Information for healthcare professionals Print


Solmucalm®

IBSA Institut Biochimique SA

Composition

Principes actifs: N-acetylcysteinum, chlorphenaminimaleas.

Excipients

Sirop pour enfants: arom.: vanillinum et alia, conserv.: kalii sorbas (E202), natrii benzoas (E211), excip. ad solutionem.

Sirop pour adultes: aromatica, cons.: kalii sorbas (E202), natrii benzoas (E211), excip. ad solutionem.

Note:

5 ml de sirop pour enfants correspondent à 10 kcal (42 kJ);

10 ml de sirop pour adultes correspondent à 20 kcal (84 kJ).

La N-acétylcystéine est contenue dans le couvercle, la chlorphénamine dans la solution contenue dans le flacon.

Forme galénique et quantité de principe actif par unité

Sirop pour enfants: 100 mg d'acétylcystéine et 2,0 mg de chlorphénamine par 5 ml.

Sirop pour adultes: 200 mg d'acétylcystéine et 4,0 mg de chlorphénamine par 10 ml.

Indications/Possibilités d’emploi

Traitement de la toux accompagnant les affections aiguës ou chroniques des voies respiratoires: bronchites, laryngo-trachéites, rhino-pharyngites.

Toux accompagnant les maladies infantiles, la grippe et les refroidissements.

Posologie/Mode d’emploi

Posologie usuelle

Enfants de 3 à 6 ans: 5 ml de sirop pour enfants 3× par jour.

Enfants de 6 à 12 ans: 5 ml de sirop pour enfants 3× par jour.

Selon la réponse individuelle de l'enfant, on peut augmenter la dose à 10 ml de sirop pour enfants 3× par jour.

Adultes et adolescents de plus de 12 ans: 10 ml de sirop pour adultes 3× par jour.

Préparation du sirop: voir la notice d'emballage.

La légère odeur sulfurée qui se dégage lors de l'ouverture du flacon de sirop se dissipe rapidement et n'a aucune influence sur l'efficacité du produit.

Si la production excessive de mucus accompagnant la toux ne régresse pas après une semaine de traitement, le diagnostic devrait être réévalué par un médecin.

Contre-indications

Hypersensibilité à l'un des composants selon la composition; ulcère peptique actif; risque de glaucome par fermeture d'angle; risque de rétention urinaire lié à des troubles urétroprostatiques; attaque aiguë d'asthme bronchique; traitement simultané par un inhibiteur MAO et jusqu'à 2 semaines après la fin d'un tel traitement; phéochromocytome; grossesse, allaitement.

Ne disposant pas de données sur les petits enfants, le traitement d'enfants de moins de 3 ans est contre-indiqué.

Mises en garde et précautions

La prudence est recommandée dans les cas suivants:

·risque d'hémorragies gastro-intestinales (ulcère peptique latent, varices oesophagiennes), car la N-acétylcystéine peut provoquer des vomissements;

·hyperréactivité du système bronchique (asthme bronchique) en raison du risque de spasmes bronchiques;

·insuffisance respiratoire (emphysème, bronchite chronique);

·hyperthyroïdisme, maladies cardiovasculaires ou hypertension;

·risque de glaucome;

·chez les enfants, en raison de la marge thérapeutique de la chlorphénamine, plus serrée chez l'enfant que chez l'adulte (voir «Surdosage»).

L'apparition de réactions d'hypersensibilité demande l'interruption immédiate du traitement et, le cas échéant, les mesures qui s'imposent (voir «Surdosage»).

Lors d'un traitement de longue durée, les fonctions hépatiques devraient être surveillées.

L'administration simultanée d'un antitussif d'action exclusivement centrale, tel que p.ex. la codéine ou le dextrométhorphane, est irrationnelle, car l'inhibition du réflexe de la toux (et du mécanisme d'autonettoyage des voies respiratoires) peut provoquer une accumulation des sécrétions fluidifiées et augmenter le risque d'un bronchospasme et d'une infection des voies respiratoires.

Le maléate de chlorphénamine peut provoquer de la somnolence et diminuer ainsi la capacité de réaction (voir «Effet sur l'aptitude à la conduite et l'utilisation de machines»).

Interactions

N-acétylcystéine

En raison de son groupe SH libre, l'acétylcystéine peut diminuer l'efficacité de certains antibiotiques, p.ex. diverses pénicillines, tétracyclines et céphalosporines, certains aminoglycosides, macrolides et l'amphotéricine B. De plus, les taux tissulaires d'amoxicilline peuvent augmenter lorsque cet antibiotique est administré en même temps que l'acétylcystéine. Par conséquent, les antibiotiques cités ne doivent pas être mélangés avec le sirop et en cas de co-prescription de Solmucalm avec les formes orales des antibiotiques cités, il est conseillé de prendre les deux médicaments séparément et avec au moins 2 heures d'intervalle entre l'un et l'autre.

En cas d'administration simultanée de nitroglycérine, les effets vasodilatateurs et inhibiteurs de l'agrégation thrombocytaire de cette dernière peuvent être renforcés.

Chlorphénamine

L'interaction entre la chlorphénamine et la phénytoïne (antiépileptique) se traduit par une élévation de la tension artérielle.

Une crise hypertensive peut survenir en cas d'association à un inhibiteur de la MAO, (voir «Contre-indications»). La chlorphénamine peut renforcer l'action de la procarbazine et diminuer les actions de la bêtahistine et des corticostéroïdes. Lors de l'administration simultanée d'un sédatif central (barbituriques, benzodiazépines, clonidine, dérivés morphiniques etc.) il faut s'attendre à un renforcement de l'effet. L'atropine et les autres substances atropiniques (antidépresseurs tricycliques, antiparkinsoniens et antispasmodiques du genre anticholinergiques etc.) renforcent les effets indésirables atropiniques (voir «Effets indésirables»).

L'alcool peut renforcer l'effet sédatif causé par la chlorphénamine et l'ingestion d'alcool pendant le traitement est donc déconseillée.

Grossesse, allaitement

Des études chez la femme ou chez l'animal ne sont disponibles pour l'acétylcystéine

ou la chlorphénamine, ni prises séparément, ni pour leur combinaison, et l'on manque d'expérience quant à leur administration simultanée chez les femmes enceintes. Il n'est pas connu si ces substances franchissent la barrière placentaire.

Il ne peut être exclu que la chlorphénamine puisse provoquer des effets indésirables graves, comme p.ex. des convulsions, chez le foetus ou le nouveau-né.

Solmucalm ne doit pas être administré en période de grossesse.

Allaitement

Etant donné qu'il n'est pas connu si l'acétylcystéine est excrétée dans le lait maternel, mais que cela est le cas pour la chlorphénamine et que cet antihistaminique peut provoquer des effets indésirables potentiellement graves chez le nourrisson, Solmucalm ne doit pas être administré en période d'allaitement. En cas d'indication impérative, la mère doit cesser d'allaiter.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Solmucalm peut provoquer de la somnolence et diminuer ainsi la capacité de réaction: la prudence est donc de mise en cas de conduite ou d'utilisation de machines et mieux vaut s'en abstenir en cas de doute.

La consommation concomitante d'alcool peut considérablement augmenter cet effet.

Effets indésirables

Les effets indésirables de Solmucalm sont le plus souvent liés à la chlorphénamine.

L'effet sédatif se manifeste fréquemment (somnolence, diminution de la capacité de réaction; voir «Mises en garde et précautions»).

Occasionnellement peuvent se manifester les effets anticholinergiques de la chlorphénamine, comme p.ex. sécheresse de la bouche, du nez et de la gorge, constipation, troubles de la miction, troubles de l'accommodation de l'oeil, déclenchement d'un glaucome, agitation (surtout chez les enfants), nervosité, insomnie.

Des cas isolés de dépression de la moelle osseuse ont été signalés avec la chlorphénamine.

Des effets indésirables occasionnels sous forme d'intolérance gastrique (brûlures d'estomac, nausées, vomissements, diarrhée), ainsi que rarement des céphalées, de la fièvre ou des bourdonnements d'oreille sont surtout liés à l'acétylcystéine. Dans de rares cas et surtout chez les patients prédisposés, une hypersensibilité sous forme de réactions de la peau (exanthème, prurit, urticaire) et des voies respiratoires (bronchospasmes, surtout chez les patients atteints d'asthme bronchique; voir «Mises en garde et précautions»)peut se manifester.

Comme pour toutes les préparations contenant de l'acétylcystéine, l'air expiré peut provisoirement avoir une odeur désagréable, due probablement à la libération d'hydrogène sulfuré à partir de ce principe actif.

Surdosage

Un surdosage aigu de Solmucalm provoque une intensification des effets indésirables énumérés ci-dessus et une augmentation des risques décrits sous «Mises en garde et précautions».

Dans la symptomatologie des effets d'un surdosage aigu et considérée la faible toxicité de l'acétylcystéine, seulement les effets toxiques de la chlorphénamine jouent un rôle. Ces effets se manifestent entre 30 minutes et 2 heures après l'absorption de la dose et peuvent persister pendant plusieurs jours: agitation (surtout chez l'enfant), dépression du système nerveux central (surtout chez l'adulte), rigidité musculaire, convulsions, hyperthermie, hypotension, collapsus cardio-vasculaire, paralysie du centre respiratoire et coma.

Les enfants réagissent de façon particulièrement sensible à un surdosage de chlorphénamine et, dans certains cas isolés, un surdosage de chlorphénamine chez de petits enfants a entraîné la mort.

Le traitement doit être symptomatique et de soutien, y compris la respiration artificielle et les anticonvulsifs si nécessaire.

Propriétés/Effets

Code ATC:R05CB10

Solmucalm contient deux principes actifs: l'acétylcystéine et la chlorphénamine.

L'acétylcystéine est un dérivé de la cystéine avec un groupe thiol libre réactif (nucléophile) qui possède des propriétés mucolytiques et antioxydantes.

L'acétylcystéine fluidifie les sécrétions des voies respiratoires, favorise l'expectoration et calme ainsi le réflexe de la toux. La durée de l'effet d'une dose thérapeutique unique d'acétylcystéine est de 4 à 6 heures.

La chlorphénamine est un antihistaminique H1. Elle antagonise diverses actions physiologiques et pathologiques de l'histamine, p.ex. la constriction de la musculature lisse des bronches et de la paroi intestinale. De plus, elle possède des propriétés sédatives. La durée de l'effet d'une dose thérapeutique unique de chlorphénamine est de 4 à 6 heures.

Pharmacocinétique

Absorption

L'absorption de la N-acétylcystéine après administration orale est rapide et complète; les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes 2 à 3 heures après la prise.La biodisponibilité de la N-acétylcystéine est d'environ 10%.

La chlorphénamine apparaît dans le plasma après 30 à 60 minutes et le pic plasmatique est obtenu après 2 à 6 heures. L'ingestion concomitante de nourriture diminue tant la vélocité d'absorption que la quantité absorbée. La biodisponibilité de la chlorphénamine sous forme de sirop est d'environ 60-70%.

En cas d'administration répétée dans la même journée, la chlorphénamine se cumule et l'équilibre dynamique («steady state») des taux plasmatiques n'est atteint qu'après 1 à 2 semaines.

Distribution

La N-acétylcystéine diffuse principalement dans le milieu aqueux de l'espace extracellulaire. Elle se localise surtout au niveau du foie, des reins, des poumons et dans le mucus bronchique. Dans l'organisme, la N-acétylcystéine se trouve soit sous forme libre, soit liée aux protéines plasmatiques de manière réversible par des ponts disulfures (environ 78%). Son volume de distribution est de 500 ml/kg.

Le volume de distribution de la chlorphénamine est de 1-10 l/kg. Dans le plasma les 69-72% sont liés aux protéines.

Il n'est pas connu si l'acétylcystéine franchit la barrière placentaire ou si elle est excrétée dans le lait maternel. En revanche, la chlorphénamine franchit la barrière hémato-encéphalique et elle est excrétée en faibles quantités dans le lait maternel, mais il n'est pas connu si, à l'instar d'autres antihistaminiques H1 (p.ex. la diphénhydramine), elle franchit la barrière placentaire.

Métabolisme

La métabolisation de la N-acétylcystéine commence immédiatement après la prise du médicament: elle est déacétylée au niveau de la paroi intestinale et lors de son premier passage hépatique. Les métabolites principaux sont la cystine et la cystéine.

La chlorphénamine est métabolisée lors de son passage à travers la muqueuse gastro-intestinale et dans le foie (effet de premier passage) en un métabolite monodéméthylé (22% environ) et un métabolite didéméthylé (3% environ).

Elimination

L'élimination de la N-acétylcystéine se fait essentiellement par les reins sous forme de métabolites inactifs. La demi-vie d'élimination est d'environ 1,3 h. Environ 30% de la dose administrée sont éliminés directement par voie rénale.

L'élimination de la chlorphénamine et de ses métabolites est essentiellement rénale; 20-35% de la dose absorbée de chlorphénamine sont excrétés de manière inchangée. La demi-vie terminale peut largement varier entre 13 et 30 h et elle dépend du pH de l'urine; dans l'urine alcaline elle atteint des valeurs inférieures. L'acétylcystéine, par contre, peut augmenter l'excrétion de la chlorphénamine par une action tamponnante et acidifiante sur l'urine.

Cinétique pour certains groupes de patients

En raison de la métabolisation de l'acétylcystéine et de la chlorphénamine dans le foie et l'élimination par voie rénale, une atteinte des fonctions de ces organes peut être accompagnée d'une prolongation de la demi-vie d'élimination et/ou d'une accumulation des substances inchangées ou de leurs métabolites.

Données précliniques

Il n'existe aucune donnée spécifique pertinente pour l'utilisation de la préparation.

Remarques particulières

Incompatibilités

L'acétylcystéine est incompatible avec la plupart des métaux et des substances oxydantes.

Stabilité

Le médicament ne peut être utilisé que jusqu'à la date indiquée sur l'emballage après «EXP». Une fois reconstitué, le sirop Solmucalm (pour adultes ou pour enfants) se conserve pendant 2 semaines à température ambiante.

Remarques concernant le stockage

Conserver à température ambiante (15–25 °C) et hors de portée des enfants.

Le principe actif chlorphénamine contenu dans la solution renfermée dans le flacon de Solmucalm peut lors d'ingestion accidentelle provoquer des effets indésirables graves, voire empoisonnements chez le petit enfant. Il est donc impératif de conserver ce médicament hors de portée des enfants.

Numéro d’autorisation

53336 (Swissmedic).

Présentation

Solmucalm Sirop pour enfants: 90 ml [D]

Solmucalm Sirop pour adultes: 180 ml [D]

Titulaire de l’autorisation

IBSA Institut Biochimique SA, CH-6903 Lugano.

Mise à jour de l’information

Mai 2008.