Information for healthcare professionals Print


Prevenar 13®

Pfizer AG

Composition

Principes actifs

Polysaccharida streptococci pneumoniae (serotype 1, 3, 4, 5, 6A, 6B, 7F, 9V, 14, 18C, 19A, 19F, 23F) conjugatum cum proteinum corynebacteriae diphteriae CRM197.

Adjuvant

Aluminii phosphas.

Excipients

Natrii chloridum (1.67 mg de sodium), acidum succinicum, polysorbatum 80, aqua ad iniectabilia.

Forme pharmaceutique et quantité de principe actif par unité

Suspension injectable en seringue préremplie pour injection i. m..

Une dose de vaccin (suspension injectable de 0.5 ml) contient: 2.2 μg de polyosides pneumococciques de chacun des sérotypes 1, 3, 4, 5, 6A, 7F, 9V, 14, 18C, 19A, 19F et 23F, et 4.4 μg du sérotype 6B (30.8 μg de polyosides au total) conjugués à la protéine porteuse CRM197 (env. 32 μg au total) et adsorbés sur phosphate d'aluminium (0.125 mg d'aluminium au total).

Une fois agité, le vaccin se présente sous la forme d'une suspension injectable homogène blanche.

Indications/Possibilités d’emploi

Immunisation active pour la prévention des maladies invasives, de la pneumonie et de l'otite moyenne aiguë causées par Streptococcus pneumoniae chez les nourrissons et les enfants âgés de 6 semaines à 5 ans.

Immunisation active pour la prévention des maladies invasives et des pneumonies causées par Streptococcus pneumoniae, chez les adultes ≥65 ans. Prevenar 13 ne protège pas contre les maladies causées par les sérotypes de S. pneumoniae, qui ne font pas partie de la composition du vaccin.

Voir rubriques «Mises en garde et précautions» et «Propriétés/Effets» pour les informations sur la protection contre des sérotypes pneumococciques spécifiques.

Prevenar 13 doit être utilisé selon les recommandations officielles en tenant compte du risque de maladies invasives et de pneumonies dans les différentes classes d'âge, des maladies sous-jacentes existantes ainsi que de la variabilité de l'épidémiologie des sérotypes en fonction des zones géographiques.

Posologie/Mode d’emploi

Les schémas vaccinaux avec Prevenar 13 doivent suivre les recommandations officielles en la matière. Chez les nourrissons qui ont reçu une première dose de Prevenar 13, il est recommandé de terminer le schéma de vaccination avec Prevenar 13.

Afin d'assurer la traçabilité des médicaments biotechnologiques, il convient de documenter pour chaque traitement le nom commercial et le numéro de lot.

Posologie usuelle

Nourrissons âgés de 6 semaines à 6 mois

Primovaccination en trois doses

Le schéma vaccinal recommandé comprend quatre doses de 0.5 ml chacune. La primovaccination comprend trois doses, la première dose étant généralement administrée à l'âge de 2 mois et l'intervalle entre les doses devant être d'au moins 1 mois. La première dose peut être administrée dès l'âge de 6 semaines. La quatrième dose (rappel) est recommandée entre l'âge de 11 et 15 mois.

Primovaccination en deux doses

Comme alternative, lorsque Prevenar 13 est administré dans le cadre d'un programme de vaccination standard chez le nourrisson, un schéma à trois doses, de 0.5 ml chacune, peut être utilisé. La première dose peut être administrée à partir de l'âge de 2 mois, puis une deuxième dose 2 mois plus tard. La troisième dose (rappel) est recommandée entre l'âge de 11 et 15 mois (voir rubrique «Propriétés/Effets»).

Prématurés (<37 semaines de grossesse)

Chez les prématurés, le schéma vaccinal recommandé comprend quatre doses, de 0.5 ml chacune. La primovaccination comprend trois doses, la première dose étant administrée à l'âge de 2 mois et l'intervalle entre les doses devant être d'au moins 1 mois. La première dose peut également être administrée dès l'âge de 6 semaines. La quatrième dose (rappel) est recommandée entre l'âge de 11 et 15 mois (voir rubrique «Mises en garde et précautions» et «Propriétés/Effets»).

Nourrissons et enfants non vaccinés âgés de ≥7 mois

Nourrissons âgés de 7 à 11 mois

Deux doses, de 0.5 ml chacune, avec un intervalle d'au moins 1 mois entre les doses. Une troisième dose est recommandée au cours de la deuxième année de vie.

Enfants âgés de 12 à 23 mois

Deux doses, de 0.5 ml chacune, avec un intervalle d'au moins 2 mois entre les doses.

Enfants âgés de 2 à 5 ans

Une seule dose de 0.5 ml.

Schéma vaccinal de Prevenar 13 pour les nourrissons et enfants préalablement vaccinés par Prevenar (7-valent) (sérotypes 4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F et 23F de Streptococcus pneumoniae)

Prevenar 13 contient les 7 mêmes sérotypes que ceux inclus dans Prevenar et utilise la même protéine porteuse CRM197. Les nourrissons et enfants qui ont commencé la vaccination par Prevenar peuvent passer à Prevenar 13 à tout moment du schéma.

Enfants âgés de 12 à 23 mois

Les enfants ayant reçu moins de 2 doses de Prevenar 13 durant la primovaccination du nourrisson doivent recevoir deux doses du vaccin (avec un intervalle d'au moins 2 mois entre les doses) afin de compléter le schéma d'immunisation pour les six sérotypes additionnels. Comme alternative, compléter la vaccination conformément aux recommandations officielles.

Enfants âgés de 2 à 5 ans

Une seule dose.

Adultes ≥65 ans

Une seule dose.

La nécessité d'une vaccination de rappel par une dose ultérieure de Prevenar 13 n'a pas été démontrée.

Indépendamment du statut vaccinal anti-pneumococcique préexistant, si l'utilisation du vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent est prévue, Prevenar 13 doit être administré en premier (voir rubriques «Interactions» et «Propriétés/Effets»).

Mode d'administration

Le vaccin doit être administré par voie intramusculaire. Les sites recommandés sont la face antérolatérale de la cuisse (Musculus vastus lateralis) chez les nourrissons, ou le muscle deltoïde du bras chez les jeunes enfants et les adultes.

Contre-indications

Hypersensibilité à l'un des principes actifs, à l'un des autres composants ou à l'anatoxine diphtérique.

Comme pour les autres vaccins, l'administration de Prevenar 13 doit être différée chez les nourrissons et les enfants présentant une maladie fébrile aiguë sévère. En revanche, une infection mineure, telle qu'un rhume, ne doit pas conduire à différer la vaccination.

Mises en garde et précautions

Prevenar 13 ne doit pas être administré par voie intravasculaire.

Comme pour tous les vaccins injectables, une prise en charge médicale et une surveillance adéquates doivent être garanties pour les rares cas de survenue d'une réaction anaphylactique après l'administration du vaccin.

Ce vaccin ne doit pas être administré par injection intramusculaire à des sujets présentant une thrombopénie ou tout autre trouble de la coagulation dans lequel une injection intramusculaire serait contre-indiquée, mais peut être administré par voie sous-cutanée si le bénéfice potentiel est clairement supérieur aux risques (voir rubrique «Propriétés/Effets - Réponses immunitaires après administration sous-cutanée»).

Prevenar 13 protège uniquement contre les sérotypes de Streptococcus pneumoniae inclus dans le vaccin et ne protège pas contre d'autres micro-organismes causant une maladie invasive, une pneumonie ou une otite moyenne. Comme tout autre vaccin, Prevenar 13 peut ne pas protéger tous les sujets vaccinés contre les maladies pneumococciques.

Les sujets ayant une altération de la réponse immunitaire, en raison d'un traitement immunosuppresseur, d'une anomalie génétique, d'une infection par le VIH, ou pour d'autres raisons, peuvent avoir une réponse vaccinale en anticorps réduite.

Les données de sécurité et d'immunogénicité ne sont pas encore disponibles chez les sujets d'autres groupes spécifiques à haut risque de maladie invasive à pneumocoques (tels que les enfants présentant un autre dysfonctionnement splénique congénital ou acquis, une infection par le VIH, un cancer, un syndrome néphrotique). La vaccination dans les groupes à haut risque doit être envisagée au cas par cas. Il n'existe pas encore de données spécifiques disponibles pour Prevenar 13.

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par dose de vaccin (0.5 ml de suspension injectable), c.-à-d. qu'il est essentiellement «sans sodium».

Nourrissons et enfants âgés de 6 semaines à 5 ans

Au cours des études cliniques, Prevenar 13 a induit une réponse immunitaire vis-à-vis de la totalité des treize sérotypes inclus dans le vaccin. La réponse immunitaire pour le sérotype 3, après la dose de rappel, n'était pas plus élevée que les niveaux observés après la primovaccination chez le nourrisson; la pertinence clinique de cette observation concernant l'induction de la mémoire immunitaire pour le sérotype 3 n'est pas connue (voir rubrique «Propriétés/Effets»).

Les proportions de répondeurs en ce qui concerne les anticorps fonctionnels (titres OPA ≥1:8) étaient élevées pour les sérotypes 1, 3 et 5. Cependant, les titres des moyennes géométriques en OPA étaient plus bas que ceux contre chacun des autres sérotypes vaccinaux additionnels; la pertinence clinique de cette observation concernant l'efficacité protectrice n'est pas connue (voir rubrique «Propriétés/Effets»).

Des données limitées ont démontré que Prevenar 7-valent (avec une primovaccination de trois doses) induit une réponse immunitaire convenable chez les nourrissons drépanocytaires, avec un profil de tolérance similaire à celui observé chez les enfants qui ne sont pas à haut risque (voir rubrique «Propriétés/Effets»).

Les enfants de moins de 2 ans doivent recevoir le nombre de doses de Prevenar 13 approprié pour leur âge (voir rubrique «Posologie/Mode d'emploi»). L'utilisation d'un vaccin pneumococcique conjugué ne se substitue pas à celle de vaccins pneumococciques polysaccharidiques 23-valents chez les enfants d'au moins 2 ans présentant un risque accru de maladie invasive due à Streptococcus pneumoniae (par exemple drépanocytose, asplénie, infection par le VIH, maladies chroniques ou immunosuppression). Les enfants à risque âgés de 24 mois et plus et ayant déjà reçu une primovaccination avec Prevenar 13 doivent recevoir le vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent lorsque celui-ci est recommandé. L'intervalle entre le vaccin pneumococcique conjugué 13-valent (Prevenar 13) et le vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent ne doit pas être inférieur à 8 semaines. Il n'existe aucune donnée indiquant si l'administration du vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent à des enfants ayant ou non reçu une primovaccination par Prevenar 13 pourrait entraîner une diminution de la réponse immunitaire lors de l'administration ultérieure de doses de Prevenar 13.

Le risque potentiel d'apnées avec nécessité de surveillance respiratoire continue pendant 48 à 72 h doit être soigneusement pris en compte lors de l'administration de doses de primovaccination chez les grands prématurés (nés à 28 semaines de grossesse ou moins) et particulièrement chez ceux ayant des antécédents d'immaturité respiratoire. En raison du bénéfice élevé de la vaccination chez ces nourrissons, l'administration ne doit pas être suspendue ou reportée.

S'agissant des sérotypes vaccinaux, la protection attendue contre les otites moyennes est plus faible que la protection contre les maladies invasives. La protection attendue contre toutes les otites moyennes est faible, car les otites moyennes ne sont pas seulement dues aux sérotypes pneumococciques contenus dans le vaccin, mais aussi à de nombreux autres agents pathogènes (voir rubrique «Propriétés/Effets»).

Il n'existe aucune étude ayant examiné le taux de fièvre, la sécurité générale et l'immunogénicité suite à l'administration concomitante du vaccin pneumococcique conjugué 13-valent (Prevenar 13) et d'Infanrix hexa (DTCa-HepB-IPV + Hib) en comparaison de l'administration isolée d'Infanrix hexa. À l'issue d'un essai clinique, les données concernant le vaccin pneumococcique conjugué 7-valent (Prevenar) ont fait observer un taux plus élevé de fièvre après l'administration concomitante d'Infanrix hexa et de Prevenar (7-valent) en comparaison d'Infanrix hexa administré seul. Les réactions fébriles étaient pour la plupart modérées (39 °C ou moins) et temporaires (voir aussi «Effets indésirables»). Il est possible d'envisager un traitement antipyrétique.

Un traitement antipyrétique doit être instauré conformément aux recommandations thérapeutiques nationales en vigueur pour les enfants présentant des antécédents de convulsions ou de convulsions fébriles ainsi que pour tous les enfants recevant Prevenar 13 simultanément à un vaccin coquelucheux à germes entiers.

Interactions

Les différents vaccins injectables doivent toujours être administrés en différents points d'injection.

Nourrissons et enfants âgés de 6 semaines à 5 ans

Prevenar 13 peut être administré avec chacun des antigènes vaccinaux suivants (sous forme de vaccins monovalents ou de vaccins combinés): diphtérique, tétanique, coquelucheux acellulaire ou à germes entiers, Haemophilus influenzae type b, poliomyélitique inactivé, hépatite B, méningococcique de sérogroupe C, rougeole, oreillons, rubéole et varicelle. Les études cliniques ont montré que les réponses immunitaires et les profils de sécurité des vaccins co-administrés n'étaient pas affectés. Au cours des études cliniques avec co-administration de Prevenar 13 et d'un vaccin contre le rotavirus, aucune modification des profils de sécurité de ces vaccins n'a été observée.

Dans une étude clinique à 5 bras menée après la commercialisation, en comparaison avec un groupe témoin, l'influence d'une prise prophylactique d'antipyrétiques (2 et 3 doses de paracétamol, 2 et 3 doses d'ibuprofène) sur la réponse immunitaire à Prevenar 13 en cas de co-administration d'Infanrix hexa a été étudiée. Le seuil de signification avait été préalablement fixé à p<0.0125. Après la primovaccination, une diminution significative de la réponse immunitaire à Prevenar 13 pour les sérotypes 3, 4, 5, 6B et 23F a été induite par le paracétamol, à un seuil de signification de p<0.0125. La réponse immunitaire à la dose de rappel administrée à l'âge de 12 mois n'a pas été influencée à un seuil de signification de p<0.0125. La pertinence clinique de cette observation est inconnue.

Adultes ≥65 ans

L'administration concomitante de Prevenar 13 et du vaccin trivalent inactivé contre la grippe (TIV) a été évaluée dans 2 études menées chez des adultes âgés de 50 à 59 ans et de 65 ans et plus. Les réponses aux 3 antigènes TIV étaient comparables lorsque le TIV était administré seul ou en association avec Prevenar 13.

Lors d'une administration concomitante de Prevenar 13 et du TIV, les réponses immunitaires à Prevenar 13 étaient plus faibles en comparaison de celles obtenues avec Prevenar 13 seul. Cependant, aucun effet à long terme n'a été constaté sur les taux d'anticorps circulants.

Dans une troisième étude portant sur des adultes âgés de 50 à 93 ans, l'administration concomitante de Prevenar 13 et du vaccin antigrippal quadrivalent inactivé (QIV) saisonnier a été évaluée. Les réponses immunitaires aux 4 souches de QIV n'étaient pas inférieures lors de l'administration concomitante de Prevenar 13 et du QIV en comparaison de l'administration du QIV seul.

Les réponses immunitaires à Prevenar 13 n'étaient pas inférieures en cas d'administration concomitante de Prevenar 13 et du QIV en comparaison de l'administration de Prevenar 13 seul. Comme lors de l'administration concomitante de vaccins trivalents, les réponses immunitaires à certains sérotypes de pneumocoques étaient plus faibles lors de l'administration conjointe des deux vaccins. Dans une analyse exploratoire post-hoc de l'immunogénicité, qui n'était pas conçue pour étudier la non-infériorité dans le sous-groupe des participants âgés de 65 ans et plus, le critère de non-infériorité a été rempli pour tous les sérotypes, à l'exception des sérotypes 4 et 6A (en appliquant le même double critère de non-infériorité que pour l'ensemble des participants à l'étude).

L'utilisation concomitante avec d'autres vaccins n'a pas été étudiée.

Les différents vaccins injectables doivent toujours être administrés à des sites d'injection différents.

L'administration concomitante de Prevenar 13 et du vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent n'a pas été étudiée. Dans les études cliniques lors desquelles Prevenar 13 était administré un an après le vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent, les réponses immunitaires pour tous les sérotypes étaient plus faibles que lorsque Prevenar 13 était administré à des personnes qui n'avaient pas été immunisées auparavant avec le vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent. La pertinence clinique de cette constatation est inconnue.

Grossesse, allaitement

On ne dispose pas d'informations concernant la sécurité d'emploi de Prevenar 13 pendant la grossesse et l'allaitement.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Prevenar 13 n'a aucune influence ou une influence négligeable sur l'aptitude à la conduite ou l'utilisation de machines. Cependant, certains des effets mentionnés dans la rubrique «Effets indésirables» peuvent affecter temporairement l'aptitude à conduire ou à utiliser des machines.

Effets indésirables

Les effets indésirables rapportés lors des études cliniques ou depuis la commercialisation sont listés ci-après par système d'organes et par fréquence pour tous les groupes d'âge. Les fréquences sont définies comme suit: très fréquents (≥1/10), fréquents (≥1/100 à <1/10), occasionnels (≥1/1'000 à <1/100), rares (≥1/10'000 à <1/1'000), très rares (<1/10'000).

Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés suivant un ordre décroissant de gravité.

Nourrissons et enfants âgés de 6 semaines à 5 ans

La sécurité du vaccin a été évaluée lors d'études cliniques contrôlées, au cours desquelles 14'267 doses ont été administrées à 4'429 nourrissons en bonne santé âgés d'au moins 6 semaines lors de la première vaccination et de 11 à 16 mois lors de la dose de rappel. Dans toutes les études chez les enfants, Prevenar 13 a été co-administré avec les vaccins pédiatriques habituels (voir rubrique «Interactions»).

La sécurité chez 354 enfants (âgés de 7 mois à 5 ans) non préalablement vaccinés a également été étudiée.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ont été des réactions au site d'injection, de la fièvre, une irritabilité, un appétit diminué et une hypersomnie et/ou un sommeil diminué.

Il n'existe aucune étude ayant examiné le taux de fièvre, la sécurité générale et l'immunogénicité suite à l'administration concomitante de Prevenar 13 et d'Infanrix hexa en comparaison de l'administration isolée d'Infanrix hexa. Dans une étude clinique portant sur Prevenar (7-valent) chez des nourrissons de 2, 3 et 4 mois, la survenue de fièvre ≥38 °C a été rapportée plus fréquemment chez ceux vaccinés avec Prevenar 7-valent en association avec Infanrix hexa (28.3% à 42.3%) que chez les nourrissons ayant reçu Infanrix hexa seul (15.6% à 23.1%). Après une dose de rappel à un âge compris entre 12 et 15 mois, pour 50.0% de ces nourrissons vaccinés avec Prevenar 7-valent en association avec Infanrix hexa, la fièvre était ≥38 °C, en comparaison de 33.6% des nourrissons chez lesquels Infanrix hexa avait été administré seul. Une fièvre >39.5 °C a été observée chez 2.6% des sujets suite à l'inoculation simultanée d'Infanrix hexa et Prevenar 7-valent et chez 1.5% des sujets vaccinés uniquement avec de l'Infanrix hexa. Les réactions fébriles étaient pour la plupart modérées et temporaires.

Les réactions au site d'injection ont été rapportées plus fréquemment chez les enfants âgés de plus de 12 mois que chez les nourrissons au cours de la primovaccination par Prevenar 13.

Effets indésirables au cours des études cliniques

Au cours des études cliniques, le profil de sécurité de Prevenar 13 a été comparable à celui de Prevenar. Les fréquences suivantes sont basées sur les effets indésirables issus des études cliniques avec Prevenar 13 et considérés comme liés à la vaccination:

Affections du système immunitaire

Rares: réaction d'hypersensibilité, y compris œdème de la face; dyspnée; bronchospasme.

Affections du système nerveux

Occasionnels: convulsion (y compris convulsion fébrile).

Rares: épisode hypotonique-hyporéactif.

Affections gastro-intestinales

Très fréquents: appétit diminué (42%).

Fréquents: vomissement; diarrhée.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquents: rash.

Occasionnels: urticaire ou rash de type urticarien.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquents: fièvre (43%); irritabilité (69%); érythème (44%), induration/tuméfaction (33%) ou douleur/sensibilité (52%) du site d'injection; envie de dormir (59%); sommeil de mauvaise qualité (36%); érythème de 2.5 à 7.0 cm (12% resp. 38%) ou induration/tuméfaction de 2.5 à 7.0 cm (12% resp. 25%) au site d'injection (après la dose de rappel resp. chez les enfants plus âgés [âgés de 2 à 5 ans]).

Fréquents: fièvre >39 °C; altération de la mobilité au site d'injection (due à la douleur); érythème ou induration/tuméfaction au site d'injection de 2.5 à 7.0 cm (après primovaccination chez le nourrisson).

Occasionnels: érythème, induration/tuméfaction >7.0 cm au site d'injection; pleurs.

Effets indésirables après commercialisation

Effets secondaires de Prevenar rapportés spontanément après commercialisation

Bien que les effets secondaires suivants n'aient pas été observés au cours des études cliniques avec Prevenar 13, ils sont considérés comme des effets secondaires non seulement de Prevenar, mais aussi de Prevenar 13. Les fréquences mentionnées sont basées sur les taux de notification spontanée avec Prevenar.

Affections hématologiques et du système lymphatique

Très rares: lymphadénopathie (localisée dans la région du site d'injection).

Affections du système immunitaire

Rares: réaction anaphylactique/anaphylactoïde, y compris choc; angioœdème.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Très rares: érythème polymorphe.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Rares: urticaire, dermatite, prurit au site d'injection; bouffée congestive.

Informations complémentaires pour certains groupes particuliers

Apnée chez les grands prématurés (nés à 28 semaines de grossesse ou avant, voir rubrique «Mises en garde et précautions»).

Dans une étude comparant environ 100 prématurés et environ 100 nourrissons nés à terme, dans le cadre d'une primovaccination à 3 doses, on a observé de façon significativement plus fréquente chez les prématurés un appétit diminué après la 1ère et la 2e dose, et une irritabilité/un sommeil de mauvaise qualité après la 2e dose (voir rubrique «Propriétés/Effets»).

Le tableau 1 ci-dessous reprend les événements indésirables graves observés lors de cette étude et compare la centaine de prématurés à la centaine de nourrissons nés à terme.

Tableau 1: Événements indésirables graves – Primovaccination

 

Groupe (tel qu'inclus dans l'étude)

 

Groupe 1
(Prématurés)
N = 100

Groupe 2
(Nourrissons nés à terme)
N = 100

 

Classes de systèmes d'organes/
dénomination préférée

Nombre de sujetsa

%

Nombre d'événementsb

Nombre de sujetsa

%

Nombre d'événementsb

Valeur pc

Tous les événements

14

14.0

20

5

5.0

6

0.051

Affections gastro-intestinales

3

3.0

3

0

0.0

0

0.246

·Douleur abdominale

2

2.0

2

0

0.0

0

0.497

·Maladie de reflux gastro-œsophagien

1

1.0

1

0

0.0

0

>.99

Infections et infestations

12

12.0

14

5

5.0

6

0.126

·Infection des voies aériennes supérieures à adénovirus

0

0.0

0

1

1.0

1

>.99

·Bronchiolite

4

4.0

4

2

2.0

2

0.683

·Bronchite

0

0.0

0

1

1.0

1

>.99

·Gastroentérite

1

1.0

1

0

0.0

0

>.99

·Pneumonie

2

2.0

2

1

1.0

1

>.99

·Pneumonie à virus respiratoire syncytial

2

2.0

2

0

0.0

0

0.497

·Pyélonéphrite aiguë

1

1.0

1

0

0.0

0

>.99

·Bronchiolite due au virus respiratoire syncytial

2

2.0

2

1

1.0

1

>.99

·Infection des voies aériennes supérieures

2

2.0

2

0

0.0

0

0.497

Troubles du métabolisme et de la nutrition

1

1.0

1

0

0.0

0

>.99

·Déshydratation

1

1.0

1

0

0.0

0

>.99

Affections des organes de reproduction et du sein

1

1.0

1

0

0.0

0

>.99

·Torsion d'un kyste ovarien

1

1.0

1

0

0.0

0

>.99

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

1

1.0

1

0

0.0

0

>.99

·Hyperréactivité bronchique

1

1.0

1

0

0.0

0

>.99

 

a Nombre de sujets pour lesquels au moins un événement a été rapporté.

b Il est possible que plus d'un événement soit rapporté pour un même sujet.

c Test exact de Fisher, bilatéral, utilisé pour calculer la différence entre les groupes vaccinaux, en pourcentage des sujets pour lesquels un événement a été rapporté.

Adultes ≥65 ans inclus dans l'étude d'efficacité clinique CAPiTA

Dans l'étude CAPiTA, 42'240 sujets ≥65 ans vaccinés par Prevenar 13 ont été comparés à 42'256 sujets ≥65 ans sous placebo.

Sur les 84'496 participants, 58'072 (68.7%) étaient âgés de ≥65 à <75 ans, 23'481 (27.8%) étaient âgés de ≥75 et <85 ans et 2'943 (3.5%) étaient âgés de ≥85 ans. Sur l'ensemble de la population de sécurité, le nombre d'hommes inclus (55.9%) était supérieur à celui des femmes. Les adultes présentant des maladies immunodépressives ou recevant un traitement immunosuppresseur, ainsi que les adultes hébergés dans un établissement de soins de longue durée ou nécessitant des soins semi-professionnels étaient exclus. Les adultes présentant des maladies préexistantes et les sujets ayant des antécédents de tabagisme étaient autorisés à participer. Dans la population de sécurité, 42.3% des sujets présentaient des maladies préexistantes, y compris une maladie cardiaque (25.4%), une maladie pulmonaire ou de l'asthme (15.1%) et un diabète sucré de type 1 et de type 2 (12.5%). Au début de l'étude, 12.3% des sujets étaient déclarés fumeurs.

Dans un sous-groupe de 2'011 sujets (1'006 sujets vaccinés par Prevenar 13 et 1'005 sujets ayant reçu le placebo), les effets secondaires cités sur le questionnaire ont été enregistrés sur une période de 7 jours après la vaccination en consignant les événements locaux et systémiques dans des journaux électroniques; les effets indésirables ne figurant pas sur le questionnaire ont été recueillis pendant une période de 28 jours après la vaccination et les effets indésirables graves ont été recueillis pendant une période de 6 mois après la vaccination. Pour les 41'231 autres sujets vaccinés par Prevenar 13 et les 41'250 sujets ayant reçu le placebo, les effets secondaires graves ont été recueillis pendant une période de 28 jours après la vaccination.

Dans l'étude CAPiTA (sujets de 65 ans et plus), des effets secondaires graves ont été rapportés dans le mois suivant la vaccination chez 327 des 42'237 sujets (0.8%) ayant reçu Prevenar 13 (352 événements) et chez 314 des 42'225 sujets (0.7%) ayant reçu le placebo (337 événements). Dans le sous-groupe de sujets chez lesquels des effets secondaires graves ont été observés sur une période de 6 mois, 70 des 1'006 sujets (7%) vaccinés par Prevenar 13 (90 événements) et 60 des 1'005 sujets (6%) ayant reçu le placebo (69 événements) ont rapporté des effets indésirables graves.

Au cours de la période de suivi (d'une durée moyenne de 4 ans), sur le nombre cumulé des cas, 3'006 décès (7.1%) ont été observés dans le groupe Prevenar 13 et 3'005 décès (7.1%) dans le groupe placebo. Au cours des 28 jours suivant la vaccination, 10 décès (<0.1%) sont survenus dans le groupe Prevenar 13 et 10 décès (<0.1%) dans le groupe placebo. Dans la période de 29 jours à 6 mois après la vaccination, 161 décès (0.4%) sont survenus dans le groupe Prevenar 13 et 144 décès (0.3%) dans le groupe placebo.

Ces données ne fournissent aucune preuve d'un lien de causalité entre les décès et la vaccination par Prevenar 13.

Tableau 2: Pourcentage des sujets présentant des effets secondaires locaux rapportés en réponse aux questionnements dans l'étude CAPiTA menée chez les adultes ≥65 ansa

Âge en années

≥65

Réaction locale

Prevenar 13

Nb=886-914

%

Placebo

Nb=859-865

%

Rougeurc

Quelconque

4.9f

1.2

Légère

3.7f

0.8

Modérée

1.7f

0.3

Sévère

0.5

0.1

Gonflementc

Quelconque

6.8f

1.2

Léger

5.5f

0.7

Modéré

2.6f

0.6

Sévère

0.1

0.1

Douleurd

Quelconque

36.1f

6.1

Légère

32.9f

5.6

Modérée

7.7f

0.6

Sévère

0.3

0.1

Mobilité réduite du brase

Quelconque

14.1f

3.2

Légère

12.4f

2.5

Modérée

1.7f

0.5

Sévère

1.2

0.7

 

a Réactions locales rapportées dans les 7 jours dans le cadre de l'étude CAPiTA menée aux Pays-Bas.

b Nombre de participants dont les valeurs sont connues.

c Les diamètres ont été mesurés en unités de compas d'épaisseur gradué sous forme de nombres entiers de 1 à 21 ou 21+. Une unité de compas d'épaisseur gradué = 0.5 cm. Les valeurs mesurées ont été arrondies au nombre entier supérieur. L'intensité de la rougeur et du gonflement a ensuite été caractérisée comme suit: Légèr(e) = 2.5 à 5.0 cm, Modéré(e) = 5.1 à 10.0 cm et Sévère = >10.0 cm.

d Légère = perception du symptôme mais facile à tolérer. Modérée = gêne au point d'entraver l'activité habituelle. Sévère = handicap important avec incapacité à pratiquer l'activité habituelle.
e Légère = certaine limitation de la mobilité du bras. Modérée = incapacité de bouger le bras jusqu'au-dessus de la tête, mais capacité de soulever le bras jusqu'au-dessus de l'épaule. Sévère = incapacité à lever le bras jusqu'au-dessus de l'épaule.

f Différence statistiquement significative p<0.05. Aucun ajustement en termes de multiplicité.

Tableau 3: Pourcentage des sujets présentant des événements systémiques dans l'étude CAPiTA menée chez les adultes ≥65 ansa

Âge en années

≥65

 

Prevenar 13

Nb=881-896

%

Placebo

Nb=859-878

%

Frissons

9.4

8.4

Rash

3.3c

0.8

Événement systémique

Fièvre

≥38.0 °C

2.9c

1.3

38.0 °C à 38.4 °C

1.1

0.6

38.5 °C à 38.9 °C

0.6

0.2

39.0 °C à 40.0 °C

0.7

0.2

>40.0 °C

0.8

0.3

Fatigue

18.8c

14.8

Céphalée

15.9

14.8

Vomissements

0.3

0.9

Appétit diminué

5.3

3.7

Apparition de douleurs musculaires généralisées

18.4c

8.4

Aggravation de douleurs musculaires généralisées

9.1c

4.4

Apparition de douleurs articulaires généralisées

7.4

5.4

Aggravation de douleurs articulaires généralisées

5.2

4.2

 

a Réactions systémiques rapportées dans les 7 jours dans le cadre de l'étude CAPiTA menée aux Pays-Bas.

b Nombre de participants dont les valeurs sont connues.

c Différence statistiquement significative p<0.05. Aucun ajustement en termes de multiplicité.

Effets secondaires rapportés en réponse aux questionnements dans les études cliniques sur l'administration concomitante de Prevenar 13 et du vaccin trivalent inactivé contre la grippe (TIV) chez des adultes

Certaines réactions systémiques mentionnées dans les questions ont été observées plus fréquemment après l'administration de Prevenar 13 en association avec le vaccin trivalent inactivé contre la grippe (TIV) qu'après l'administration isolée du TIV (céphalées, frissons, rash, appétit diminué, arthralgie et myalgie) ou de Prevenar 13 (céphalées, fatigue, frissons, appétit diminué et arthralgie).

Résultats concernant la sécurité issus d'une étude clinique portant sur l'administration concomitante de Prevenar 13 et de vaccins quadrivalents inactivés contre la grippe chez l'adulte

Le profil de sécurité de Prevenar 13 administré en même temps qu'un vaccin quadrivalent inactivé contre la grippe saisonnière à des adultes ≥50 ans précédemment vaccinés par le PPSV23 était globalement conforme au profil de sécurité connu de Prevenar 13.

Effets secondaires de Prevenar 13 rapportés spontanément après commercialisation

Les réactions suivantes sont considérées comme des effets secondaires de Prevenar 13. Étant donné que ces effets secondaires proviennent de notifications spontanées, leur fréquence n'a pas pu être déterminée et elle est donc considérée comme inconnue.

Affections hématologiques et du système lymphatique

Lymphadénopathie (localisée dans la région du site d'injection).

Affections du système immunitaire

Réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes, y compris choc; angioœdème.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Érythème polymorphe.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Urticaire, dermatite, prurit au site d'injection; rougeur cutanée (sur le visage et/ou le corps).

L'annonce d'effets secondaires présumés après l'autorisation est d'une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d'effet secondaire nouveau ou grave via le portail d'annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Un surdosage de Prevenar 13 est peu probable compte tenu de sa présentation en seringue préremplie. Des cas de surdosage avec Prevenar 13 ont toutefois été rapportés, définis comme des situations où l'intervalle entre l'administration de doses consécutives était inférieur au délai minimal recommandé. En général, les événements indésirables rapportés suite à un surdosage étaient comparables à ceux rapportés avec les doses administrées conformément aux schémas vaccinaux recommandés de Prevenar 13.

Propriétés/Effets

Code ATC

J07AL02

Prevenar 13 contient les 7 polyosides capsulaires pneumococciques contenus dans Prevenar (4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F, 23F) plus 6 polyosides supplémentaires (1, 3, 5, 6A, 7F, 19A), tous conjugués à la protéine porteuse CRM197.

Mécanisme d'action

Aucune donnée.

Pharmacodynamique

Aucune donnée.

Fardeau de la maladie chez les nourrissons et les enfants âgés de 6 semaines à 5 ans

La couverture sérotypique de Prevenar 13 varie d'un pays à l'autre et au fil du temps. Sur la base de la surveillance des sérotypes effectuée en Europe avant la commercialisation de Prevenar, il était estimé que Prevenar 13 devrait couvrir entre 73% et 100% (selon le pays) des sérotypes à l'origine des infections invasives à pneumocoques (IIP) chez les enfants âgés de moins de 5 ans.

L'otite moyenne aiguë (OMA) est une maladie infantile fréquente d'étiologies variées. Les bactéries sont responsables de 60 à 70% des épisodes cliniques d'OMA. S. pneumoniae est l'une des causes les plus fréquentes d'OMA bactérienne dans le monde.

L'introduction en Europe de Prevenar et de Prevenar 13 par la suite a réduit significativement la proportion des infections pneumococciques liées aux sérotypes de ces vaccins. En raison de différences dans la base épidémiologique, les recommandations officielles et la couverture vaccinale dans chaque pays, une diminution du nombre total d'infections pneumococciques invasives et non invasives n'a cependant pas pu être démontrée de manière consistante pour tous les pays européens et pour tous les âges. La réduction relative la plus significative des infections invasives à pneumocoques a été observée, au total, dans le groupe d'âge <2 ans. Les données épidémiologiques plus récentes concernant l'Europe (2013) montrent une couverture sérotypique du vaccin d'environ 26 à 68% pour Prevenar 13 chez les enfants âgés de 5 ans ou moins.

L'utilisation de Prevenar 13 doit être déterminée conformément aux recommandations officielles en tenant compte du risque de maladie pneumococcique dans différents groupes d'âge ainsi que de l'épidémiologie sérotypique en fonction de la zone géographique.

Fardeau de la maladie chez l'adulte

L'incidence rapportée de la pneumonie communautaire (community-aquired pneumonia, CAP) et des IIP en Europe varie selon les pays, augmente à partir de l'âge de 50 ans et s'avère être la plus élevée chez les personnes âgées de ≥65 ans. S. pneumoniae est la cause la plus fréquente de CAP. On estime que S. pneumoniae est responsable d'environ 30% de l'ensemble des cas de CAP nécessitant une hospitalisation chez les adultes dans les pays industrialisés.

La pneumonie bactériémique (environ 80% des cas d'IIP chez les adultes), la bactériémie non focalisée et la méningite sont les manifestations les plus fréquentes d'IIP chez les adultes. Sur la base des données de surveillance après l'introduction de Prevenar, mais avant l'introduction de Prevenar 13 dans les programmes de vaccination des enfants, les sérotypes pneumococciques de Prevenar 13 devraient être responsables d'au moins 50 à 76% (selon le pays) des cas d'IIP chez les adultes. Depuis l'introduction de la vaccination générale des enfants en Suisse par Prevenar en 2006 et son remplacement par Prevenar 13 en 2011, l'incidence des IIP causées par les sérotypes contenus dans Prevenar 13 ou par tous les sérotypes a diminué de 46%, resp. de 10%, chez les adultes ≥65 ans. Sur la base des données de surveillance obtenues entre 2013 et 2017, les sérotypes de pneumocoques contenus dans Prevenar 13 ont été responsables de 42% des cas d'IIP avec des sérotypes connus dans tous les groupes d'âge en Suisse.

Le risque de CAP et d'IIP chez les adultes est également accru en présence de maladies chroniques sous-jacentes, notamment en cas d'asplénie anatomique ou fonctionnelle, de diabète sucré, d'asthme ainsi que de maladie cardiovasculaire, pulmonaire, rénale ou hépatique chronique. Il est le plus élevé chez les patients immunodéprimés, tels que ceux qui présentent des hémopathies malignes ou une infection par le VIH.

Efficacité clinique

Immunogénicité de Prevenar 13 au cours des études cliniques

L'efficacité protectrice de Prevenar 13 contre les MPI n'a pas été étudiée sur le plan clinique. Comme recommandé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), l'évaluation de l'efficacité potentielle contre les MPI est basée sur une comparaison des réponses immunitaires aux sept sérotypes communs à Prevenar 13 et à Prevenar, contre lesquels l'efficacité protectrice a été prouvée. Les réponses immunitaires aux 6 sérotypes supplémentaires ont également été mesurées.

Sécurité et efficacité en pédiatrie

Réponses immunitaires après une primovaccination en trois doses chez les nourrissons

Des études cliniques ont été conduites dans plusieurs pays européens et aux États-Unis avec différents schémas vaccinaux, dont deux études randomisées de non-infériorité (en Allemagne, en utilisant un schéma de primovaccination à 2, 3 et 4 mois [006] et aux États-Unis, en utilisant un schéma de primovaccination à 2, 4 et 6 mois [004]). Dans ces deux études, les réponses immunitaires à l'égard des pneumocoques ont été comparées en utilisant différents critères de non-infériorité, dont le pourcentage de participants avec un taux sérique d'IgG antipolyosidiques spécifiques du sérotype ≥0.35 μg/ml un mois après la primovaccination et la comparaison des moyennes géométriques des concentrations d'IgG (MGC mesurées par ELISA); en outre, les titres d'anticorps fonctionnels (OPA) entre les participants recevant Prevenar 13 et ceux recevant Prevenar ont été comparés. Pour les six sérotypes supplémentaires, ces valeurs ont été comparées à la réponse immunitaire la plus faible observée parmi l'ensemble des sept sérotypes communs chez les sujets recevant Prevenar.

Pour l'étude 006, les comparaisons des réponses immunitaires concernant la non-infériorité, basées sur la proportion de nourrissons atteignant des concentrations d'IgG anti-polyosidiques ≥0.35 μg/ml, sont présentées dans le tableau 4. Les résultats pour l'étude 004 étaient similaires. La non-infériorité de Prevenar 13 (la limite inférieure de l'IC 95% pour la différence de pourcentage de répondeurs à 0.35 μg/ml entre les groupes était >-10%) a été démontrée pour l'ensemble des 7 sérotypes communs, à l'exception du sérotype 6B dans l'étude 006, et des sérotypes 6B et 9V dans l'étude 004, pour lesquels le critère de non-infériorité n'était pas tout à fait atteint. L'ensemble des 7 sérotypes communs a satisfait aux critères de non-infériorité prédéfinis pour les MGC en IgG mesurés par ELISA. Prevenar 13 a induit des taux d'anticorps comparables à ceux de Prevenar pour les 7 sérotypes communs, bien que légèrement plus faibles. La pertinence clinique de ces différences n'est pas connue.

La non-infériorité a été atteinte pour les 6 sérotypes supplémentaires dans l'étude 006 sur la base de la proportion de nourrissons atteignant des concentrations d'anticorps ≥0.35 μg/ml et de la comparaison des MGC en IgG mesurés par ELISA, et pour 5 des 6 sérotypes, à l'exception du sérotype 3, dans l'étude 004. Pour le sérotype 3, le pourcentage de sujets ayant reçu Prevenar 13 présentant des IgG sériques ≥0.35 μg/ml était de 98.2% (étude 006) et 63.5% (étude 004).

Tableau 4: Comparaison des proportions de participants atteignant une concentration en anticorps IgG anti-polyosidiques pneumococciques ≥0.35 μg/ml après la 3e dose de la primovaccination chez le nourrisson – étude 006

Sérotypes

Prevenar 13

%

(N=282-285)

Prevenar (7-valent)

%

(N=277-279)

Différence

(IC 95%)

Sérotypes de Prevenar (7-valent)

4

98.2

98.2

0.0 (-2.5, 2.6)

6B

77.5

87.1

-9.6 (-16.0, -3.3)

9V

98.6

96.4

2.2 (-0.4, 5.2)

14

98.9

97.5

1.5 (-0.9, 4.1)

18C

97.2

98.6

-1.4 (-4.2, 1.2)

19F

95.8

96.0

-0.3 (-3.8, 3.3)

23F

88.7

89.5

-0.8 (-6.0, 4.5)

Sérotypes additionnels de Prevenar 13

1

96.1

87.1*

9.1 (4.5, 13.9)

3

98.2

87.1

11.2 (7.0, 15.8)

5

93.0

87.1

5.9 (0.8, 11.1)

6A

91.9

87.1

4.8 (-0.3, 10.1)

7F

98.6

87.1

11.5 (7.4, 16.1)

19A

99.3

87.1

12.2 (8.3, 16.8)

 

* Le sérotype de Prevenar présentant le taux de réponse en pourcentage le plus faible était le 6B dans l'étude 006 (87.1%).

Prevenar 13 a induit des anticorps fonctionnels contre chacun des 13 sérotypes vaccinaux dans les études 004 et 006. Pour les 7 sérotypes communs, il n'y avait pas de différence entre les groupes quant à la proportion de participants présentant des titres OPA ≥1:8. Pour chacun des 7 sérotypes communs, respectivement plus de 96% et plus de 90% des sujets ayant reçu Prevenar 13 ont atteint un titre OPA ≥1:8 un mois après la primovaccination dans les études 006 et 004.

Pour chacun des 6 sérotypes additionnels, Prevenar 13 a induit des titres OPA ≥1:8 un mois après la primovaccination chez 91.4% à 100% des enfants vaccinés dans les études 004 et 006. Les moyennes géométriques des titres en anticorps fonctionnels (OPA) pour les sérotypes 1, 3 et 5 étaient plus faibles que les moyennes géométriques des titres pour chacun des autres sérotypes additionnels; la pertinence clinique de cette observation concernant l'efficacité protectrice n'est pas connue.

Réponses immunitaires après une primovaccination en deux doses

L'immunogénicité après l'administration de deux doses chez le nourrisson a été documentée dans quatre études. La proportion de nourrissons atteignant une concentration d'IgG polyosidiques anticapsulaires pneumococciques ≥0.35 μg/ml un mois après la seconde dose a été comprise entre 79.6% et 98.5% pour 11 des 13 sérotypes vaccinaux. Des proportions plus faibles de nourrissons ont atteint ce seuil de concentration en anticorps pour le sérotype 6B (27.9% à 57.3%) et le sérotype 23F (55.8% à 68.1%) dans toutes les études utilisant un schéma vaccinal à 2 et 4 mois en comparaison de 58.4% pour le sérotype 6B et 68.6% pour le sérotype 23F dans une étude utilisant un schéma vaccinal à 3 et 5 mois. Après la dose de rappel, tous les sérotypes vaccinaux, y compris le 6B et le 23F, ont présenté des réponses immunitaires correspondant à une immunisation de base adéquate avec la primovaccination en 2 doses. Dans une étude conduite au Royaume-Uni, les réponses en anticorps fonctionnels (OPA) ont été comparables dans les bras Prevenar et Prevenar 13 pour tous les sérotypes, y compris le 6B et le 23F, après la primovaccination à l'âge de deux mois et de quatre mois et après la dose de rappel à l'âge de 12 mois. Chez les enfants recevant Prevenar 13, la proportion de répondeurs avec des titres OPA ≥1:8 était d'au moins 87% après la primovaccination du nourrisson, et d'au moins 93% après la dose de rappel. Les moyennes géométriques des titres en OPA pour les sérotypes 1, 3 et 5 étaient plus faibles que les moyennes géométriques des titres pour chacun des autres sérotypes additionnels; la pertinence clinique de cette observation n'est pas connue.

Réponses à la dose de rappel suite à une primovaccination en deux ou trois doses

Suite à la dose de rappel, les concentrations en anticorps ont augmenté par rapport aux taux observés avant le rappel, pour chacun des 13 sérotypes. Les concentrations en anticorps après la dose de rappel ont été plus élevées pour 12 sérotypes que celles atteintes après la primovaccination. Ces observations sont cohérentes avec une sensibilisation immunologique (induction de la mémoire immunitaire, «priming»). La réponse immunitaire pour le sérotype 3 constatée après la dose de rappel n'était pas supérieure à celle observée après la primovaccination; la pertinence clinique de cette observation concernant l'induction de la mémoire immunitaire pour le sérotype 3 n'est pas connue.

Les réponses en anticorps après des doses de rappel suivant une primovaccination en deux ou trois doses ont été comparables pour les 13 sérotypes vaccinaux.

Pour les enfants âgés de 7 mois à 5 ans, des schémas vaccinaux de rattrapage appropriés à l'âge (tels que décrits à la rubrique «Posologie/Mode d'emploi») se traduisent par des taux d'anticorps IgG polyosidiques anti-capsulaires pour chacun des 13 sérotypes qui sont au moins comparables à ceux atteints après une primovaccination en trois doses chez le nourrisson.

La persistance à long terme d'anticorps n'a pas été étudiée après administration de Prevenar 13 en primovaccination suivie d'un rappel, ni en primovaccination en une seule dose chez les enfants plus âgés. Depuis la commercialisation de Prevenar 7-valent en 2000, les données de surveillance des maladies pneumococciques n'ont pas montré que l'immunité induite par Prevenar chez le nourrisson diminuait avec le temps.

Prématurés

La sécurité et l'immunogénicité de Prevenar 13, administré à l'âge de 2, 3, 4 et 12 mois, ont été évaluées chez environ 100 prématurés (âge gestationnel estimé [Estimated Gestational Age, EGA] moyen de 31 semaines; intervalle de 26 à 36 semaines) et comparées avec celles d'environ 100 nourrissons nés à terme (EGA moyen de 39 semaines; intervalle de 37 à 42 semaines).

La comparaison de la réponse immunitaire des prématurés par rapport à celle des nourrissons nés à terme a été effectuée en déterminant la proportion de nourrissons atteignant une concentration en anticorps IgG anti-polyosides pneumococciques ≥0.35 µg/ml 1 mois après la primovaccination. Il s'agit de l'approche conforme aux directives de l'OMS, utilisée lors des comparaisons d'immunogénicité entre Prevenar 13 et Prevenar.

Plus de 85% des prématurés avaient atteint une concentration en anticorps IgG anti-polyosides pneumococciques ≥0.35 µg/ml 1 mois après la primovaccination, à l'exception des sérotypes 5 (71.7%), 6A (82.7%) et 6B (72.7%). Pour ces 3 sérotypes, la proportion de répondants parmi les prématurés était significativement inférieure à celle des nourrissons nés à terme. Environ 1 mois après le rappel, la proportion de sujets atteignant cette même concentration seuil en anticorps était >97% dans les deux groupes, à l'exception du sérotype 3 (71% chez les prématurés et 79% chez les nourrissons nés à terme). On ne sait pas si la mémoire immunologique pour tous les sérotypes chez les prématurés est induite. En général, les MGC en IgG spécifiques aux sérotypes étaient plus faibles chez les prématurés que chez les nourrissons nés à terme.

Après la primovaccination, les titres OPA MGT étaient similaires chez les prématurés en comparaison des nourrissons nés à terme, excepté pour le sérotype 5 qui était inférieur chez les prématurés. Après administration de la dose de rappel, les titres OPA MGT étaient similaires ou inférieurs pour 4 sérotypes (4, 14, 18C et 19F) en comparaison de ceux après la primovaccination et étaient statistiquement significativement supérieurs pour 6 des 13 sérotypes (1, 3, 5, 7F, 9V et 19A) chez les prématurés, en comparaison de 10 des 13 sérotypes (1, 3, 4, 5, 6A, 7F, 9V, 18C, 19A et 23F) chez les nourrissons nés à terme.

Réponses immunitaires après administration sous-cutanée

L'administration sous-cutanée de Prevenar 13 a été évaluée dans une étude non comparative chez 185 nourrissons et enfants japonais en bonne santé qui ont reçu 4 doses à 2, 4, 6 et 12-15 mois. L'étude a démontré que la sécurité et l'immunogénicité étaient généralement comparables à celles observées dans les études où l'administration était intramusculaire.

Efficacité protectrice de Prevenar (vaccin 7-valent)

L'efficacité de Prevenar 7-valent a été évaluée au cours de deux grandes études – l'étude Northern California Kaiser Permanente (NCKP) et l'étude finlandaise dans l'otite moyenne (FinOM). Ces deux études étaient des études randomisées, en double aveugle, contrôlées contre un traitement actif, dans lesquelles les nourrissons ont été randomisés pour recevoir soit Prevenar soit un vaccin témoin (NCKP: vaccin méningococcique du sérogroupe C conjugué à la protéine CRM [MnCC]; FinOM: vaccin contre l'hépatite B) selon un schéma en 4 doses à l'âge de 2, 4, 6 et 12-15 mois. Les résultats d'efficacité de ces études (pour les maladies pneumococciques invasives, la pneumonie et l'otite moyenne aiguë) sont présentés ci-dessous (tableau 5).

Tableau 5: Résumé d'efficacité de Prevenar 7-valent1

Test

N

EV2

IC 95%

NCKP: MPI dues à un sérotype vaccinal3

30'258

97%

85, 100

NCKP: Pneumonie clinique avec examen radiographique pulmonaire anormal

23'746

35%

4, 56

NCKP: Otite moyenne aiguë (OMA)4

23'746

 

 

·Nombre total d'épisodes

 

7%

4, 10

·OMA récidivantes (3 épisodes en 6 mois, ou 4 épisodes en 1 an)

 

9%

3, 15

·OMA récidivantes (5 épisodes en 6 mois, ou 6 épisodes en 1 an)

 

23%

7, 36

·Mise en place d'aérateurs transtympaniques

 

20%

2, 35

FinOM: OMA

1'662

 

 

·Nombre total d'épisodes

 

6%

-4, 16

·Tous les cas d'OMA pneumococciques

 

34%

21, 45

·OMA dues à un sérotype vaccinal

 

57%

44, 67

 

1 Per protocole

2 Efficacité du vaccin

3 D'octobre 1995 au 20 avril 1999

4 D'octobre 1995 au 30 avril 1998

Efficacité de Prevenar (7-valent)

L'efficacité (effet aussi bien direct qu'indirect) de Prevenar 7-valent contre les maladies pneumococciques a été étudiée dans des programmes de primovaccination en trois doses ou deux doses, chacun suivi d'une dose de rappel (tableau 6). Suite à l'utilisation répandue de Prevenar, l'incidence des MPI a été réduite de façon constante et substantielle. Une augmentation de l'incidence des cas de MPI dus aux sérotypes non contenus dans Prevenar, tels que les sérotypes 1, 7F et 19A, a été rapportée dans certains pays. La surveillance se poursuivra avec Prevenar 13 et à mesure que les pays actualiseront leurs données de surveillance, les informations de ce tableau pourront être modifiées.

En utilisant la méthode de criblage, les estimations de l'efficacité spécifique d'un sérotype pour 2 doses administrées avant l'âge de 1 an au Royaume-Uni ont été respectivement de 66% (-29; 91%) et 100% (25; 100%) pour le sérotype 6B et le sérotype 23F.

Tableau 6: Résumé des données d'efficacité de Prevenar 7-valent dans les maladies pneumococciques invasives

Pays
(année de commercialisation)

Schéma vaccinal recommandé

Recul de la maladie, %

IC 95%

Royaume-Uni (Angleterre et Pays de Galles)1

(2006)

2, 4, + 13 mois

Sérotypes vaccinaux:

2 doses avant l'âge
de 1 an: 85%

49, 95%

États-Unis (2000)

2, 4, 6, + 12-15 mois

 

 

Enfants <52

 

Sérotypes vaccinaux: 98%

97, 99%

 

 

Tous sérotypes: 77%

73, 79%

Personnes ≥653

 

Sérotypes vaccinaux: 76%

-

 

 

Tous sérotypes: 38%

-

Canada (Québec)4

(2004)

2, 4, + 12 mois

Tous sérotypes: 73%

 

 

 

Sérotypes vaccinaux:

 

 

 

Primovaccination en 2 doses: 99%

92, 100%

 

 

Schéma vaccinal complet: 100%

82, 100%

 

1 Enfants âgés <2 ans. Efficacité du vaccin calculée, mise à jour juin 2008 (méthode de Broome).

2 Données de 2005.

3 Données de 2004.

4 Enfants âgés <5 ans. De janvier 2005 à décembre 2007. Données d'efficacité complètes du schéma standard 2+1 non encore disponibles.

L'efficacité de Prevenar dans le cadre d'un schéma vaccinal 3 + 1 a également été observée vis-à-vis de l'otite moyenne aiguë et de la pneumonie depuis son introduction dans un programme national de vaccination. Dans une évaluation rétrospective d'une vaste base de données de compagnies d'assurances aux États-Unis, les consultations médicales pour OMA ont été réduites de 42.7% (IC 95%, 42.4 à 43.1%) et les prescriptions pour OMA de 41.9% chez les enfants âgés de moins de 2 ans, en comparaison des valeurs avant l'introduction de Prevenar (2004 en comparaison de 1997-99). Dans une analyse similaire, les hospitalisations et les consultations en cabinet pour pneumonie, toutes causes confondues, ont été réduites respectivement de 52.4% et 41.1%. Pour ces maladies spécifiquement identifiées comme étant des pneumonies pneumococciques, les réductions observées des hospitalisations et des consultations en cabinet ont été respectivement de 57.6% et 46.9% chez les enfants âgés de moins de 2 ans, en comparaison des valeurs avant l'introduction de Prevenar (2004 en comparaison de 1997-99). S'il n'est pas possible de déduire une relation directe de cause à effet à partir d'analyses observationnelles de ce type, ces observations suggèrent néanmoins que Prevenar joue un rôle important dans la réduction du fardeau des maladies muqueuses (OMA et pneumonie) dans la population cible.

Données complémentaires d'immunogénicité de Prevenar (7-valent): enfants drépanocytaires

L'immunogénicité de Prevenar a été évaluée au cours d'une étude en ouvert, multicentrique chez 49 nourrissons drépanocytaires. Les enfants ont été vaccinés par Prevenar (3 doses à un mois d'intervalle à partir de l'âge de 2 mois) et 46 de ces enfants ont également reçu un vaccin pneumococcique polysaccharidique 23-valent à l'âge de 15 à 18 mois. Après la primovaccination, 95.6% des sujets avaient des taux d'anticorps d'au moins 0.35 μg/ml contre les sept sérotypes contenus dans Prevenar. Une augmentation significative des concentrations d'anticorps contre les sept sérotypes a été observée après vaccination par le vaccin polysaccharidique, ce qui suggère une mémoire immunitaire bien établie.

Étude d'efficacité menée chez les adultes de 65 ans et plus

L'efficacité de Prevenar 13 contre la CAP et l'IIP à pneumocoques causées par les sérotypes contenus dans le vaccin (types de vaccins, TV) a été évaluée dans une étude randomisée à grande échelle, en double aveugle et contrôlée par placebo, menée aux Pays-Bas (étude sur l'immunisation des adultes contre les pneumonies communautaires/Community-Acquired Pneumonia Immunization Trial in Adults, CAPiTA). 84'496 participants âgés de 65 ans et plus ont été randomisés selon un rapport 1:1 et ont reçu une seule vaccination par Prevenar 13 ou un placebo. Le suivi moyen était de 4 ans. La vaccination a été effectuée entre le 15 septembre 2008 et le 30 janvier 2010.

L'étude CAPiTA a inclus des volontaires âgés de 65 ans et plus, dont les caractéristiques en matière de démographie et de santé peuvent différer de celles des personnes souhaitant se faire vacciner. Les principaux critères d'exclusion au moment de l'inclusion dans l'étude étaient un séjour dans un EMS et les sujets ayant présenté une immunodéficience ou une immunosuppression, une infection par le VIH, un cancer (tel qu'une leucémie, un lymphome, un cancer généralisé) au cours des 5 dernières années, une transplantation de moelle osseuse ou d'organe, une insuffisance rénale chronique ou un traitement immunosuppresseur (y compris les stéroïdes) au cours des 3 mois précédant la vaccination.

Chez environ 2% de cette population (n=1'814 participants), un premier épisode de pneumonie nécessitant une hospitalisation et confirmé par une radiographie du thorax a été identifié. Parmi ceux-ci, 329 cas ont été confirmés comme CAP à pneumocoques et 182 cas étaient des CAP à pneumocoques TV au sein de la population per-protocole et de la population en intention de traiter modifiée (mITT).

L'efficacité a été démontrée pour les critères d'évaluation primaire et secondaires dans la population per-protocole (tableau 7).

Tableau 7: Efficacité vaccinale (Vaccine Efficacy, VE) pour les critères d'évaluation primaire et secondaires de l'étude CAPiTA (population per-protocole)

Critère d'efficacité

Cas

VE (%)

(IC à 95.2%)

Valeur p

 

Total

Groupe Prevenar 13

Groupe placebo

 

 

Critère d'évaluation primaire

Premier épisode de CAP à pneumocoques TV confirmée

139

49

90

45.56

(21.82, 62.49)

0.0006

Critères d'évaluation secondaires

Premier épisode de CAP à pneumocoques TV NB/NI1 confirmée

93

33

60

45.00

(14.21, 65.31)

0.0067

Premier épisode de TV-IIP2

35

7

28

75.00

(41.06, 90.87)

0.0005

 

1 NB/NI – non bactériémiques/non invasifs.

2 TV-IIP – maladie invasive à pneumocoques causée par les sérotypes du vaccin.

L'effet protecteur contre un premier épisode de CAP à pneumocoques TV, de CAP à pneumocoques TV NB/NI et de IIP à TV s'est maintenu pendant toute la durée de l'étude de 4 ans.

L'étude n'a pas été conçue pour apporter la preuve de l'efficacité dans des sous-groupes de la population étudiée et le nombre de participants âgés de 85 ans et plus n'était pas suffisant pour démontrer l'efficacité dans ce groupe d'âge.

L'étude n'a pas montré d'efficacité significative de Prevenar 13 en termes de prévention des décès toutes causes confondues. Cependant, sur les 6'011 décès survenus dans l'étude, très peu de décès (4, 0.07%) étaient associés à des sérotypes de Prevenar 13, et la puissance du test de l'étude n'était pas conçue pour détecter des différences entre les 2 ؘgroupes d'étude sur ce critère.

Pharmacocinétique

L'évaluation des propriétés pharmacocinétiques n'est pas nécessaire pour les vaccins.

Absorption

Non pertinent.

Distribution

Non pertinent.

Métabolisme

Non pertinent.

Élimination

Non pertinent.

Données précliniques

Les études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité par administration répétée, de toxicité juvénile et de tolérance locale conduites avec un vaccin de formulation correspondant à Prevenar 13 n'ont pas révélé de risque particulier pour l'être humain.

Remarques particulières

Incompatibilités

Prevenar 13 ne doit pas être mélangé avec d'autres vaccins/médicaments dans la même seringue.

Stabilité

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.

Remarques particulières concernant le stockage

Conserver au réfrigérateur (2-8 °C) et à l'abri de la lumière.

Ne pas congeler. Un vaccin congelé doit être jeté.

Lors du stockage, un dépôt blanc et un surnageant clair peuvent être observés.

Prevenar 13 peut se conserver 4 jours à des températures inférieures ou égales à 25 °C. Prevenar 13 doit cependant être utilisé au plus tard à la fin de cette période ou doit être jeté. Ces informations ne constituent pas des recommandations de transport ou de stockage, mais servent uniquement à orienter les professionnels de santé dans les cas de dépassement temporaire de la température de stockage.

Tenir hors de portée des enfants.

Remarques concernant la manipulation

Avant l'administration, le vaccin doit être bien agité afin d'obtenir une suspension injectable homogène blanche et doit être examiné visuellement afin de détecter toute particule étrangère et/ou altération de l'aspect. Ne pas utiliser si le contenu présente un aspect inhabituel.

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation locale en vigueur.

Numéro d’autorisation

60129 (Swissmedic).

Présentation

1 seringue préremplie de 0.5 ml et 1 aiguille. [B]

10 seringues préremplies de 0.5 ml et 10 aiguilles. [B]

Titulaire de l’autorisation

Pfizer AG, Zürich.

Mise à jour de l’information

Mars 2022

LLD V032