échéant, l'utilisation d'épinéphrine ou la prise d'autres mesures d'urgence.

De graves réactions cutanées d'origine médicamenteuse (SCAR) telles qu'un syndrome de Stevens-Johnson, une nécrolyse épidermique toxique, un syndrome DRESS (exanthème médicamenteux avec éosinophilie et symptômes systémiques), un érythème polymorphe, ainsi qu'une pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG) ont été rapportées chez des patients traités par des antibiotiques bêtalactames, y compris Tazobac (voir aussi «Effets indésirables»). En cas de survenue de telles réactions, il convient d'interrompre immédiatement le traitement par Tazobac et d'envisager une thérapie alternative.

De rares cas de lymphohistiocytose hémophagocytaire (LHH) ont été observés après un traitement (>10 jours) par pipéracilline/tazobactam, fréquemment sous la forme d'une complication au syndrome DRESS. La LHH est une activation immunitaire pathologique qui entraîne une inflammation systémique excessive et peut menacer le pronostic vital. Un diagnostic précoce ainsi que la mise en place rapide d'un traitement immunosuppresseur sont essentiels. Les signes et symptômes typiques comprennent la fièvre, l'hépatosplénomégalie, les cytopénies, l'hyperferritinémie, l'hypertriglycéridémie, l'hypofibrinogénémie et l'hémophagocytose. Si l'association pipéracilline/tazobactam est suspectée d'être un facteur déclenchant, le traitement doit être interrompu.

Lors d'un traitement prolongé, des examens systématiques des fonctions organiques, y compris des analyses rénales et hépatiques, doivent être effectués.

Des leucopénies et des neutropénies peuvent apparaître – notamment lors de traitement de longue durée. Des contrôles sanguins réguliers doivent donc être effectués.

Des hémorragies ont été observées chez quelques patients traités par des bêtalactamines. Ces réactions s'accompagnent parfois de valeurs anormales lors des tests de la coagulation (temps de coagulation, agrégation plaquettaire, temps de Quick, etc.) et s'observent plus fréquemment chez l'insuffisant rénal. La survenue d'hémorragies nécessite l'arrêt de l'antibiothérapie et l'application de mesures appropriées.

Comme lors du traitement avec d'autres pénicillines, des complications neurologiques sous forme de convulsions (crises convulsives) peuvent éventuellement survenir notamment après l'administration de doses élevées ou chez l'insuffisant rénal (voir ci-dessus, voir «Surdosage»).

Comme avec d'autres antibiotiques, l'utilisation de ce médicament peut conduire à une prolifération de germes non sensibles (champignons y compris). Les patients doivent être étroitement surveillés pendant le traitement. Il convient de prendre les mesures appropriées en cas de survenue d'une surinfection.

Chez les patients à faibles réserves de potassium, il est recommandé de procéder périodiquement au dosage des électrolytes et de soupçonner la présence d'une hypokaliémie chez ceux d'entre eux qui prennent des antimitotiques ou des diurétiques ou d'autres médicaments qui font baisser le taux de potassium.

Comme d'autres pénicillines semi-synthétiques, le Tazobac peut augmenter l'incidence de la fièvre et des éruptions cutanées transitoires chez les patients atteints de mucoviscidose.

Ce médicament contient 130.39 mg de sodium par dose de 2.25 g de Tazobac, resp. 260.97 mg par dose de 4.5 g de Tazobac, ce qui équivaut à 6.5%, resp. 13% de l'apport alimentaire quotidien maximal de sodium recommandé par l'OMS. La dose quotidienne maximale du médicament (4 fois 4.5 g de Tazobac) correspond à env. 52% de l'apport quotidien maximal recommandé par l'OMS. Tazobac est considéré comme riche en sodium. Il convient d'en tenir compte, notamment chez les patients suivant un régime pauvre en sodium.

Interactions

Anticoagulants

Une surveillance plus stricte et régulière des paramètres de la coagulation est indiquée en cas d'administration simultanée d'héparine à fortes doses, d'anticoagulants oraux ou d'autres médicaments interférant dans la coagulation sanguine et/ou la fonction plaquettaire.

Probénécide

L'administration simultanée de probénécide allonge la demi-vie de la pipéracilline et du tazobactam et diminue leur clairance rénale, mais elle ne modifie pas leurs concentrations plasmatiques maximales.

Vancomycine

Dans des études menées chez des patients qui recevaient conjointement l'association pipéracilline/tazobactam et de la vancomycine, on a constaté une incidence accrue des lésions aiguës du rein par rapport à un traitement par la vancomycine seule (voir «Mises en garde et précautions»). Selon certaines de ces études, l'interaction dépend de la dose de vancomycine. Les lignes directrices des experts recommandent de doser la vancomycine aux concentrations minimales, entre 15 mg/l et 20 mg/l, et de maintenir cette dose; cela correspond à une augmentation par rapport aux recommandations publiées auparavant pour la concentration minimale théorique de 5-10 mg/l. Pour atteindre cette concentration minimale, il est souvent nécessaire de prescrire des doses de vancomycine supérieures à celles recommandées par le fabricant. Il est donc possible que le risque accru de néphrotoxicité induite par la vancomycine, telle qu'elle a été signalée en cas de respect de ces lignes directrices, augmente encore en raison de l'interaction avec l'association pipéracilline/tazobactam.

On n'a pas observé d'interactions pharmacocinétiques entre le Tazobac et la vancomycine.

Aminoglycosides

L'inactivation de la tobramycine et de la gentamicine par la pipéracilline a été mise en évidence chez des patients atteints d'insuffisance rénale sévère.

En cas d'application concomitante de Tazobac et de tobramycine, on a observé une baisse de la t½, de la clearance et de l'AUC de la tobramycine. Ce phénomène reposerait sur l'inactivation de la tobramycine en présence de Tazobac. La tobramycine forme avec la pénicilline un complexe inactif du point de vue microbiologique. La toxicité de ce complexe est inconnue.

Des informations concernant l'utilisation de pipéracilline/tazobactam avec d'autres aminoglycosides, figurent sous «Remarques particulières / Remarques concernant la manipulation».

Myorelaxants non dépolarisants

L'administration concomitante de Tazobac et de vécuronium prolonge le blocage neuromusculaire du vécuronium. Du fait de son mécanisme d'action similaire, cette interaction est valable pour tous les myorelaxants non dépolarisants.

Méthotrexate

La pipéracilline peut entraîner une baisse de l'élimination du méthotrexate; pour éviter une toxicité due au méthotrexate, les concentrations sériques en méthotrexate doivent être surveillées.

Grossesse, allaitement

Grossesse

Il n'existe pas de données suffisantes concernant l'emploi chez la femme enceinte: il n'existe pas d'études appropriées et bien contrôlées concernant l'association pipéraciline/tazobactam ni concernant la pipéraciline ou le tazobactam seuls. La pipéraciline et le tazobactam traversent la barrière placentaire.

Les expérimentations animales n'ont pas révélé d'effet tératogène lors de l'administration intraveineuse de l'association pipéracilline/tazobactam. Des études expérimentales menées chez le rat ont mis en évidence une toxicité de reproduction lors de l'administration intraveineuse ou intrapéritonéale à des doses toxiques pour la mère (voir «Données précliniques»).

Le Tazobac ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, sauf nécessité absolue.

Allaitement

La pipéracilline passe dans le lait maternel en faible concentration, les concentrations de tazobactam dans le lait maternel n'ont pas été étudiées. Il ne faut pas allaiter pendant l'utilisation de Tazobac.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Aucune étude correspondante n'a été effectuée. Toutefois des effets indésirables peuvent se manifester qui peuvent entraver cette capacité (voir «Effets indésirables»).

Effets indésirables

Les effets indésirables sont répertoriés par classe de systèmes d'organes, avec les définitions suivantes: «très fréquents»: (≥1/10); «fréquents»: (≥1/100 à <1/10); «occasionnels»: (≥1/1'000 à <1/100); «rares»: (≥1/10'000 à <1/1'000); «très rares»: (<1/10'000); «fréquence inconnue» (les données actuelles ne permettent pas de déterminer leur fréquence).

Infections et infestations

Fréquents: infection vaginale, candidose.

Rares: colite pseudomembraneuse.

On a également observé des rhumes.

Affections hématologiques et du système lymphatique

Fréquents: thrombocytopénie, anémie, test de Coombs direct positif, temps partiel de thromboplastine allongé.

Occasionnels: leucopénie, temps de prothrombine allongé.

Rares: agranulocytose.

Fréquence inconnue: neutropénie, pancytopénie, thrombocytose, augmentation du temps de saignement, anémie hémolytique, éosinophilie.

Comme lors de l'administration d'autres antibiotiques bêtalactamines, des cas de leucopénie réversible (neutropénie) sont plutôt observés lors de traitements de longue durée et à doses élevées ou en association avec des médicaments susceptibles de provoquer de telles réactions.

Affections du système immunitaire

Fréquence inconnue: réaction anaphylactoïde, réaction anaphylactique, choc anaphylactoïde, choc anaphylactique, hypersensibilité.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquents: taux sanguin d'albumine baissé, taux sanguin de protéines baissé.

Occasionnels: hypokaliémie, glycémie baissée.

Affections psychiatriques

Fréquents: agitation, confusion, anxiété, dépression, hallucinations, insomnie.

Fréquence inconnue: délire.

Affections du système nerveux

Fréquents: vertige, céphalées.

Occasionnels: convulsions.

Affections cardiaques

Fréquents: tachycardie, bradycardie, arythmie, et infarctus du myocarde.

Affections vasculaires

Fréquents: hypertension.

Occasionnels: hypotension, phlébite, thrombophlébite, sensation de chaleur.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Fréquents: toux.

Rares: épistaxis.

Fréquence inconnue: pneumopathie à éosinophiles.

On a également observé: dyspnée, pharyngite, bronchospasme.

Affections gastro-intestinales

Très fréquents: diarrhées (11.3%).

Fréquents: douleurs abdominales, nausées, vomissements, constipation, dyspepsie.

Rares: stomatite.

Affections hépato-biliaires

Fréquents: alanine aminotransférase augmentée, aspartate aminotransférase augmentée, phosphatase alcaline dans le sang augmentée.

Occasionnels: bilirubine dans le sang augmentée.

Fréquence inconnue: hépatite, ictère, gamma glutamyltransférase (GGT) augmentée.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquents: éruptions, prurit.

Occasionnels: urticaire, érythème multiforme, éruption maculopapuleuse.

Graves réactions cutanées d'origine médicamenteuse (SCAR) telles qu'un syndrome de Stevens-Johnson, une dermatite bulleuse, un syndrome DRESS (exanthème médicamenteux avec éosinophilie et symptômes systémiques), une pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG), une dermatite exfoliatrice, un purpura (fréquence inconnue pour chacune de ces affections) ainsi qu'une nécrolyse épidermique toxique (fréquence rare) (voir aussi «Mises en garde et précautions»).

Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Occasionnels: myalgie, arthralgie.

On a également observé de la myasthénie.

Affections du rein et des voies urinaires

Fréquents: rétention urinaire, dysurie, oligurie, hématurie, incontinence, créatininémie dans le sang augmentée, BUN (azote uréique du sang) augmenté.

Fréquence inconnue: néphrite tubulointerstitielle, défaillance rénale.

On a également observé de la protéinurie.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquents: douleurs thoraciques, œdème, malaise, sueurs, soif, photophobie, fièvre, réaction au site d'injection.

Occasionnels: frissons.

On a également observé des douleurs et de l'inflammation au site d'injection lorsque la solution n'avait pas été préparée selon les recommandations, sensation de chaleur.

Effets indésirables survenus après l'introduction sur le marché

Lors de l'administration simultanée de Tazobac et d'un aminoglucoside, une érruption cutanée et des diarrhées apparaissent fréquemment.

Chez les patients atteints de mucoviscidose, on a établi une relation entre le traitement à la pipéracilline et une augmentation de l'incidence de fièvre et d'exanthème.

L'annonce d'effets secondaires présumés après l'autorisation est d'une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d'effet secondaire nouveau ou grave via le portail d'annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

On dispose de rapports sur le surdosage de Tazobac après l'introduction sur le marché. La majorité des évènements observés (dont nausées, vomissements et diarrhées) ont également été rapportés lors de l'administration de doses thérapeutiques habituelles.

Signes et symptômes

Convulsions, réactions hyperergiques, diarrhées sévères. A de très hautes doses – tout particulièrement en cas d'insuffisance rénale – des convulsions ou des états d'excitation du système nerveux central peuvent survenir.

Traitement

On ne connaît pas d'antidote spécifique. Le traitement est donc essentiellement symptomatique et de soutien et en fonction des symptômes cliniques du patient.

Toutes les mesures de réanimation sont indiquées en cas d'urgence.

Les taux sériques trop élevés de pipéracilline ou de tazobactam peuvent être diminués par dialyse.

Lors d'agitation motrice et de convulsions des anti-convulsifs (tels que diazépam ou barbituriques) peuvent être indiqués.

En cas de réactions hyperergiques sévères (choc anaphylactique), les mesures habituelles doivent être appliquées.

Propriétés/Effets

Code ATC

J01CR05

Le Tazobac est une préparation à usage intraveineux associant la pipéracilline (antibiotique semi-synthétique) et le tazobactam (inhibiteur des bêtalactamases).

Mécanisme d'action

La pipéracilline exerce son activité bactéricide en inhibant la synthèse du septum et de la paroi cellulaire. La pipéracilline et les autres antibiotiques bêtalactames bloquent la phase finale de transpeptidation de la biosynthèse du peptidoglycane de paroi cellulaire des bactéries sensibles en interagissant avec les protéines liant la pénicilline (PLP), les enzymes bactériennes qui développent cette réaction. La pipéracilline agit in vitro contre une multitude de bactéries anaérobies et aérobies gram-positives et gram-négatives. L'efficacité de la pipéracilline contre les bactéries formant certaines bêtalactamases inactivant chimiquement la pipéracilline et d'autres antibiotiques bêtalactames, est diminuée. Le tazobactam sodique qui exerce une action antimicrobienne intrinsèque très faible en raison de son affinité limitée aux PLP, peut reproduire ou renforcer l'effet de la pipéracilline contre une grande partie de ces organismes résistants.

Le tazobactam (une sulfone de l'acide triazolylméthylpénicillanique) est un inhibiteur puissant de nombreuses bêtalactamases de classe A (pénicillinases, céphalosporinases et bêtalactamases à spectre élargi [BLSE]). Il exerce une action variable contre les carbapénèmases de classe A et les bêtalactamases de classe D. Il n'agit pas contre la plupart des céphalosporinases de classe C et est inefficace contre les métallo-bêtalactamases de classe B.

Deux propriétés de pipéracilline/tazobactam augmentent l'action contre quelques organismes formant des bêtalactamases, qui – s'ils sont testés comme des compositions enzymatiques – sont moins inhibés par le tazobactam et d'autres inhibiteurs:

·Le tazobactam n'induit aucune bêtalactamase chromosomique, pour les taux du tazobactam obtenus avec le schéma de dosage recommandé.

·La pipéracilline est relativement insensible à l'action de certaines bêtalactamases.

Comme d'autres antibiotiques bêtalactames, la pipéracilline exerce, avec ou sans tazobactam, une activité bactéricide contre les organismes sensibles, en fonction du temps.

Mécanisme de résistance

Il existe trois principaux mécanismes de résistance contre les antibiotiques bêtalactames:

·Modifications des PLP cibles entraînant une affinité réduite aux antibiotiques

·Destruction des antibiotiques par les bêtalactamases bactériennes

·Taux d'antibiotique intracellulaire faible en raison de la diminution de l'apport ou de l'efflux actif des antibiotiques.

Pour les bactéries gram-positives, les modifications des PLP constituent un mécanisme de résistance majeur contre les antibiotiques bêtalactames, y compris pipéracilline/tazobactam. Ce mécanisme est responsable de la résistance à la méthicilline des staphylocoques et de la résistance à la pénicilline des Streptococcus pneumoniae ainsi que de celle des streptocoques du groupe viridans et des entérocoques. La résistance provoquée par la modification des PLP survient également, dans une moindre mesure, chez les espèces gram-négatives délicates, comme Haemophilus influenzae et Neisseria gonorrhoeae. Pipéracilline/tazobactam est inefficace contre les souches affichant une résistance aux antibiotiques bêtalactames transmis par les PLP modifiées. Comme il a déjà été indiqué, il existe quelques bêtalactamases qui ne sont pas inhibées par le tazobactam.

Étude MERINO (bactériémie causée par des agents pathogènes producteurs de BLSE)

Dans une étude clinique prospective randomisée de non-infériorité (Harris et al., 2018), la thérapie ciblée par pipéracilline/tazobactam (c.-à-d.après détermination de la sensibilité in vitro) lors du traitement de patients adultes dans un état critique atteints de bactériémie causée par des agents pathogènes E. coli ou Klebsiella pneumoniæ producteurs de «bêtalactamases à large spectre» (BLSE) n'a pas pu satisfaire au critère de non-infériorité en ce qui concerne le critère d'évaluation primaire, à savoir la «mortalité au jour 30». Les patients hospitalisés ont été répartis au hasard dans le groupe pipéracilline/tazobactam (4.5 g toutes les 6 h), et dans le groupe méropénème (1 g toutes les 8 h) pendant au moins 4 jours et jusqu'à 14 jours au maximum. Au total, 23 patients (12.3%) sur 187 ont succombé à l'infection au cours de la période définie par le critère d'évaluation primaire «mortalité au jour 30» dans le groupe pipéracilline/tazobactam, contre 7 patients (3.7%) sur 191 dans le groupe méropénème (différence de risque: 8.6% [IC à 97.5% d'un seul côté: ∞ à 14.5%], p=0.90 pour la non-infériorité). Une guérison clinique et microbiologique est survenue jusqu'au jour 4 chez 121 patients (68.4%) sur 177 dans le groupe pipéracilline/tazobactam et chez 138 patients (74.6%) sur 185 dans le groupe méropénème (différence de risque: -6.2% [IC à 95%: -15.5 à 3.1%], p=0.19). On ignore la raison de cette différence de mortalité.

Sensibilité

Le test de sensibilité doit être réalisé à partir des méthodes de laboratoire standardisées, comme le définit par exemple le European Committee on Antimicrobial Susceptibility (EUCAST).

En font partie les méthodes de dilution (détermination de la concentration minimale inhibitrice, CMI) ainsi que les tests de diffusion par disque. L'EUCAST a défini des critères d'interprétation pour la sensibilité de certaines espèces bactériennes à partir de ces méthodes.

L'EUCAST a déterminé des valeurs critiques cliniques pour pipéracilline/tazobactam contre certains organismes. Les critères de sensibilité de la CMI EUCAST s'appuient sur une concentration fixe de 4 mg/l de tazobactam. Pour la détermination des zones d'inhibition, les disques contiennent toutefois 30 µg de pipéracilline et 6 µg de tazobactam. L'EUCAST indique, pour pipéracilline/tazobactam (Piperacillin-tazobactam. Rationale for the EUCAST clinical breakpoints, V. 1.0. 22.11.2010), que les valeurs critiques pour Pseudomonas aeruginosa pour les dosages de 4 g, 4 fois par jour s'appliquent, tandis que les valeurs critiques pour les autres organismes se basent sur 4 g, 3 fois par jour.

Les valeurs critiques EUCAST pour pipéracilline/tazobactam sont présentées dans le tableau ci-dessous:

Critères d'interprétation EUCAST pour la sensibilité à pipéracilline/tazobactam

 

Concentration minimale inhibatrice (CMI) en mg/l de la pipéracillinea

Méthode de diffusion sur disqueb Zone d'inhibition (Diamètre en mm)

Agent

S

R

S

R

Enterobacteriales (anciennement Enterobacteriaceae)

≤8

>8

≥20

<20

Pseudomonas spp.

≤0.0011

>16

≥50

<18

Haemophilus influenzae

≤0.25

>0.25

≥27

<27

Anaérobies gram-positifs

(sauf Clostridioides difficile)

≤8

>16

-

-

Anaérobies gram-négatifs

≤8

>16

-

-

Achromobacter xylosoxidans

≤4

>4

≥26

<26

Valeurs limites non spécifiques à l'espèce (PC-PD)

≤8

>16

-

-

Source:

- EUCAST Clinical Breakpoint Table v. 11.0, 1 janvier 2021.

S = sensible. R = résistant.

a Les CMI sont définies au moyen d'une concentration fixe de 4 mg/l de tazobactam et de concentrations variables de pipéracilline.

b Les critères d'interprétation EUCAST s'appuient sur des plaquettes avec 30 µg de pipéracilline et 6 µg de tazobactam.

1 L'EUCAST a introduit des valeurs critiques pour certains principes actifs qui répertorient les organismes de souche sauvage (organismes sans mécanismes de résistance acquis au principe actif détectables par phénotypage) sous «Susceptible, increased exposure (I)» au lieu de «Susceptible, standard dosing regimen (S)». Les valeurs critiques de sensibilité pour ces associations organisme/principe actif sont accompagnées des valeurs critiques «Off-Scale» de S ≤0.001 mg/l, adoptées arbitrairement.

 

Selon L'EUCAST, pour les espèces sans valeurs critiques de pipéracilline/tazobactam, la sensibilité des staphylocoques est déduite de la sensibilité à la céfoxitine/l'oxacilline. Pour les streptocoques des groupes A, B, C et G, Streptococcus pneumoniae, ainsi que les streptocoques du groupe viridans, la sensibilité est déduite de la sensibilité à la benzylpénicilline. Pour les entérocoques, la sensibilité est déduite de la sensibilité à l'ampicilline. Il n'existe aucune valeur critique EUCAST pour l'acinetobacter. L'EUCAST indique, pour pipéracilline/tazobactam, qu'en cas d'endocardite provoquée par des streptocoques d'autres groupes que les groupes A, B, C et G et par S. pneumoniae, les directives nationales ou internationales doivent être respectées.

Les marges de contrôle de qualité des valeurs critiques de sensibilité EUCAST sont indiquées dans le tableau suivant.

Marges de contrôle de qualité relatives à l'association pipéracilline/tazobactam, à utiliser en lien avec les valeurs critiques de sensibilité EUCAST

Souche du contrôle de qualité

Concentration inhibitrice minimale de pipéracilline en mg/l

Méthode de diffusion par disque

Zone d'inhibition (diamètre en mm)

Escherichia coli ATCC 25922

1-4

21-27

Pseudomonas aeruginosa ATCC 27853

1-8

23-29

Haemophilus influenzae ATCC 497662

-

32-40

Escherichia coli ATCC 352181

0.5-2

21-27

Klebsiella pneumoniae ATCC 7006031

8-32

14-20

Source: The European Committee on Antimicrobial Susceptibility Testing. Routine and extended internal quality control for MIC determination and disk diffusion as recommended by EUCAST. Version 11.0, 2021; http://www.eucast.org.

ATCC = American Type Culture Collection

1 Pour contrôler les composants des inhibiteurs (voir contrôle de qualité usuel pour les associations d'inhibiteurs de bêtalactamases) on peut utiliser E. coli ATCC 35218 ou K. pneumoniae ATCC 700603.

2 E. coli ATCC 25922 doit être utilisé pour contrôler le composant de la pipéracilline (conformément à la méthodologie pour E. coli).

 

Sensibilité

La prévalence de la résistance acquise des espèces individuelles peut différer en fonction de la géographie et dans le temps. C'est pour cette raison, notamment pour le traitement des infections graves, que les informations locales concernant la situation de résistance sont requises. Le cas échéant, un expert doit être consulté lorsque la prévalence locale d'une résistance met en doute l'intérêt de l'utilisation de l'agent actif, au moins pour certaines infections.

Spectre antibactérien

Résumé des espèces concernées en termes de sensibilité à pipéracilline/tazobactam

ESPÈCES GÉNÉRALEMENT SENSIBLES

Micro-organismes aérobies gram-positifs

Micro-organismes aérobies gram-négatifs

Enterococcus faecalis (seulement les isolats sensibles à l'ampicilline ou à la pénicilline)

Listeria monocytogenes

Staphylococcus aureus (seulement les isolats sensibles à la méthicilline)

Staphylococcus spp. – coagulase négatif (seulement les isolats sensibles à la méthicilline)

Streptococcus agalactiae (streptocoques du groupe B)

Streptococcus pyogenes (streptocoques du groupe A)

Citrobacter koseri

Haemophilus influenzae

Moraxella catarrhalis

Proteus mirabilis

Micro-organismes anaérobies gram-positifs

Micro-organismes anaérobies gram-négatifs

Clostridium spp.

Eubacterium spp.

Coques anaérobies gram-positifs††

Groupe Bacteroides fragilis

Fusobacterium spp.

Porphyromonas spp.

Prevotella spp.

ESPÈCES CHEZ LESQUELLES UNE RÉSISTANCE ACQUISE PEUT SE RÉVÉLER PROBLÉMATIQUE

Micro-organismes aérobies gram-positifs

Micro-organismes aérobies gram-négatifs

Enterococcus faecium

Streptococcus pneumoniae††

Streptocoques du groupe viridans††

Acinetobacter baumannii

Citrobacter freundii

Enterobacter spp.

Escherichia coli

Klebsiella pneumoniae

Morganella morganii

Proteus vulgaris

Providencia spp.

Pseudomonas aeruginosa

Serratia spp.

ORGANISMES NATURELLEMENT RÉSISTANTS

Micro-organismes aérobies gram-positifs

Micro-organismes aérobies gram-négatifs

Corynebacterium jeikeium

Burkholderia cepacia

Legionella spp.

Stenotrophomonas maltophilia$

Autres micro-organismes

 

Chlamydophila pneumoniae

Mycoplasma pneumoniae

 

Les streptocoques font partie des bactéries ne produisant pas de bêtalactamases. La résistance chez ces organismes est due à des modifications des protéines de liaison aux pénicillines (PLP); par conséquent, les isolats sensibles à la pipéracilline/tazobactam répondent à la pipéracilline seule. Aucune résistance à la pénicilline n'a été signalée pour S. pyogenes.

†† Y compris Anaerococcus, Finegoldia, Peptococcus, Peptoniphilus, et Peptostreptococcus spp.

Situation de résistance en Suisse

Sensibilité à pipéracilline/tazobactam* ou à la pénicilline** des organismes individuelles (en % par rapport au nombre (N) d'isolats testés) analysée par le centre suisse pour le contrôle de l'antibiorésistance (www.anresis.ch) pendant les années 2011 à 2013:

Organisme

Année

Sensibilité (%)

N

Acinetobacter spp.*

2011

86.4

1061

2012

77.9

901

2013

78.7

834

Citrobacter koseri*

2011

95.2

1405

2012

89.9

1575

2013

95.0

1791

Citrobacter non-koseri*

2011

83.6

1435

2012

80.6

1430

2013

81.9

1598

Enterobacter spp.*

2011

78.9

4989

2012

77.1

5041

2013

77.5

5498

Escherichia coli*

2011

92.2

53541

2012

92.0

58208

2013

92.1

62567

Klebsiella oxytoca*

2011

91.8

2522

2012

90.3

2630

2013

88.1

2878

Klebsiella pneumoniae*

2011

90.1

8560

2012

89.9

9340

2013

88.1

10071

Morganella morganii*

2011

88.3

1150

2012

89.2

1296

2013

93.3

1542

Proteus mirabilis*

2011

98.6

4534

2012

97.9

4731

2013

98.5

5037

Proteus non-mirabilis*

2011

95.3

1199

2012

95.8

1291

2013

98.0

1470

Pseudomonas aeruginosa*

2011

88.8

9487

2012

85.9

9763

2013

84.9

10348

Serratia spp.*

2011

96.0

1545

2012

94.0

1707

2013

96.1

2072

Enterococcus faecalis**

2011

95.5

3910

2012

94.4

3416

2013

95.7

3602

Enterococcus faecium**

2011

14.5

1267

2012

13.1

895

2013

13.6

898

Enterococcus spp.

(non identifié au niveau de l'espèce)**

2011

90.6

2448

2012

95.3

803

2013

96.2

1057

Neisseria gonorrhoeae**

2011

25.8

124

2012

24.1

108

2013

18.0

128

Neisseria meningitidis**

2011

73.3

30

2012

67.9

28

2013

53.6

28

Staphylococcus aureus**

2011

22.9

22049

2012

20.7

21399

2013

21.3

21232

Staphylococcus saprophyticus**

2011

22.2

481

2012

12.3

779

2013

13.1

918

Staphylococcus, coagulase-négatif, non saprophyticus**

2011

19.0

15145

2012

16.8

14809

2013

17.3

15666

Streptococcus pneumoniae**

2011

90.8

2104

2012

90.2

1821

2013

91.0

1950

 

Pharmacodynamique

Aucune donnée.

Efficacité clinique

Aucune donnée.

Pharmacocinétique

Le Tazobac peut être administré par voie intraveineuse.

Pipéracilline

Absorption

La pipéracilline atteint son pic sérique juste après la perfusion intraveineuse. Après administration intraveineuse de 2 g de pipéracilline et 250 mg de tazobactam (ou 4 g de pipéracilline et 500 mg de tazobactam), la pipéracilline atteint un pic sérique de 237 µg/ml (ou 364 µg/ml) et le tazobactam de 23.4 µg/ml (ou 34.4 µg/ml). La demi-vie sérique moyenne est de 0.6-1.2 h chez des volontaires sains.

Distribution

La pipéracilline se lie peu aux protéines sériques (16-21%). Elle diffuse bien dans les tissus et les liquides, atteignant des concentrations élevées dans la bile (plus de 400 µg/ml). En l'absence de méningite, la pipéracilline, à l'instar d'autres pénicillines, ne passe qu'en faible quantité dans le LCR.

Métabolisme

Aucune donnée.

Élimination

Comme d'autres pénicillines, la pipéracilline est éliminée principalement par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire.

Elle est excrétée rapidement et sous forme inchangée par les urines (environ 70%) et par la bile (10-20%).

L'administration simultanée de tazobactam n'influence pas la cinétique de la pipéracilline.

Tazobactam

Absorption

Le tazobactam atteint son pic sérique juste après la perfusion intraveineuse. Sa demi-vie sérique moyenne, après administration intraveineuse de l'association, est de 0.7-1.2 h chez des volontaires sains.

Distribution

Le tazobactam se lie peu aux protéines sériques (20-23%). Chez l'animal, il diffuse bien dans les tissus et les liquides.

Métabolisme

Aucune donnée.

Élimination

Le tazobactam et son seul métabolite inactif sont éliminés principalement par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire: 80% sous forme inchangée, le reste sous forme de métabolite.

Administré seul, le tazobactam atteint son pic sérique juste après la perfusion intraveineuse. Chez des volontaires sains, la demi-vie sérique moyenne du tazobactam i.v. est de 0.6-0.7 h; elle est plus courte que lorsqu'il est associé à la pipéracilline, ce qui est probablement dû à une interaction compétitive lors de la sécrétion tubulaire.

Cinétique pour certains groupes de patients

Troubles de la fonction hépatique

L'élimination du Tazobac est ralentie en cas d'insuffisance hépatique. Il n'est toutefois pas nécessaire de corriger la posologie.

Troubles de la fonction rénale

La demi-vie de la pipéracilline et du tazobactam augmente lorsque la clairance de la créatinine diminue. Quand la clairance de la créatinine est inférieure à 20 ml/min, la pipéracilline et le tazobactam ont une demi-vie 2 et 4 fois plus longue, respectivement, que chez les patients aux fonctions rénales normales. Il est recommandé d'adapter la posologie en conséquence lorsque la clairance est inférieure à 40 ml/min.

Données précliniques

Mutagénicité

Pipéracilline/tazobactam

Pipéracilline/tazobactam a été négatif pour les tests suivants:

·essais de mutagénicité microbienne

·unscheduled DNA synthesis (test d'UDS)

·test HPRT de mutation ponctuelle sur des CHO (cellules d'ovaires de hamster chinois)

·essais de transformation cellulaire sur cellules BALB/c-3T3

Pipéracilline

In vivo, la pipéracilline administrée par voie intraveineuse ne provoque pas d'aberrations chromosomiques chez le rat. La pipéracilline ne provoque pas d'altérations de l'ADN dans les bactéries (test de recombinaison). La pipéracilline était négative dans le test de synthèse non programmée de l'ADN et dans l'essai de transformation cellulaire sur les cellules BALB/c-3T3. La pipéracilline était positive dans le test de mutation ponctuelle sur les cellules de lymphome de souris. In vivo, la pipéracilline administrée par voie intraveineuse ne provoque pas d'aberrations chromosomiques chez la souris.

Tazobactam

Le tazobactam était négatif dans les tests suivants:

·essais de mutagénicité microbienne

·unscheduled DNA synthesis (test d'UDS)

·test HPRT de mutation ponctuelle sur des CHO (cellules d'ovaires de hamster chinois)

·essais de transformation cellulaire sur cellules BALB/c-3T3

Le Tazobactam était positif dans le test de mutation ponctuelle sur les cellules de lymphome de souris.

Dans un test de cytogénétique in vitro sur des cellules CHL (cellules de poumon d'hamster chinois), le tazobactam était négatif.

In vivo, le tazobactam administré par voie intraveineuse ne provoque pas d'aberrations chromosomiques chez le rat.

Carcinogénicité

Aucune étude de carcinogénité n'a été menée, que ce soit avec la pipéracilline, avec le tazobactam ou avec une combinaison des deux substances.

Toxicité sur la reproduction

Les études portant sur le développement embryo-fœtal n'ont pas révélé d'indices de tératogénicité après administration intraveineuse de tazobactam ou de l'association pipéracilline/tazobactam; chez le rat cependant, les doses toxiques pour la mère ont provoqué de légères baisses du poids corporel fœtal.

À des doses toxiques pour la mère, l'administration intrapéritonéale de pipéracilline/tazobactam a été associée à une faible diminution de la taille des portées et une fréquence accrue d'anomalies légères du squelette (retards d'ossification). En présence d'une toxicité simultanée pour la mère, le développement péri- et postnatal était entravé (baisse du poids corporel de la progéniture, fréquence accrue des mort-nés, mortalité accrue de la progéniture).

Diminution de la fertilité

Des études de reproduction chez le rat n'ont pas indiqué d'influence négative sur la fertilité liée au tazobactam ou à la combinaison pipéracilline/tazobactam après administration intrapéritonéale.

Remarques particulières

Incompatibilités

En raison d'une instabilité chimique, le Tazobac ne doit pas être administré en même temps avec des solutions contenant du bicarbonate de sodium.

Comme aucun test de compatibilité n'a été effectué, le Tazobac ne doit en principe pas être mélangé à d'autres médicaments dans une seringue ou dans un flacon de perfusion.

Lorsque le Tazobac est utilisé conjointement avec d'autres antibiotiques (par ex. aminosides), ces substances ou solutions devraient toujours être administrées séparément. Lorsque l'on mélange pipéracilline/tazobactam avec un aminoside in vitro, cela peut entraîner une inactivation substantielle de aminoside. L'administration simultanée par une perfusion en Y est cependant possible selon les conditions décrites sous «Administration concomitante de Tazobac et de certains aminosides».

Le Tazobac ne doit pas être mélangé à des produits sanguins ou des hydrolysats protéiques.

Influence sur les méthodes de diagnostic

Comme d'autres pénicillines, Tazobac peut donner un faux positif dans le test urinaire du glucose fonctionnant par réduction du cuivre. C'est pourquoi on recommande d'utiliser un test basé sur la réaction enzymatique de la glucose-oxydase.

Des résultats de test positifs ont été rapportés avec le test EIA Platelia Aspergillus (Bio-Rad Laboratories) chez les patients traités avec Tazobac et qui se sont avérés ultérieurement ne pas avoir d'infection d'aspergillose. Des réactions croisées entre les polysaccharides et des polyfuranoses d'origine non aspergillaire et le test EIA Platelia Aspergillus (Bio-Rad Laboratories) ont été rapportées. Par conséquent, tous les résultats de test positifs observés chez les patients traités avec le Tazobac doivent être interprétés avec précaution et être confirmés par d'autres méthodes de diagnostic.

Stabilité

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.

Stabilité après ouverture

La solution reconstituée de Tazobac ne contient pas d'agent conservateur. La stabilité chimique et physique lors de l'utilisation a été démontrée pour 24 heures à température ambiante (15-25 °C) et pour 48 heures au réfrigérateur (2-8 °C). Pour des raisons microbiologiques, la préparation prête à l'emploi doit être utilisée immédiatement après reconstitution.

Éliminer toute solution non utilisée.

Remarques particulières concernant le stockage

Ne pas conserver au-dessus de 25 °C.

Tenir hors de portée des enfants.

Remarques concernant la manipulation

Préparation des solutions pour perfusion

Le Tazobac est destiné à l'usage parentéral. Il doit être administré en perfusion intraveineuse lente (sur 30 min).

Dissoudre le contenu d'un flacon de Tazobac poudre pour solution pour perfusion dans le volume d'un solvant compatible pour la reconstitution, indiqué dans le tableau ci-dessous. Agiter doucement le flacon d'un mouvement circulaire jusqu'à ce que la poudre soit totalement dissoute. Lors de mouvements circulaires continus, la dissolution est en général complète en l'espace de 5–10 min.

Contenu d'un flacon

Volume de solvant* par flacon

2 g/0.25 g (2 g de pipéracilline et 0.25 g de tazobactam)

10 ml

4 g/0.5 g (4 g de pipéracilline et 0.5 g de tazobactam)

20 ml

 

* Solvants compatibles pour la reconstitution de Tazobac contenant de l'édétate de sodium:

·solution injectable de NaCl à 0.9% (9 mg/ml)

·eau pour préparations injectables(1)

·solution de glucose à 5%

(1) Le volume maximal recommandé d'eau pour préparations injectables est de 50 ml par dose.

Prélever la solution reconstituée du flacon au moyen d'une seringue. Si la reconstitution a été effectuée conformément aux instructions, le contenu prélevé du flacon au moyen de la seringue correspond à la teneur indiquée de pipéracilline et de tazobactam.

La solution reconstituée de Tazobac contenant de l'édétate de sodium peut être diluée dans l'un des solvants pour administration intraveineuse mentionnés ci-dessous afin d'obtenir le volume souhaité (p.ex. entre 50 et 150 ml):

·solution injectable de NaCl à 0.9% (9 mg/ml)

·eau pour préparations injectables(1)

·solution de glucose à 5%

·dextrane à 6% dans une solution de NaCl à 0.9%

·solution Ringer lactate(2)

·solution de Hartmann(2)

·solution Ringer acétate(2)

·solution Ringer acétate/malate(2)

(1) Le volume maximal recommandé d'eau pour préparations injectables est de 50 ml par dose.

(2) Compatible uniquement avec la formulation de pipéracilline/tazobactam contenant de l'édétate de sodium.

Administration concomitante de Tazobac et de certains aminosides

En raison de l'inactivation in vitro des aminosides par les bêta-lactamines, il est conseillé d'administrer séparément l'association pipéracilline/tazobactam et les aminosides. L'association pipéracilline/tazobactam et les aminosides devraient en principe être reconstitués et dilués séparément lorsqu'un traitement concomitant avec les aminosides est indiqué.

Les informations mentionnées ci-dessous au sujet de la compatibilité ne sont pas valables pour les formulations de pipéracilline/tazobactam sans édétate de sodium.

La solution de Tazobac contenant de l'édétate de sodium ne peut être administrée simultanément par une perfusion en Y qu'avec les aminosides mentionnés ci-dessous et que si les conditions mentionnées ci-dessous sont remplies.

Les informations sur la compatibilité données dans ce tableau ne sont applicables que pour la formulation de pipéracilline/tazobactam contenant de l'EDTA:

Aminoside

Dose de Tazobac (g)

Volume de diluant de Tazobac (ml)

Gamme de concentrations* des aminosides (mg/ml)

Solvants acceptés

Amikacine

2.25, 4.5

50, 100, 150

1.75-7.5

solution de 0.9% de chlorure de sodium ou de 5% de glucose

Gentamicine

2.25, 4.5

50, 100, 150

0.7-3.32

Solution de 0.9% de chlorure de sodium ou de 5% de glucose

 

* La dose d'aminoside doit être calculée en fonction du poids du patient, de la sévérité de l'infection (sévère ou engageant le pronostic vital) et de sa fonction rénale (clairance de la créatinine). La posologie, le type et la durée de l'application des aminosides se trouvent dans l'information professionnelle des médicaments concernés.

La compatibilité entre Tazobac et d'autres aminosides n'a pas été établie à ce jour. Seuls les concentrations et solvants d'amikacine et de gentamicine susmentionnés se sont avérés compatibles avec les doses de Tazobac figurant dans le tableau ci-dessus pour une administration simultanée par perfusion en Y. Une administration simultanée par une perfusion en Y dans des conditions différentes de celles décrites ci-dessus peut entraîner une inactivation de l'aminoside par Tazobac.

Numéro d’autorisation

50991 (Swissmedic).

Présentation

Tazobac 2.25 g: poudre pour solution pour perfusion, flacon: 12. [A]

Tazobac 4.5 g: poudre pour solution pour perfusion, flacon: 12. [A]

Titulaire de l’autorisation

Pfizer AG, Zürich.

Mise à jour de l’information

Mars 2022.

LLD V027