Information for healthcare professionals Print


Caverject® DC

Pfizer AG

Composition

Principes actifs

Alprostadilum.

Excipients

Alfadexum, lactosum, natrii citras, acidum hydrochloridum (ajustement du pH), natrii hydroxidum (ajustement du pH), alcohol benzylicus 4.45 mg, aqua ad iniectabile.

Teneur en sodium: 6.28 µg par seringue à deux compartiments.

Forme pharmaceutique et quantité de principe actif par unité

Poudre et solvant pour solution injectable en seringue pré-remplie.

Voie d'administration intracaverneuse.

1 seringue à deux compartiments à 10 μg contient 10 µg d'alprostadil et 0.5 ml de solvant pour la reconstitution.

1 seringue à deux compartiments à 20 μg contient 20 μg d'alprostadil et 0.5 ml de solvant pour la reconstitution.

Indications/Possibilités d’emploi

Traitement de la dysfonction érectile d'origine variée par injection intracaverneuse.

Posologie/Mode d’emploi

Mode d'administration

Caverject DC est injecté directement dans le corps caverneux du pénis. La dose sera déterminée individuellement pour chaque patient sous contrôle du médecin traitant. Par principe, utiliser toujours la dose efficace la plus faible possible.

Posologie usuelle

La posologie recommandée se situe entre 2.5 et 20 µg d'alprostadil. Une posologie supérieure à 60 µg n'est pas recommandée. Caverject DC ne doit pas être injecté plus d'une fois par jour et pas plus de trois fois par semaine.

1. Titration de la dose

La première injection doit être effectuée au cabinet médical par un professionnel de la santé.

Choisir la dose de telle sorte que l'érection soit suffisante pour la pénétration et qu'elle ne dure pas plus de 1 heure.

Le patient doit rester dans le cabinet du médecin jusqu'à détumescence complète.

Si le patient ne répond pas à la dose utilisée de Caverject DC, administrer la dose supérieure suivante durant l'heure qui suit. Si l'effet atteint est satisfaisant, l'injection suivante aura lieu au plus tôt un jour plus tard.

Dysfonction érectile d'origine vasculaire, psychogène ou inconnue: débuter le traitement par une dose de 2.5 µg. Si l'effet est insuffisant, augmenter à 5 µg, puis par paliers de 5 µg supplémentaires jusqu'à obtention de l'effet désiré. Si la dose initiale ne produit aucun effet, effectuer une deuxième injection avec 7.5 µg; puis augmenter la dose par paliers de 5-10 µg.

Dysfonction érectile d'origine neurogène: débuter le traitement par une dose de 1.25 µg. Utiliser dans ce cas la préparation Caverject (poudre et flacon perforable). Si l'effet n'est que partiel, augmenter la dose à 2.5 µg. Si l'effet est encore insuffisant, augmenter la dose à 5 µg, puis titrer par paliers de 5 µg supplémentaires jusqu'à obtention de l'effet souhaité.

2. Traitement d'entretien/auto-injection

Une fois le dosage ajusté, initier le patient à la technique d'auto-injection au plus tôt le jour suivant. À cet effet, il doit recevoir des directives précises de la part du médecin traitant. La capacité du patient à procéder lui-même aux injections doit être contrôlée. L'auto-injection est effectuée avec la dose déterminée lors de l'ajustement. Une surveillance étroite du patient est indispensable, surtout au début du traitement, car des adaptations posologiques peuvent s'avérer nécessaires.

Des contrôles trimestriels permettant de vérifier la technique d'auto-injection ainsi que l'efficacité et la sécurité sont recommandés. Si une adaptation posologique s'avère nécessaire, elle doit avoir lieu selon les instructions décrites et uniquement sur avis du médecin traitant.

La dose choisie doit permettre au patient d'obtenir une érection satisfaisante qui ne persiste pas plus de 1 heure. Si l'érection dure plus longtemps, il convient de réduire la dose. Le patient doit savoir qu'une érection qui dure plus de 4 heures doit être immédiatement signalée au médecin, car une érection prolongée risque de provoquer une impuissance irréversible par suite de lésions du tissu érectile.

Instructions posologiques particulières

Patients présentant des troubles de la fonction hépatique

Aucune donnée spécifique sur l'utilisation de Caverject DC chez des patients souffrant d'insuffisance hépatique n'est disponible. Sur la base du métabolisme de l'alprostadil, il n'est toutefois pas à attendre qu'un ajustement posologique soit nécessaire en cas d'insuffisance hépatique.

Patients présentant des troubles de la fonction rénale

Aucune donnée spécifique sur l'utilisation de Caverject DC chez des patients souffrant d'insuffisance rénale n'est disponible. Sur la base du métabolisme de l'alprostadil, il n'est toutefois pas à attendre qu'un ajustement posologique soit nécessaire en cas d'insuffisance rénale.

Patients âgés

Aucune donnée spécifique sur l'utilisation de Caverject DC chez des patients d'âge ≥65 ans n'est disponible. Une adaptation posologique en fonction de l'âge n'est toutefois vraisemblablement pas nécessaire en raison de la titration individuelle de la dose.

Enfants et adolescents

L'utilisation de Caverject DC n'est pas indiquée dans cette catégorie d'âge.

Contre-indications

·formations anatomiques du pénis (par ex. angulation, fibrose caverneuse, induration plastique du pénis).

·Implant pénien.

·Facteurs prédisposant au priapisme (par ex. drépanocytose, myélome multiple, leucémie).

·Traitement par tous types d'anticoagulants (en raison d'une tendance accrue aux hémorragies après l'injection intracaverneuse).

·Patients pour lesquels une activité sexuelle est déconseillée (par ex. en cas de graves affections cardio-vasculaires).

·Hypersensibilité au principe actif, l'alprostadil, ou aux excipients de Caverject DC.

Mises en garde et précautions

Caverject DC sera prescrit uniquement par des médecins expérimentés dans la manipulation de cette préparation ainsi que dans la pose du diagnostic et dans le traitement des complications (priapisme).

Avant de débuter un traitement par Caverject DC, il convient de diagnostiquer et de traiter les affections qui peuvent être à l'origine des troubles de l'érection.

Le patient doit recevoir des directives précises au sujet de la technique d'auto-injection. Il faut contrôler si le patient est en mesure de réaliser une auto-injection. La technique d'auto-injection doit faire régulièrement l'objet de discussions avec le patient également pendant le traitement.

Priapisme

Une érection prolongée et/ou un priapisme peuvent survenir après l'injection de substances vasoactives comme l'alprostadil. Les patients doivent savoir qu'une érection qui dure plus de 4 heures doit être immédiatement signalée au médecin, car une érection prolongée risque de provoquer une impuissance irréversible.

Dans les études cliniques, 4.4% des patients ont rapporté des érections prolongées (définies comme des érections qui persistent de quatre à six heures); l'incidence des priapismes (érection persistant durant plus de six heures) était de 0.4%. Dans la plupart des cas, la détumescence a été spontanée; des mesures thérapeutiques n'ont été nécessaires que dans 0.2% des cas.

Le traitement d'un priapisme peut s'effectuer par diverses méthodes, par ex. par aspiration, administration intracaverneuse de substances sympathomimétiques ou par intervention chirurgicale. Au moment d'instaurer le traitement par Caverject DC, le médecin choisira l'intervention qui pourrait éventuellement s'avérer nécessaire.

Fibroses du pénis

L'apparition de fibroses du pénis a été rapportée lors de l'utilisation de Caverject DC. Celles-ci comprennent des modifications telles que nodules fibreux, angulation ou induration plastique du pénis. Le risque de fibrose augmente vraisemblablement avec la durée du traitement. Dans les études cliniques, de telles modifications fibreuses ont été rapportées au total chez 2.9% des patients. Dans une étude de longue durée sur 18 mois (avec auto-injection), l'incidence des fibroses était toutefois de 8%.

Il est recommandé de pratiquer des examens réguliers du pénis, afin de déceler des modifications fibreuses ou une induration plastique du pénis. Le traitement par Caverject DC doit être interrompu chez les patients développant une angulation, une fibrose caverneuse ou une induration plastique du pénis.

Rupture de l'aiguille d'injection

L'administration de Caverject DC est réalisée au moyen d'une aiguille d'injection ultrafine. La possibilité de rupture d'une telle aiguille n'est pas à exclure. Des cas de rupture de l'aiguille, dans lesquels une partie de celle-ci est restée logée dans le pénis et a parfois dû être retirée chirurgicalement, ont été rapportés.

Une instruction minutieuse du patient quant à l'administration et à la technique d'injection peut réduire le risque de rupture de l'aiguille. Il convient d'informer les patients qu'ils ne doivent pas utiliser d'aiguilles tordues ni essayer de les redresser. Les aiguilles tordues doivent être retirées de la seringue et éliminées. Il faut utiliser une nouvelle aiguille d'injection, non utilisée et stérile.

Modifications hémodynamiques

Dans les études cliniques, une baisse de la pression artérielle et une élévation du pouls ont été observées sous des doses >20 µg. Ces modifications semblent être dose-dépendantes. Elles étaient habituellement sans pertinence clinique, et seul un petit nombre de patients a interrompu le traitement en raison d'une hypotension symptomatique.

Chez les patients présentant des antécédents d'accidents ischémiques transitoires ou des affections cardio-vasculaires instables, Caverject ne doit être utilisé qu'avec une prudence particulière et après une évaluation soigneuse du rapport bénéfice-risque.

Autres mesures de prudence

L'injection peut provoquer un petit saignement au site d'injection. Les patients qui sont atteints d'une maladie transmissible par le sang doivent être informés du risque accru d'infection pour leur partenaire. Le patient doit également être informé qu'il convient d'appliquer les mêmes mesures de protection contre les maladies sexuellement transmissibles que celles utilisées sans injection.

Aucune donnée concernant une utilisation concomitante avec d'autres médicaments traitant la dysfonction érectile n'est disponible. Par conséquent, une telle association est déconseillée.

Caverject DC ne possède aucune indication chez les femmes et chez les enfants/adolescents.

Ce médicament contient 4.45 mg d'alcool benzylique par seringue à deux compartiments par dose de 0.5 ml. L'alcool benzylique peut provoquer des réactions allergiques. Les volumes élevés doivent être utilisés avec prudence et en cas de nécessité uniquement, en particulier chez les personnes atteintes d'insuffisance hépatique ou rénale, en raison du risque d'accumulation et de toxicité (acidose métabolique).

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par seringue à deux compartiments, c.-à-d. qu'il est essentiellement «sans sodium».

Interactions

Aucune interaction n'est connue à ce jour.

Prudence chez les patients sous antihypertenseurs.

Caverject DC n'est pas prévu pour l'administration simultanée avec d'autres médicaments traitant la dysfonction érectile.

Grossesse, allaitement

Non pertinent.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Aucune étude correspondante n'a été effectuée.

Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Les douleurs péniennes constituent les effets indésirables les plus fréquemment observés (33.3%) après l'injection intracaverneuse d'alprostadil; elles ont été décrites dans la majorité des cas comme légères à modérées, et ont conduit dans 3% des cas à l'arrêt du traitement lors des études cliniques.

On observe également fréquemment des hématomes (3.4%) et des ecchymoses (1.7%) au site d'injection; ceux-ci sont plus dus à la technique d'injection qu'au principe actif lui-même.

Liste des effets indésirables

Les effets indésirables sont rangés par classe de système d'organes de la classification MedDRA et par fréquence selon la convention suivante: très fréquents (≥1/10), fréquents (≥1/100 à <1/10), occasionnels (≥1/1'000 à <1/100) et rares (≥1/10'000 à <1/1'000).

Infections et infestations

Occasionnels: infection à Candida, infections des voies respiratoires supérieures.

Affections du système nerveux

Fréquents: céphalée, vertige.

Occasionnels: hypoesthésie, syncope, présyncope.

Affections oculaires

Occasionnels: mydriase.

Affections cardiaques

Occasionnels: pouls accéléré, extrasystoles supraventriculaires.

Affections vasculaires

Occasionnels: hypotension, vasodilatation, réaction vasovagale, affections vasculaires périphériques.

Affections gastro-intestinales

Occasionnels: nausée, bouche sèche.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquents: érythème.

Occasionnels: prurit, exanthème.

Affections musculosquelettiques et du tissu conjonctif

Fréquents: crampes musculaires (par ex. dans les jambes), dorsalgie.

Affections du rein et des voies urinaires

Occasionnels: troubles mictionnels (comme accentuation de l'impériosité mictionnelle et/ou fréquence de miction augmentée), dysurie, hématurie, créatinine sérique élevée, saignements urétraux.

Affections des organes de reproduction et du sein

Très fréquents: douleur du pénis (37%).

Fréquents: rash pénien, érection prolongée, fibrose pénienne (voir «Mises en garde et précautions»).

Occasionnels: érection douloureuse, hypoesthésies/paresthésies du pénis, tuméfaction du testicule, douleurs testiculaires, troubles de l'éjaculation, priapisme, érythème scrotal, œdème scrotal, irritation pénienne, fuite veineuse dans le pénis, balanite, douleurs abdominales, phimosis, spermatocèle, kystes testiculaires.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquents: hématome au site d'injection, ecchymose au site d'injection.

Occasionnels: autres réactions au site d'injection, comme sensation de chaleur, œdème, irritation, inflammation, démangeaison, tuméfaction ou saignement), asthénie, faiblesse musculaire au niveau du fessier, sudation augmentée.

L'annonce d'effets secondaires présumés après l'autorisation est d'une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d'effet secondaire nouveau ou grave via le portail d'annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Signes et symptômes

Une érection prolongée et/ou un priapisme peuvent survenir après injection de substances vasoactives comme l'alprostadil.

Traitement

Le traitement d'un priapisme peut s'effectuer par diverses méthodes, par ex. par aspiration, administration intracaverneuse de substances sympathomimétiques ou par intervention chirurgicale. Les patients doivent savoir qu'une érection qui dure plus de 4 heures doit être immédiatement signalée au médecin.

Propriétés/Effets

Code ATC

G04BE01

Mécanisme d'action

L'alprostadil correspond à la prostaglandine physiologique E1 (PGE1). Il est doté de diverses propriétés pharmacologiques, dont les plus importantes sont la vasodilatation, l'inhibition de l'agrégation des thrombocytes, l'inhibition de la sécrétion d'acide gastrique et la stimulation de la musculature lisse intestinale et utérine.

On admet que l'effet de Caverject DC repose sur l'inhibition de l'activité du système alpha-1-adrénergique dans le tissu du pénis, ainsi que sur la relaxation de la musculature lisse des corps caverneux.

Pharmacodynamique

L'administration intracaverneuse de Caverject DC déclenche une érection. Celle-ci intervient 10 à 30 minutes après l'injection; la rigidité de l'érection est alors dose-dépendante.

Efficacité clinique

Aucune donnée disponible.

Pharmacocinétique

Caverject DC contient le principe actif alprostadil sous la forme d'un complexe avec l'alfadex. Lors de la reconstitution de la solution, le complexe se dissocie immédiatement en alprostadil et alfadex. De ce fait, la pharmacocinétique de l'alprostadil contenu dans Caverject DC est identique à celle de Caverject (poudre pour solution injectable en flacon perforable).

Absorption

Après injection intracaverneuse de 20 µg d'alprostadil, les concentrations plasmatiques moyennes d'alprostadil ont augmenté environ 5 minutes après l'injection à un niveau environ 22 fois supérieur à celui des concentrations endogènes initiales. Les concentrations sont revenues à leur taux initial en l'espace de 2 heures après l'injection.

Distribution

L'alprostadil se lie dans le plasma principalement à l'albumine (81%) et, dans une moindre mesure, à la fraction alpha-globuline-IV-4 (55%). Aucune liaison significative aux érythrocytes ou aux leucocytes n'a été observée.

Aucune rétention tissulaire de l'alprostadil ou de ses métabolites n'était détectable après utilisation intraveineuse.

Métabolisme

Après application intraveineuse, 70-90% de l'alprostadil circulant sont métabolisés au cours d'un seul passage à travers les poumons par bêta- et oméga-oxydation. Ce sont alors essentiellement le 13,14-dihydro-PGE1, pharmacologiquement actif, et les métabolites inactifs 15-céto-PGE1 et 15-céto-13, 14-dihydro-PGE1 qui apparaissent. Le 13,14-dihydro-PGE1 présente des propriétés hypotensives et antiagrégantes plaquettaires.

L'alprostadil est également rapidement métabolisé après injection intracaverneuse. Les concentrations plasmatiques de 13,14-dihydro-PGE1 ont augmenté 20 minutes après l'injection à un niveau 7 fois supérieur.

Élimination

Les métabolites de l'alprostadil sont éliminés principalement par voie rénale et pour une petite partie seulement par voie fécale. Après application intraveineuse, près de 90% de la dose est détectable dans les urines en l'espace de 24 heures. En raison de sa métabolisation rapide dans les poumons, la demi-vie de l'alprostadil est de moins de 1 minute.

Cinétique pour certains groupes de patients

Troubles de la fonction hépatique

Aucune donnée concernant la pharmacocinétique de l'alprostadil chez des patients souffrant d'insuffisance hépatique n'est disponible. Toutefois, en raison du métabolisme rapide de premier passage dans les poumons, aucune influence notable sur la pharmacocinétique de l'alprostadil due à une insuffisance hépatique n'est à craindre.

Troubles de la fonction rénale

Aucune donnée concernant la pharmacocinétique de l'alprostadil chez des patients souffrant d'insuffisance rénale n'est disponible. Toutefois, en raison du métabolisme rapide de premier passage dans les poumons, aucune influence notable sur la pharmacocinétique de l'alprostadil due à une insuffisance rénale n'est à craindre.

Patients âgés

Aucune donnée concernant la pharmacocinétique de l'alprostadil après administration intracaverneuse chez des patients âgés n'est disponible.

Données précliniques

Génotoxicité

En tant que substance endogène, la PGE1 est considérée comme sans danger par rapport à d'éventuels effets mutagènes.

Carcinogénicité

En tant que substance endogène, la PGE1 est considérée comme sans danger par rapport à d'éventuels effets cancérogènes.

Toxicité sur la reproduction

La spermatogenèse n'était pas compromise par l'alprostadil lors d'une étude sur la reproduction menée chez le rat à des doses allant jusqu'à 0.2 mg/kg/jour en administration sous-cutanée.

Remarques particulières

Stabilité

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.

Remarques particulières concernant le stockage

Conserver les seringues à deux compartiments (poudre stérile et solvant) à température ambiante (15-25 °C) et hors de portée des enfants.

Caverject DC est destiné à un usage unique. Les restes de solution non utilisée doivent être éliminés.

Remarques concernant la manipulation

Vérifier visuellement l'absence de particules étrangères ou de colorations avant l'utilisation de médicaments administrés par injection parentérale.

Instructions d'utilisation

Reconstituer la solution immédiatement avant son administration.

Placer l'aiguille sur la seringue et visser dans le sens des aiguilles d'une montre jusqu'à la butée. Retirer le capuchon protecteur en plastique de l'aiguille. Lorsque vous tournez le piston dans le sens des aiguilles d'une montre, la poudre stérile se mélange au solvant dans la seringue. Bien mélanger le contenu en renversant deux fois la seringue. La solution doit être limpide. Lorsque vous tournez l'extrémité du piston, apparaissent dans la fenêtre de lecture quatre dosages différents en chiffres, correspondant à des microgrammes d'alprostadil. Choisir la dose à injecter parmi ces quatre possibilités.

Caverject DC est administré par voie intracaverneuse dans des conditions stériles. Le site d'injection se situe sur l'axe dorso-latéral dans le tiers proximal du pénis; il convient d'effectuer les injections alternativement de chaque côté et de désinfecter la zone avant l'injection; veiller en outre à éviter les veines visibles. Caverject DC est destiné à un usage unique et un éventuel reste de solution doit être éliminé.

Numéro d’autorisation

55674 (Swissmedic).

Présentation

Caverject DC 10 µg: 2 seringues à deux compartiments [A].

Caverject DC 20 µg: 2 seringues à deux compartiments [A].

L'emballage de chaque seringue contient en plus 1 aiguille (29G) et 2 tampons stériles imprégnés d'alcool isopropylique à 70%.

Titulaire de l’autorisation

Pfizer AG, Zürich.

Mise à jour de l’information

Août 2021

LLD V008