Information for healthcare professionals Print


Ce médicament fait l’objet d’une surveillance supplémentaire qui permettra l’identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d’effet secondaire nouveau ou grave. Voir la rubrique «Effets indésirables» pour les modalités de déclaration des effets secondaires.

Cette information professionnelle sera mise à jour régulièrement lorsque de nouvelles données et des informations sur la sécurité seront disponibles.

Comirnaty est autorisé pour une durée limitée (voir la rubrique «Propriétés/Effets»).

Comirnaty® 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable pour les personnes âgées de 12 ans et plus (couvercle VIOLET)

Pfizer AG

Composition

Principes actifs

Tozinameranum (ARN messager [ARNm] simple brin à coiffe en 5', produit à l'aide d'une transcription in vitro sans cellule à partir des matrices d'ADN correspondantes, codant pour la protéine Spike (S) virale du SARS-CoV-2.

Le produit contient de l'ARNm non réplicable modifié par des nucléosides.

Excipients

ALC-0315 (= [(4-hydroxybutyl)azanediyl]bis(hexane-6,1-diyl)bis(2-hexyldécanoate)), ALC-0159 (= 2-[(polyéthylène glycol)-2000]-N,N-ditétradécylacétamide), DSPC (= 1,2-distéaroyl-sn-glycéro-3-phosphocholine), cholesterolum, kalii chloridum (corresp. potassium 0.005 mg par dose), kalii dihydrogenophosphas (corresp. potassium 0.003 mg par dose), natrii chloridum (corresp. sodium 0.141 mg par dose), dinatrii phosphas dihydricus (corresp. sodium 0.017 mg par dose), saccharum, natrii hydroxidum (q.s. ad pH), acidum hydrochloricum (q.s. ad pH), aqua ad iniectabilia.

Quantité de sodium par dose: 0.16 mg.

Quantité de potassium par dose: 0.01 mg.

Forme pharmaceutique et quantité de principe actif par unité

Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable pour les personnes âgées de 12 ans et plus (couvercle VIOLET)

Dispersion à diluer pour dispersion injectable (dispersion stérile), par voie intramusculaire.

Le vaccin est une dispersion congelée (pH: 6.9 à 7.9) de couleur blanche à blanc cassé.

Il se présente sous la forme d'un flacon multidose. La dispersion doit être diluée avant utilisation.

Un flacon (0.45 ml) contient jusqu'à 6 doses de 0.3 ml après dilution.

Une dose (0.3 ml) contient 30 µg de tozinaméran, un vaccin à ARNm contre la COVID-19 (encapsulé dans des nanoparticules lipidiques).

Indications/Possibilités d’emploi

Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable est indiqué pour l'immunisation active afin de prévenir la COVID-19 provoquée par le virus SARS-CoV-2, chez les personnes âgées de 12 ans et plus.

L'utilisation de ce vaccin doit être conforme aux recommandations officielles.

Posologie/Mode d’emploi

Traçabilité

Remettez au bénéficiaire ou à son soignant une carte de traçabilité et de rappel vaccinal indiquant le nom du vaccin, le numéro de lot, les points de contacts éventuels et la date à laquelle le bénéficiaire doit revenir se faire injecter la seconde dose de Comirnaty.

Afin d'améliorer la traçabilité des médicaments biologiques, le nom commercial et le numéro de lot du produit administré doivent être clairement documentés.

Patients âgés de 12 ans et plus

Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable est administré par voie intramusculaire après dilution en un schéma de 2 doses (0.3 ml chacune). Il est recommandé d'administrer la deuxième dose 3 semaines après la première dose (voir rubriques «Mises en garde et précautions» et «Propriétés/Effets»).

Vaccination de rappel («booster») et troisième dose

Une vaccination de rappel («booster») de Comirnaty peut être administrée par voie intramusculaire chez les personnes âgées de 16 ans et plus au moins 6 mois après la deuxième dose. Chez les personnes particulièrement vulnérables âgées de 12 ans et plus, une vaccination de rappel («booster») de Comirnaty peut être administrée par voie intramusculaire au moins 6 mois après la deuxième dose.

Il convient de décider quand et à qui administrer une vaccination de rappel («booster») de Comirnaty sur la base des données disponibles quant à l'efficacité du vaccin, en tenant compte des données de sécurité limitées.

Une troisième dose peut être administrée au moins 28 jours après la deuxième dose aux personnes ayant un système immunitaire affaibli (voir la rubrique «Propriétés/Effets – Troisième dose chez les patients ayant un système immunitaire affaibli»).

Cette procédure est fondée sur une étude qui a montré qu'une dose supplémentaire de vaccin à ARNm augmente la capacité de production d'anticorps contre le virus à l'origine de la COVID-19 chez les patients transplantés dont le système immunitaire est affaibli. Bien qu'il n'existe aucune preuve directe que la capacité de production d'anticorps chez ces patients protège contre les formes sévères de COVID-19, on suppose que la dose supplémentaire pourrait augmenter la protection au moins chez certains patients.

Aucune donnée n'est disponible concernant l'interchangeabilité de Comirnaty avec des vaccins contre la COVID-19 d'autres fabricants. Chez les personnes ayant reçu 1 dose de Comirnaty, les vaccinations suivantes doivent également être administrées avec Comirnaty. Les doses de Comirnaty dispersion à diluer pour dispersion injectable (30 microgrammes/dose après dilution, couvercle VIOLET) et de Comirnaty dispersion injectable prête à l'emploi (30 microgrammes/dose, couvercle GRIS) sont considérées comme interchangeables.

Pour de plus amples informations sur l'efficacité, voir la rubrique «Propriétés/Effets».

Pédiatrie

Une formulation pédiatrique est disponible pour les enfants de 5 à <12 ans. Pour plus de détails, veuillez consulter l'information professionnelle de Comirnaty 10 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable pour les enfants de 5 à <12 ans (couvercle ORANGE).

La sécurité et l'efficacité de Comirnaty chez les enfants âgés de moins de 5 ans n'ont pas encore été établies. Les données disponibles sont limitées.

Population âgée

Aucun ajustement posologique n'est nécessaire chez les patients âgés de ≥65 ans.

Mode d'administration

Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable doit être administré par voie intramusculaire après dilution (voir la rubrique «Remarques particulières – Remarques concernant la manipulation»).

Après dilution, les flacons de Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable contiennent six doses de 0.3 ml de vaccin. Pour prélever 6 doses à partir d'un seul flacon, vous devez utiliser des seringues et/ou des aiguilles à faible volume mort. L'utilisation combinée d'une seringue et d'une aiguille à faible volume mort doit permettre d'obtenir un volume mort ne dépassant pas 35 microlitres. L'utilisation de seringues et d'aiguilles standard ne permet pas forcément de disposer d'un volume suffisant pour prélever une sixième dose à partir d'un seul flacon.

Quel que soit le type de seringue et d'aiguille:

·Chaque dose DOIT contenir 0.3 ml de vaccin.

·Si la quantité de vaccin restant dans le flacon ne permet pas de fournir une autre dose complète de 0.3 ml, éliminez le flacon et tout volume résiduel.

·Les restes de vaccins de plusieurs flacons ne doivent jamais être assemblés.

Le site d'injection privilégié est le muscle deltoïde (Musculus deltoideus) du bras.

Ne pas injecter le vaccin par voie intravasculaire, sous-cutanée ou intradermique.

Le vaccin ne doit pas être mélangé avec d'autres vaccins ou médicaments dans la même seringue.

Pour connaître les précautions à prendre avant l'administration du vaccin, voir la rubrique «Mises en garde et précautions».

Pour des instructions concernant la décongélation, la manipulation et l'élimination du vaccin, voir la rubrique «Remarques particulières – Remarques concernant la manipulation».

Contre-indications

Hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients.

Mises en garde et précautions

Recommandations générales

Hypersensibilité et anaphylaxie

Des cas d'anaphylaxie ont été rapportés. Un traitement médical et une surveillance appropriés doivent toujours être disponibles en cas de réactions anaphylactiques suivant l'administration du vaccin.

Il est recommandé de surveiller attentivement les sujets vaccinés pendant au moins 15 minutes après la vaccination. Aucune autre dose du vaccin ne doit être administrée chez les personnes ayant présenté une réaction anaphylactique après une précédente dose de Comirnaty.

Myocardite et péricardite

De très rares cas de myocardite et de péricardite ont été observés après vaccination par Comirnaty.

Ces cas sont survenus plus fréquemment chez les hommes jeunes et après la deuxième dose du vaccin, généralement dans les 14 jours après la vaccination. Les données disponibles suggèrent que le cycle de myocardite et de péricardite après vaccination n'est pas différent du cycle myocardique ou péricardite en général.

Les professionnels de santé doivent être attentifs aux signes et symptômes de myocardite et de péricardite. Les sujets vaccinés doivent être informés de la nécessité de consulter un médecin immédiatement s'ils développent des symptômes révélateurs d'une myocardite ou d'une péricardite, tels que des douleurs thoraciques (aiguës et persistantes), un essoufflement ou des palpitations après la vaccination.

Les professionnels de santé doivent tenir compte des recommandations et/ou consulter des spécialistes pour diagnostiquer et traiter cette affection.

Réactions anxieuses

Des réactions anxieuses, y compris des réactions vasovagales (syncope), une hyperventilation ou des réactions de stress peuvent se produire en lien avec la vaccination en tant que réponse psychogène à l'injection par une aiguille. Il est important de prendre les précautions permettant d'éviter les blessures en cas d'évanouissement.

Pathologies concomitantes

La vaccination doit être reportée chez les personnes souffrant d'une maladie fébrile aiguë sévère ou d'une infection aiguë.

Thrombopénie et troubles de la coagulation

Comme avec les autres injections intramusculaires, le vaccin doit être administré avec prudence chez les personnes recevant un traitement anticoagulant ou celles souffrant de thrombopénie ou de tout trouble de la coagulation (tel que l'hémophilie), car des hémorragies ou des contusions peuvent se produire chez ces personnes suite à une administration intramusculaire.

Personnes immunodéprimées

L'efficacité, la sécurité et l'immunogénicité du vaccin n'ont pas été évaluées chez les personnes immunodéprimées, y compris celles qui reçoivent un traitement immunosuppresseur. L'efficacité de Comirnaty peut être inférieure chez les personnes immunodéprimées.

Durée de la protection

La durée de la protection fournie par le vaccin n'est pas connue, car elle est encore en cours de détermination dans des essais cliniques.

Limitations de l'efficacité du vaccin

Comme pour tout vaccin, la vaccination par Comirnaty peut ne pas protéger toutes les personnes recevant le vaccin. Un délai de 7 jours après la seconde dose du vaccin peut être nécessaire avant que les personnes vaccinées soient protégées de façon optimale.

Informations sur les excipients

Ce médicament contient moins de 1 mmol (39 mg) de potassium par dose, c.-à-d. qu'il est essentiellement «sans potassium».

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par dose, c.-à-d. qu'il est essentiellement «sans sodium».

Interactions

Aucune étude d'interaction n'a été réalisée.

L'administration concomitante de Comirnaty et d'autres vaccins n'a pas été étudiée.

Grossesse, allaitement

Grossesse

L'expérience acquise avec l'utilisation de Comirnaty chez la femme enceinte est limitée. Des études chez l'animal n'indiquent pas d'effets nocifs directs ou indirects sur la gestation, le développement embryo-fœtal, la mise bas, ni sur le développement post-natal (voir sous «Données précliniques»). L'administration de Comirnaty pendant la grossesse devra être envisagée uniquement lorsque le bénéfice potentiel l'emporte sur les risques potentiels pour la mère et le fœtus.

Allaitement

On ignore si Comirnaty est excrété dans le lait maternel.

Fertilité

Les études chez l'animal n'indiquent pas d'effets nocifs directs ou indirects en ce qui concerne la toxicité sur la reproduction (voir la rubrique «Données précliniques»).

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Comirnaty n'a aucune influence ou une influence négligeable sur l'aptitude à la conduite ou à l'utilisation de machines. Cependant, certains des effets mentionnés dans la rubrique «Effets indésirables» peuvent affecter temporairement l'aptitude à la conduite ou à l'utilisation de machines.

Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

La sécurité de Comirnaty a été évaluée chez des participants âgés de 5 ans et plus dans le cadre de 3 études cliniques qui incluaient 24'675 participants (dont 22'026 participants âgés de 16 ans et plus, 1'131 adolescents âgés de 12 à 15 ans et 1'518 enfants âgés de 5 à <12 ans) ayant reçu au moins 1 dose de Comirnaty.

Le profil de sécurité global de Comirnaty chez les participants de 5 à 15 ans a été similaire à celui observé chez les participants âgés de 16 ans et plus.

En outre, 306 des participants à la phase 3 âgés de 18 à 55 ans ont reçu une vaccination de rappel («booster») de Comirnaty environ 6 mois après la deuxième dose de Comirnaty. Par ailleurs, une étude portant sur 10'125 participants (étude C4591031 comportant 5'081 participants dans le groupe Comirnaty et 5'044 participants dans le groupe placebo) âgés de 16 à 87 ans a permis de collecter des données préliminaires sur la sécurité de la vaccination de rappel («booster») avec Comirnaty.

Participants âgés de 16 ans et plus

Dans l'Étude 2, un total de 21'720 participants âgés de 16 ans ou plus a reçu au moins 1 dose de Comirnaty 30 microgrammes et un total de 21'728 participants âgés de 16 ans ou plus ont reçu un placebo (y compris 138 et 145 adolescents âgés de 16 et 17 ans dans les groupes vaccin et placebo, respectivement). Au total, 20'519 participants âgés de 16 ans ou plus ont reçu 2 doses de Comirnaty.

Au moment de l'analyse de l'Étude 2, un total de 19'067 participants (9'531 pour Comirnaty et 9'536 pour le placebo) âgés de 16 ans ou plus a fait l'objet d'une évaluation de sécurité d'au moins 2 mois après la deuxième dose de Comirnaty. Ce nombre incluait un total de 10'727 participants (5'350 pour Comirnaty et 5'377 pour le placebo) âgés de 16 à 55 ans et un total de 8'340 participants (4'181 pour Comirnaty et 4'159 pour le placebo) de 56 ans et plus.

Les effets indésirables les plus fréquents chez les participants âgés de 16 ans et plus étaient les suivants: douleur au site d'injection (>80%), fatigue (>60%), céphalée (>50%), myalgie et frissons (>30%), arthralgie (>20%), pyrexie et enflure au site d'injection (>10%); ils étaient généralement d'intensité légère ou modérée et disparaissaient au cours des quelques jours suivant la vaccination. Une fréquence légèrement inférieure des événements de réactogénicité a été associée à l'âge avancé.

Le profil de sécurité chez les 545 participants âgés de 16 ans et plus ayant reçu Comirnaty et séropositifs au SARS-CoV-2 à l'inclusion était identique à celui observé dans le reste de la population.

Adolescents âgés de 12 à 15 ans

Dans une analyse de l'Étude 2, basée sur les données collectées jusqu'à la date limite du 13 mars 2021, 2'260 adolescents (1'131 vaccinés par Comirnaty 30 microgrammes et 1'129 ayant reçu le placebo) étaient âgés de 12 à 15 ans. Parmi ces derniers, 1'308 adolescents (660 vaccinés par Comirnaty et 648 ayant reçu le placebo) ont été suivis pendant au moins 2 mois après avoir reçu la seconde dose de Comirnaty. L'évaluation de la sécurité dans l'Étude 2 se poursuit.

Les effets indésirables les plus fréquents, chez les adolescents de 12 à 15 ans, étaient douleurs au site d'injection (>90%), fatigue et céphalées (>70%), myalgie et frissons (>40%), arthralgies et pyrexie (>20%).

Enfants âgés de 5 à <12 ans – après 2 doses

Durant l'Étude 3, un total de 1'518 enfants âgés de 5 à <12 ans ont reçu au moins 1 dose de Comirnaty 10 microgrammes et un total de 750 enfants âgés de 5 à <12 ans ont reçu un placebo. Au moment de l'analyse de l'Étude 3 de phase 2/3 portant sur les données recueillies jusqu'à la date limite du 6 septembre 2021, 2'158 enfants (95.1%, 1'444 vaccinés par Comirnaty 10 microgrammes et 714 ayant reçu le placebo) avaient été suivis pendant au moins 2 mois après la deuxième dose de Comirnaty 10 microgrammes. L'évaluation de la sécurité dans l'Étude 3 est toujours en cours.

Les effets indésirables les plus fréquents chez les enfants âgés de 5 à <12 ans étaient des douleurs au site d'injection (>80%), une fatigue (>50%), des céphalées (>30%), une rougeur et un gonflement au site d'injection (>20%), une myalgie et des frissons (>10%).

Vaccination de rappel («booster»)

Un sous-groupe de 306 participants adultes à la phase 2/3 de l'étude 2 âgés de 18 à 55 ans, qui avaient terminé le schéma vaccinal de départ à 2 doses de Comirnaty, a reçu une vaccination de rappel («booster») de Comirnaty environ 6 mois (intervalle de 4.8 à 8.0 mois) après l'administration de la 2e dose. Le profil de sécurité global pour la vaccination de rappel («booster») était similaire à celui observé après 2 doses. Chez les participants qui ont reçu une vaccination de rappel (troisième dose), une fréquence accrue des lymphadénopathies a été observée par rapport aux participants qui ont reçu 2 doses (5.2% contre 0.4%).

Les données préliminaires sur la sécurité de l'étude C4591031 sur 10'125 participants (5'081 dans le groupe Comirnaty et 5'044 dans le groupe placebo) âgés de 16 à 87 ans n'ont révélé aucun nouveau risque lié à Comirnaty.

Liste des effets indésirables identifiés lors des études cliniques et après la mise sur le marché chez les personnes âgées de 5 ans et plus

Les effets indésirables sont rangés par classe de système d'organes de la classification MedDRA et par fréquence selon la convention suivante: «très fréquents» (≥1/10), «fréquents» (≥1/100 à <1/10), «occasionnels» (≥1/1'000 à <1/100), «rares» (≥1/10'000 à <1/1'000), «très rares» (<1/10'000), «fréquence inconnue» (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

Affections hématologiques et du système lymphatique

Occasionnels: Lymphadénopathiea.

a Chez les participants qui ont reçu une vaccination de rappel («booster»), une fréquence accrue des lymphadénopathies a été observée par rapport aux participants qui ont reçu 2 doses (5.2% contre 0.4%).

Affections du système immunitaire

Occasionnels: Réactions d'hypersensibilité (par ex. rash, prurit, urticaireb, angioœdèmeb).

Fréquence inconnue: Anaphylaxie.

b La fréquence rapportée pour l'urticaire et l'angioœdème correspond à la classification «rares».

Affections psychiatriques

Occasionnels: Insomnie.

Affections du système nerveux

Très fréquents: Céphalée (55.1% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / 75.5% dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 38.2% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans).

Rares: Paralysie faciale périphérique aiguëc.

c Au cours de la période de suivi de la sécurité, jusqu'au 14 novembre 2020, une paralysie faciale périphérique aiguë (paralysie de Bell) a été rapportée chez quatre participants dans le groupe vaccin à ARNm contre la COVID-19. La paralysie faciale est apparue le jour 37 après la dose 1 (ce participant n'a pas reçu la deuxième dose) et les jours 3, 9 et 48 après la dose 2. Aucun cas de paralysie faciale périphérique aiguë (paralysie de Bell) n'a été rapporté dans le groupe placebo.

Affections cardiaques

Fréquence inconnue: Myocardited, péricardited.

d Rapportés après la mise sur le marché.

Affections gastro-intestinales

Très fréquents: Diarrhéed (15.7% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / 12.5% dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 9.6% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans).

Fréquents: Nausées, vomissementsd.

d Rapportés après la mise sur le marché.

Affections musculosquelettiques et du tissu conjonctif

Très fréquents: Arthralgie (23.6% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / 20.2% dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 7.6% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans), myalgie (38.3% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / 42.2% dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 17.5% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans).

Occasionnels: Douleurs dans les extrémitése.

e Concerne le bras vacciné.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquents: Douleur au site d'injection (84.1% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / 90.5% dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 84.3% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans), fatigue (62.9% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / 77.5% dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 51.7% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans), frissons (31.9% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / 49.2% dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 12.4% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans), pyrexief (14.2% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / 24.3% dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 8.3% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans), rougeur au site d'injection (9.9% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / 8.5% dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 26.4% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans), enflure au site d'injection (10.5% dans le groupe d'âge des ≥16 ans / «fréquent» dans le groupe d'âge des 12-15 ans / 20.4% dans le groupe d'âge des 5-<12 ans).

Occasionnels: Malaise, prurit au site d'injection.

f En comparaison de la 1re dose, une fréquence accrue de pyrexie a été observée après la 2e dose.

L'annonce d'effets secondaires présumés après l'autorisation est d'une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d'effet secondaire nouveau ou grave via le portail d'annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Des données sur le surdosage ont été obtenues auprès de 52 participants inclus dans l'essai clinique qui, suite à une erreur de dilution, ont reçu 58 µg de Comirnaty. Ces personnes vaccinées n'ont pas signalé d'augmentation de la réactogénicité ni d'effets indésirables.

En cas de surdosage, une surveillance des fonctions vitales et un éventuel traitement symptomatique sont recommandés.

Propriétés/Effets

Code ATC

J07BX03

Mécanisme d'action

L'ARN messager modifié par des nucléosides dans Comirnaty (tozinaméran) est formulé dans des nanoparticules lipidiques, qui assurent la diffusion de l'ARN non réplicable dans les cellules hôtes, et régit ainsi l'expression transitoire de l'antigène S du SARS-CoV-2. L'ARNm code pour l'antigène du Spike (S) de pleine longueur, à ancrage membranaire, avec deux mutations ponctuelles au sein de l'hélice centrale. La mutation de ces deux acides aminés en prolines permet de stabiliser l'antigène S dans sa conformation de préfusion pour une meilleure antigénicité. Le vaccin suscite à la fois des anticorps neutralisants et des réponses immunitaires cellulaires à l'antigène S, ce qui peut contribuer à la protection contre la COVID-19.

Pharmacodynamique

Aucune autre donnée.

Efficacité clinique

Efficacité

L'Étude 2 est une étude multicentrique, multinationale, randomisée, de phase 1/2/3, contrôlée par placebo, à l'insu des observateurs, de détermination de la dose, de sélection d'un candidat-vaccin et d'efficacité menée auprès de participants âgés de 12 ans et plus. La randomisation a été stratifiée selon l'âge: 12 à 15 ans, 16 à 55 ans, ou 56 ans et plus, avec un minimum de 40% des participants dans la strate ≥56 ans. L'étude a exclu les participants qui étaient immunodéprimés et ceux qui avaient déjà reçu un diagnostic clinique ou microbiologique de COVID-19. Des participants ayant une maladie préexistante stable, définie comme une maladie ne nécessitant pas de changement significatif de traitement ou d'hospitalisation pour aggravation de la maladie au cours des 6 semaines précédant le recrutement, ont été inclus, tout comme des participants ayant une infection stable connue par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), le virus de l'hépatite C (VHC) ou le virus de l'hépatite B (VHB).

Efficacité chez les participants âgés de 16 ans et plus

Dans les phases 2/3 de l'Étude 2, basée sur les données collectées jusqu'au 14 novembre 2020, environ 44'000 participants ont été équitablement randomisés et devaient recevoir 2 doses, séparées de 21 jours, du vaccin à ARNm contre la COVID-19 ou d'un placebo. Les analyses de l'efficacité ont inclus des participants ayant reçu leur seconde vaccination dans les 19 à 42 jours après leur première vaccination. La majorité (93.1%) des personnes vaccinées ont reçu la deuxième dose 19 à 23 jours après la dose 1. Il est prévu que les participants soient suivis pendant une période pouvant aller jusqu'à 24 mois après la dose 2, afin d'évaluer la sécurité et l'efficacité contre la COVID-19. Dans l'étude clinique, il était demandé aux participants de respecter un intervalle de 14 jours au minimum entre l'administration d'un vaccin contre la grippe et celle du placebo ou du vaccin à ARNm contre la COVID-19. L'étude clinique imposait également aux participants de ne pas recevoir de produits sanguins/plasmatiques ou d'immunoglobulines moins de 60 jours avant l'inclusion et jusqu'à la fin de l'étude.

La population d'étude pour l'analyse du critère primaire d'efficacité comprenait 36'621 participants âgés de 12 ans et plus (18'242 dans le groupe ayant reçu le vaccin à ARNm contre la COVID-19 et 18'379 dans le groupe sous placebo) qui n'avaient pas de preuve d'infection antérieure par le SARS-CoV-2 jusqu'à 7 jours après la seconde dose. Par ailleurs, 134 participants étaient âgés de 16 à 17 ans (66 dans le groupe vaccin à ARNm contre la COVID-19 et 68 dans le groupe placebo) et 1'616 participants étaient âgés de 75 ans et plus (804 dans le groupe vaccin à ARNm contre la COVID-19 et 812 dans le groupe placebo).

Tableau 1: Caractéristiques démographiques (population pour le critère primaire d'efficacité)a

 

Comirnaty
(N=18'242)
n (%)

Placebo
(N=18'379)
n (%)

Sexe

Masculin

9'318 (51.1)

9'225 (50.2)

Féminin

8'924 (48.9)

9'154 (49.8)

Âge (années)

Moyen (SD)

50.6 (15.70)

50.4 (15.81)

Médian

52.0

52.0

Min; max

(12; 89)

(12; 91)

Groupe d'âge

≥12 à 15 ans

46 (0.3)

42 (0.2)

≥16 à 17 ans

66 (0.4)

68 (0.4)

≥16 à 64 ans

14'216 (77.9)

14'299 (77.8)

≥65 à 74 ans

3'176 (17.4)

3'226 (17.6)

≥75 ans

804 (4.4)

812 (4.4)

75 à 85 ans

799 (4.4)

807 (4.4)

>85 ans

5 (0.0)

5 (0.0)

Couleur de peau

Blanche

15'110 (82.8)

15'301 (83.3)

Noire ou afro-américaine

1'617 (8.9)

1'617 (8.8)

Amérindienne ou native d'Alaska

118 (0.6)

106 (0.6)

Asiatique

815 (4.5)

810 (4.4)

Native d'Hawaï ou d'une autre île du Pacifique

48 (0.3)

29 (0.2)

Autreb

534 (2.9)

516 (2.8)

Origine ethnique

Hispanique ou latino

4'886 (26.8)

4'857 (26.4)

Non hispanique ni latino

13'253 (72.7)

13'412 (73.0)

Non précisée

103 (0.6)

110 (0.6)

Comorbiditésc

Oui

8'432 (46.2)

8'450 (46.0)

Non

9'810 (53.8)

9'929 (54.0)

a. Tous les participants randomisés éligibles qui reçoivent tous les vaccins selon la randomisation dans l'intervalle prédéfini, ne présentent aucun autre écart important par rapport au protocole comme déterminé par le médecin, ni aucun indice d'une infection par le SARS-CoV-2 dans les 7 jours suivant la dose 2.

b. Inclut les populations multiraciales et non précisées.

c. Nombre de participants présentant au moins 1 des comorbidités suivantes augmentant le risque d'une forme sévère de la COVID-19

·Maladie pulmonaire chronique (par ex. emphysème et bronchite chronique, fibrose pulmonaire idiopathique et fibrose kystique) ou asthme modéré à sévère

·Cardiopathie significative (par ex. insuffisance cardiaque, maladie artérielle coronaire, maladie cardiaque congénitale, cardiomyopathies et hypertension pulmonaire)

·Obésité (indice de masse corporelle [IMC] ≥30 kg/m2)

·Diabète (type 1, type 2 ou gestationnel)

·Hépatopathie

·Infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) (non incluse dans l'évaluation de l'efficacité)

 

Au moment de l'analyse primaire d'efficacité, les participants avaient fait l'objet d'une étude concernant la COVID-19 symptomatique sur une durée totale de 2'214 personnes-années pour le groupe vaccin à ARNm contre la COVID-19 et sur une durée totale de 2'222 personnes-années dans le groupe sous placebo.

Il n'y a pas eu de différences cliniques significatives dans l'efficacité globale du vaccin chez les participants exposés à un risque de contracter une forme sévère de la COVID-19, y compris ceux présentant 1 ou plusieurs comorbidités qui augmentent le risque d'évolution sévère de la COVID-19 (par ex. asthme, indice de masse corporelle (IMC) ≥30 kg/m2, maladie pulmonaire chronique, diabète sucré, hypertension).

Les informations sur l'efficacité du vaccin sont présentées dans le tableau 2.

Tableau 2: Efficacité du vaccin – première survenue d'une COVID-19 à partir de 7 jours après la dose 2, par sous-groupe d'âge – participants sans signes d'une infection avant le délai de 7 jours après la dose 2 – population évaluable en termes d'efficacité (7 jours)

Première survenue d'une COVID-19 à partir de 7 jours après la dose 2 chez les participants sans indice d'une infection antérieure par le SARS-CoV-2*

Sous-groupe

Vaccin à ARNm contre la COVID-19

Na=18'198 cas

n1b

Durée de surveillancec (n2d)

Placebo

Na=18'325

cas

n1b

Durée de surveillancec (n2d)

Efficacité du vaccin

% (IC à 95%)e

Ensemble des participants

8

2.214 (17'411)

162

2.222 (17'511)

95.0 (90.0, 97.9)

16 à 64 ans

7

1.706 (13'549)

143

1.710 (13'618)

95.1 (89.6, 98.1)

65 ans et plus

1

0.508 (3'848)

19

0.511 (3'880)

94.7 (66.7, 99.9)

65 à 74 ans

1

0.406 (3'074)

14

0.406 (3'095)

92.9 (53.1, 99.8)

75 ans et plus

0

0.102 (774)

5

0.106 (785)

100.0 (-13.1, 100.0)

Remarque: les cas confirmés ont été déterminés par réaction en chaîne de la polymérase à transcription inverse (RT-PCR) en présence d'au moins 1 symptôme concordant avec la COVID-19 [*Définition des cas: (présence d'au moins 1 symptôme parmi les suivants) fièvre, toux nouvellement apparue ou amplifiée, essoufflement nouvellement apparu ou amplifié, frissons, douleurs musculaires nouvellement apparues ou amplifiées, perte du goût ou de l'odorat nouvellement apparue, maux de gorge, diarrhée ou vomissements.]

* Les participants ne présentant aucun indice sérologique ou virologique (avant le délai de 7 jours après avoir reçu la dernière dose) d'une infection antérieure par le SARS-CoV-2 (c.-à-d. négatifs pour l'anticorps [sérique] fixant la protéine N lors de la visite 1 et sans détection de SARS-CoV-2 par les tests d'amplification des acides nucléiques (TAAN) [prélèvement nasal] lors des visites 1 et 2) et ayant eu un résultat négatif aux tests TAAN (prélèvement nasal) lors de toute visite non programmée avant le délai de 7 jours après la dose 2 ont été inclus dans l'analyse.

a. N = nombre de participants dans le groupe indiqué.

b. n1 = nombre de participants répondant à la définition du critère d'évaluation.

c. Durée de surveillance totale en 1'000 personne-années pour le critère d'évaluation indiqué sur l'ensemble des sujets au sein de chaque groupe à risque pour le critère d'évaluation. La période pour le cumul des cas de COVID-19 s'étend de 7 jours après la dose 2 jusqu'à la fin de la période de surveillance.

d. n2 = nombre de participants à risque pour le critère d'évaluation.

e. L'intervalle de confiance (IC) pour l'efficacité du vaccin est tiré de la méthode de Clopper et Pearson avec ajustement en fonction de la durée de surveillance. IC non ajusté pour tenir compte de la multiplicité.

 

L'efficacité du vaccin à ARNm dans la prévention de la première apparition de la COVID-19 à partir de 7 jours après la deuxième dose, en comparaison du placebo, était de 94.6% (intervalle de confiance à 95% de 89.6% à 97.6%) chez les participants âgés de 16 ans et plus avec et sans indice d'une infection antérieure par le SRAS-Cov-2.

Par ailleurs, les analyses par sous-groupes du critère primaire d'efficacité ont montré des estimations ponctuelles similaires de l'efficacité indépendamment du sexe, de la race et du groupe ethnique, ainsi que chez les participants présentant des comorbidités médicales associées à un risque élevé de COVID-19 sévère.

Efficacité contre la COVID-19 d'évolution sévère

Les analyses de l'efficacité secondaires ont suggéré un bénéfice du vaccin à ARNm contre la COVID-19 pour la prévention d'une COVID-19 d'évolution sévère, mais le nombre de cas était très faible.

L'efficacité contre la COVID-19 d'évolution sévère (telle que définie par le protocole de l'étude) survenant au moins 7 jours après la dose 2 était de 66.4% (intervalle de confiance à 95%: -124.8; 96.3) (1 cas dans le groupe vaccin à ARNm contre la COVID-19 et 3 cas dans le groupe placebo).

Efficacité et immunogénicité chez les adolescents de 12 à 15 ans

Lors d'une analyse de l'Étude 2 portant sur des adolescents âgés de 12 à 15 ans sans indice d'une infection antérieure, aucun cas de COVID-19 n'a été rapporté parmi les 1'005 participants ayant reçu le vaccin alors que 16 cas ont été rapportés parmi les 978 ayant reçu le placebo. L'efficacité estimée est de 100% (intervalle de confiance à 95% de 75.3 à 100.0). Parmi les participants avec ou sans indice d'infection antérieure, aucun cas n'a été rapporté chez les 1'119 participants vaccinés, tandis que 18 cas ont été rapportés chez 1'110 participants ayant reçu le placebo. Ces données indiquent également une efficacité estimée à 100% (intervalle de confiance à 95% de 78.1 à 100.0).

Dans l'Étude 2, une analyse des titres d'anticorps neutralisants contre le SARS-CoV-2 a été réalisée 1 mois après la seconde dose dans un sous-groupe de participants randomisés qui n'avaient aucune preuve sérologique ou virologique d'une infection antérieure par le SARS-CoV-2 jusqu'à 1 mois après la seconde dose. Les réponses en anticorps neutralisants entre les adolescents âgés de 12 à 15 ans (n=190) et les participants âgés de 16 à 25 ans (n=170) ont été comparées.

Le ratio des moyennes géométriques des titres (MGT) en anticorps entre le groupe d'âge des 12 à 15 ans et le groupe d'âge des 16 à 25 ans était de 1.76, avec un IC bilatéral à 95% de 1.47 à 2.10. Par conséquent, le critère de non-infériorité, correspondant à un ratio fixé à 1.5, a été atteint puisque la limite inférieure de l'IC bilatéral à 95% pour le ratio des moyennes géométriques (RMG) était >0.67.

Immunogénicité chez les enfants âgés de 5 à <12 ans – après 2 doses

L'Étude 3 est une étude de phase 1/2/3 comprenant une phase de recherche de dose vaccinale en ouvert (phase 1) et une phase d'évaluation de l'efficacité, multicentrique, multinationale, randomisée, contrôlée contre placebo, avec observateur en aveugle (phase 2/3), dans laquelle des participants âgés de 5 à <12 ans ont été inclus.

Dans l'Étude 3, une analyse des titres d'anticorps neutralisants à 50% (NT50) contre le SARS-CoV-2 un mois après la deuxième dose dans un sous-groupe de participants sélectionnés de façon aléatoire a démontré l'efficacité par extrapolation («immunobridging») des réponses immunitaires en comparant les enfants de 5 à <12 ans de la phase 2/3 de l'Étude 3 aux participants âgés de 16 à 25 ans de la phase 2/3 de l'Étude 2 qui ne présentaient aucune preuve sérologique ou virologique d'une infection antérieure par le SARS-CoV-2 jusqu'à un mois après la deuxième dose, remplissant les critères prédéfinis d'immunobridging aussi bien pour le ratio des moyennes géométriques des anticorps (RMG) que pour la différence entre les taux de réponse sérologique, la réponse sérologique étant établie sur la base de l'obtention d'une augmentation d'un facteur ≥4 du NT50 contre le SARS-CoV-2 par rapport à l'inclusion (avant la dose 1).

Le rapport entre le NT50 du SARS-CoV-2 chez les enfants âgés de 5 à <12 ans et celui des jeunes adultes âgés de 16 à 25 ans était de 1.04 (IC bilatéral à 95%: 0.93, 1.18), comme le montre le Tableau 3.

Tableau 3: Résumé des ratios des moyennes géométriques pour le titre d'anticorps neutralisants à 50% – comparaison entre les enfants âgés de 5 à <12 ans (Étude 3) et les participants âgés de 16 à 25 ans (Étude 2) – participants sans signe d'infection jusqu'à 1 mois après la dose 2 –population évaluable pour l'immunogénicité

 

Vaccin à ARNm contre la COVID-19

5 à <12 ans/

16 à 25 ans

10 microgrammes/ dose

5 à <12 ans

na=264

30 microgrammes/ dose

16 à 25 ans

na=253

Test

Délai d'évaluationb

MGTc

(IC à 95%c)

MGTc

(IC à 95%c)

RMGd

(IC à 95%d)

Objectif d'immunobridging atteinte

(O/N)

Test de neutralisation du SARS-CoV-2 – NT50 (titre)f

1 mois après la dose 2

1'197.6

(1'106.1, 1'296.6)

1'146.5

(1'045.5, 1'257.2)

1.04

(0.93, 1.18)

O

Abréviations: IC = intervalle de confiance; RMG = ratio des moyennes géométriques; MGT = moyenne géométrique des titres; LIQ = limite inférieure de quantification; TAAN = test d'amplification des acides nucléiques; NT50 = titre d'anticorps neutralisants à 50%; SARS-CoV-2 = coronavirus 2 responsable du syndrome respiratoire aigu sévère.

Remarque: Les participants ne présentant aucune preuve sérologique ou virologique (jusqu'à 1 mois après la prise de sang post-dose 2) d'une infection antérieure par le SARS-CoV-2 (c.-à-d. absence d'anticorps [sérique] fixant la protéine N lors de la visite 1 et 1 mois après la dose 2, et pas de détection du SARS-CoV-2 par le test TAAN [prélèvement nasal] lors des visites 1 et 2 et ayant eu un résultat négatif au test TAAN [prélèvement nasal] lors de toute visite non programmée jusqu'à 1 mois après la prise de sang de la dose 2) et sans antécédents médicaux de COVID-19 ont été inclus dans l'analyse.

a. n = nombre de participants disposant de résultats de test valides et déterminants pour le test donné au moment prévu de l'administration de la dose / du prélèvement des échantillons.

b. Délai prévu dans le protocole pour le prélèvement des échantillons sanguins.

c. Les MGT et les IC bilatéraux à 95% ont été calculés en exponentialisant le logarithme moyen des titres et les IC correspondants (sur la base de la distribution t de Student). Les résultats de test inférieurs à la LIQ ont été fixés à 0.5 × LIQ.

d. Les RMG et les IC bilatéraux à 95% ont été calculés en exponentialisant la différence moyenne entre les logarithmes des titres (groupe 1 [5 à <12 ans] – groupe 2 [16 à 25 ans]) et les IC correspondants (sur la base de la distribution t de Student).

e. Un immunobridging est déclaré si la limite inférieure de l'IC bilatéral à 95% pour le RMG est >0.67 et si la valeur estimée du RMG est ≥0.8.

f. Les NT50 contre le SARS-CoV-2 ont été déterminés à l'aide du test de microneutralisation du virus SARS-CoV-2 mNeonGreen. Le test utilise un virus rapporteur fluorescent dérivé de la souche USA_WA1/2020 et la neutralisation du virus est évaluée sur des monocouches de cellules Vero. Le NT50 de l'échantillon est défini comme la valeur réciproque de la dilution sérique à laquelle 50% du virus sont neutralisés.

 

Parmi les participants sans signes d'infection antérieure par le SARS-CoV-2 jusqu'à 1 mois après la dose 2, 99.2% des enfants âgés de 5 à <12 ans et 99.2% des participants âgés de 16 à 25 ans ont présenté une réponse sérologique un mois après la deuxième dose par rapport à avant la vaccination. La différence entre les deux groupes d'âge (enfants et jeunes adultes) s'agissant des proportions de participants ayant présenté une réponse sérologique a été de 0.0% (IC bilatéral à 95%: -2.0%; 2,2%).

Tableau 4: Différence de pourcentages de participants ayant présenté une réponse sérologique –participants sans signe d'infection jusqu'à 1 mois après la dose 2 – sous-groupe d'immunobridging – phase 2/3 – comparaison entre les enfants âgés de 5 à <12 ans et les participants âgés de 16 à 25 ans de l'Étude 2, phase 2/3 – population évaluable pour l'immunogénicité

 

Vaccin à ARNm contre la COVID-19

 

10 microgrammes/ dose

5 à <12 ans

Na=264

30 microgrammes/ dose

16 à 25 ans

Na=253

5 à <12 ans/

16 à 25 ans

Test

Délai d'évaluationb

nc (%)

(IC à 95%d)

nc (%)

(IC à 95%d)

Différence %e

(IC à 95%f)

Objectif d'immunobridging atteintg

(O/N)

Test de neutralisation du SARS-CoV-2 – NT50 (titre)h

1 mois après la dose 2

262 (99.2)

(97.3, 99.9)

251 (99.2)

(97.2, 99.9)

0.0

(-2.0, 2.2)

O

Abréviations: LIQ = limite inférieure de quantification; TAAN = test d'amplification des acides nucléiques; liaison à la protéine N = liaison à la nucléoprotéine du SARS-CoV-2; NT50 = titre d'anticorps neutralisants à 50%; SARS-CoV-2 = coronavirus 2 responsable du syndrome respiratoire aigu sévère.

Remarque: La réponse sérologique est définie par une augmentation d'un facteur ≥4 par rapport à l'inclusion (avant la dose 1). Si la mesure à l'inclusion est inférieure à la LIQ, un résultat du dosage post-vaccination ≥4 × LIQ est considéré comme une réponse sérologique.

Remarque: Les participants ne présentant aucune preuve sérologique ou virologique (jusqu'à 1 mois après la prise de sang post-dose 2) d'une infection antérieure par le SARS-CoV-2 (c.-à-d. absence d'anticorps [sérique] fixant la protéine N lors de la visite 1 et 1 mois après la dose 2, et pas de détection du SARS-CoV-2 par le test TAAN [prélèvement nasal] lors des visites 1 et 2 et ayant eu un résultat négatif au test TAAN [prélèvement nasal] lors de toute visite non programmée jusqu'à 1 mois après la prise de sang de la dose 2) et sans antécédents médicaux de COVID-19 ont été inclus dans l'analyse.

a. N = nombre de participants disposant de résultats de test valides et déterminants avant la vaccination et 1 mois après la dose 2. Ces valeurs sont également les dénominateurs utilisés pour le calcul des pourcentages.

b. Délai prévu dans le protocole pour le prélèvement des échantillons sanguins.

c. n = nombre de participants présentant une réponse sérologique pour le test donné au moment prévu de l'administration de la dose / du prélèvement des échantillons.

d. IC bilatéral exact basé sur la méthode de Clopper-Pearson.

e. Différence entre les proportions, exprimée en pourcentage (groupe 1 [5 à <12 ans] – groupe 2 [16 à 25 ans]).

f. IC bilatéral, basé sur la méthode de Miettinen et Nurminen pour la différence entre les proportions, exprimée en pourcentage.

g. Un immunobridging est déclaré si la limite inférieure de l'IC bilatéral à 95%, pour la différence de réponse sérologique, est supérieure à -10.0%.

h. Les NT50 contre le SARS-CoV-2 ont été déterminés à l'aide du test de microneutralisation du virus SARS-CoV-2 mNeonGreen. Le test utilise un virus rapporteur fluorescent dérivé de la souche USA_WA1/2020 et la neutralisation du virus est évaluée sur des monocouches de cellules Vero. Le NT50 de l'échantillon est défini comme la valeur réciproque de la dilution sérique à laquelle 50% du virus sont neutralisés.

 

Immunogénicité après une vaccination de rappel («booster»)

Dans l'étude 2, une analyse des NT50 du SARS-CoV-2 un mois après la dose de rappel comparés à un mois après la 2e dose, chez les personnes âgées de 18 à 55 ans qui n'avaient aucune preuve sérologique ou virologique d'une infection antérieure par le SARS CoV-2 jusqu'à un mois après la dose de rappel, a montré une non-infériorité des réponses immunitaires sur la base de critères prédéfinis de non-infériorité aussi bien pour le ratio des moyennes géométriques [RMG] que pour la différence entre les taux de réponse sérologique. La réponse sérologique était définie chez un participant comme l'obtention d'une augmentation d'un facteur ≥4 du NT50 par rapport à l'inclusion (avant la dose 1).

Le RMG des NT50 du SARS-CoV-2 un mois après la vaccination de rappel comparés à un mois après la dose 2 était de 3.29 (intervalle de confiance bilatéral à 97.5%: 2.76 à 3.91) et remplissait ainsi le critère de non-infériorité pour le RMG (limite inférieure de l'intervalle de confiance bilatéral à 97.5% >0.67 et valeur estimée du RMG ≥0.8).

Une proportion élevée des participants (99.5%) a montré une réponse sérologique un mois après la dose 3, contre 98.0% un mois après la dose 2. La différence entre la proportion des participants présentant une réponse sérologique un mois après la dose de rappel (dose 3) et la proportion des participants présentant une réponse sérologique un mois après la dose 2 (dose 3 moins dose 2) était de 1.5% (intervalle de confiance bilatéral à 97.5%: -0.7% à 3.7%) et remplissait ainsi le critère de non-infériorité de 10% (c-à-d. limite inférieure de l'intervalle de confiance bilatéral à 97,5% >-10%).

Troisième dose chez les patients ayant un système immunitaire affaibli

Des données issues de la littérature montrent que chez les patients présentant une fonction limitée du système immunitaire, la réponse immunitaire contre le SARS-CoV-2 a pu être faible, inexistante après deux vaccinations avec un vaccin à ARNm contre le SARS-CoV-2, d'après le titre d'anticorps anti-RBD neutralisants. Il a été démontré dans une publication que, chez les patients dont le système immunitaire était supposément affecté à la suite d'une greffe d'organe, une troisième dose d'un vaccin à ARNm contre le SARS-CoV-2 (ARNm1273) administrée environ 28 jours après la deuxième dose était capable de déclencher une augmentation significative des anticorps anti-RBD neutralisants.

Autorisation à durée limitée

En raison de données cliniques incomplètes au moment de l'examen de la demande d'autorisation de mise sur le marché, le médicament Comirnaty est autorisé pour une durée limitée (art. 9a LPTh). L'autorisation à durée limitée est impérativement liée à la satisfaction de charges en temps opportun. Une fois ces charges satisfaites, l'autorisation à durée limitée pourra être transformée en autorisation ordinaire.

Pharmacocinétique

Absorption

Non applicable.

Distribution

Non applicable.

Métabolisme

Non applicable.

Élimination

Non applicable.

Données précliniques

Les données non cliniques ne révèlent aucun danger particulier pour l'être humain sur la base des études conventionnelles de toxicité par doses répétées et de toxicité pour la reproduction et le développement.

Toxicité générale

Les rats ayant reçu Comirnaty par voie intramusculaire (3 doses humaines complètes une fois par semaine conduisant à des niveaux d'exposition plus élevés chez le rat du fait des différences de poids corporel) ont montré des œdèmes et des érythèmes légers au site d'injection, des grossissements des ganglions locaux et de la rate, ainsi que des augmentations des leucocytes (y compris des basophiles et des éosinophiles) concordant avec une réponse inflammatoire ainsi qu'une vacuolisation des hépatocytes portaux sans indice d'une atteinte hépatique. Tous les effets étaient réversibles.

Génotoxicité/carcinogénicité

Aucune étude de génotoxicité ni de carcinogénicité n'a été menée. Aucun potentiel génotoxique n'est attendu de la part des composants du vaccin (lipides et ARNm).

Toxicité sur la reproduction et le développement

La toxicité sur la reproduction et le développement a été étudiée chez des rats dans une étude de toxicologie combinée sur la fertilité et le développement durant laquelle des rates ont reçu des injections intramusculaires de Comirnaty avant l'accouplement et pendant la gestation (administration de 4 doses humaines complètes induisant des niveaux d'exposition plus élevés chez le rat du fait des différences de poids corporel, s'étalant depuis le jour 21 avant l'accouplement jusqu'au jour 20 de la gestation). Des réponses en anticorps neutralisants dirigés contre le SARS-CoV-2 étaient présentes chez les mères avant l'accouplement et jusqu'à la fin de l'étude, au jour 21 post-natal, et également chez les fœtus et chez la progéniture. Aucun effet lié au vaccin sur la fertilité des femelles, la grossesse ou le développement embryo-fœtal ou de la progéniture n'a été constaté. Il n'y a pas de donnée disponible concernant le transfert placentaire du vaccin Comirnaty ou son excrétion dans le lait maternel.

Remarques particulières

Toutes les données fournies dans cette rubrique se rapportent exclusivement à Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable pour les personnes âgées de 12 ans et plus (flacon muni d'un couvercle en plastique VIOLET).

Pour les données concernant Comirnaty 10 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable pour les enfants âgés de 5 à <12 ans (flacon muni d'un couvercle en plastique ORANGE) ou Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion injectable prête à l'emploi pour les personnes âgées de 12 ans et plus (flacon muni d'un couvercle en plastique GRIS), veuillez respecter les informations professionnelles distinctes respectives!

Incompatibilités

Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments à l'exception de ceux mentionnés dans la rubrique «Remarques concernant la manipulation – Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable pour les personnes âgées de 12 ans et plus».

Stabilité

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.

Stabilité du flacon non ouvert: 9 mois à une température entre -90 °C et -60 °C.

Les flacons non ouverts peuvent également être conservés et transportés pendant 2 semaines au total à une température entre -25 °C et -15 °C, et peuvent être ramenés une fois à la température de conservation recommandée entre -90 °C et -60 °C. La durée totale de stockage à une température entre -25 °C et -15 °C ne doit pas dépasser 2 semaines.

Une fois sorti du congélateur, le flacon non ouvert peut être conservé jusqu'à 1 mois entre 2 °C et 8 °C avant utilisation. Pendant la durée de conservation de 1 mois entre 2 °C et 8 °C, un maximum de 12 heures peut être consacré au transport. Avant l'utilisation, le flacon non ouvert peut être conservé à des températures allant jusqu'à 30 °C pendant 2 heures au maximum.

Une fois décongelé, le vaccin ne doit pas être recongelé.

Gestion des écarts de température après retrait du congélateur

Les données de stabilité indiquent que le flacon non ouvert est stable jusqu'à:

·24 heures lorsqu'il est conservé à des températures entre -3 °C et 2 °C.

·4 heures au total lorsqu'il est conservé à des températures entre 8 °C et 30 °C; cela comprend les 2 heures à une température maximale de 30 °C décrites ci-dessus.

Ces informations servent uniquement à orienter les professionnels de santé en cas d'écart de température accidentel.

Transfert de flacons congelés ayant été conservés à ultra-basse température (<-60 °C)

·Les plateaux porte-flacons dont le couvercle est fermé et qui comportent 195 flacons retirés congelés d'une zone de stockage à ultra-basse température (<-60 °C) peuvent rester exposés à des températures allant jusqu'à 25 °C pendant une durée maximale de 5 minutes.

·Les plateaux porte-flacons dont le couvercle est ouvert ou les plateaux porte-flacons comportant moins de 195 flacons, qui ont été retirés congelés d'une zone de stockage à ultra-basse température (<-60 °C), peuvent rester exposés à des températures allant jusqu'à 25 °C pendant une durée maximale de 3 minutes.

·Lorsque les plateaux porte-flacons sont remis au congélateur après avoir été exposés à des températures allant jusqu'à 25 °C, ils doivent rester au congélateur pendant au moins 2 heures avant de pouvoir en être de nouveau sortis.

Transfert de flacons congelés ayant été conservés à des températures entre -25 °C et -15 °C

·Les plateaux porte-flacons dont le couvercle est fermé et qui comportent 195 flacons retirés d'une zone de stockage à l'état de congélation (entre -25 °C et -15 °C ) peuvent rester exposés à des températures allant jusqu'à 25 °C pendant une durée maximale de 3 minutes.

·Les plateaux porte-flacons dont le couvercle est ouvert ou les plateaux porte-flacons qui comportent moins de 195 flacons retirés d'une zone de stockage à l'état de congélation (entre -25 °C et -15 °C), peuvent rester exposés à des températures allant jusqu'à 25 °C pendant une durée maximale d'1 minute.

Une fois qu'un flacon a été extrait du plateau porte-flacons, il doit être décongelé pour être utilisé.

Stabilité après ouverture

Médicament dilué: La stabilité chimique et physique «in use», y compris lors du transport, a été démontrée pendant 6 heures entre 2 °C et 30 °C après dilution avec une solution injectable de chlorure de sodium à 9 mg/ml (0.9%). D'un point de vue microbiologique, à moins que la méthode de dilution permette d'exclure tout risque de contamination microbienne, le produit doit être utilisé immédiatement. À défaut d'une utilisation immédiate, les durées et conditions de conservation en cours d'utilisation sont sous la responsabilité de l'utilisateur.

Remarques particulières concernant le stockage

Conserver au congélateur à une température comprise entre -90 °C et -60 °C.

Conserver le récipient dans son emballage d'origine pour le protéger de la lumière.

Durant le stockage, limiter autant que possible l'exposition à l'éclairage intérieur et éviter toute exposition à la lumière directe du soleil et aux rayons ultraviolets.

Les flacons décongelés peuvent être manipulés dans des conditions d'éclairage intérieur.

Pour des informations détaillées sur la conservation à court terme du flacon congelé non ouvert entre -25 °C et -15 °C et sur les conditions de stockage après décongélation et dilution du médicament, voir ci-dessus «Stabilité» et «Stabilité après ouverture».

Conserver hors de portée des enfants.

Remarques concernant la manipulation – Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable pour les personnes âgées de 12 ans et plus (couvercle VIOLET)

Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable doit être préparé par un professionnel de santé en respectant les règles d'asepsie pour préserver la stérilité de la dispersion préparée.

VÉRIFICATION DE LA DOSE - COMIRNATY 30 MICROGRAMMES/DOSE DISPERSION À DILUER POUR DISPERSION INJECTABLE POUR LES PERSONNES ÂGÉES DE 12 ANS ET PLUS (COUVERCLE VIOLET)

Bild 1

·Assurez-vous que le flacon est muni d'un couvercle en plastique violet.

Si le flacon est muni d'un couvercle en plastique gris, veuillez respecter l'information professionnelle distincte relative à Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion injectable prête à l'emploi pour les personnes de 12 ans et plus.

Si le flacon est muni d'un couvercle en plastique orange, veuillez respecter l'information professionnelle distincte relative à Comirnaty 10 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable pour les enfants âgés de de 5 à <12 ans.

DÉCONGÉLATION AVANT DILUTION - COMIRNATY 30 MICROGRAMMES/DOSE DISPERSION À DILUER POUR DISPERSION INJECTABLE POUR LES PERSONNES ÂGÉES DE 12 ANS ET PLUS (COUVERCLE VIOLET)

Bild 3

·Le flacon multidose est conservé à l'état congelé et doit être décongelé avant d'être dilué. Les flacons congelés doivent être transférés dans un environnement compris entre 2 °C et 8 °C pour être décongelés. La décongélation d'un plateau porte-flacons de 195 flacons peut prendre 3 heures. Les flacons congelés peuvent également être décongelés pendant 30 minutes à des températures allant jusqu'à 30 °C pour une utilisation immédiate.

·Le flacon non ouvert peut être conservé jusqu'à 1 mois entre 2 °C et 8 °C. Pendant la durée de conservation de 1 mois entre 2 °C et 8 °C, un maximum de 12 heures peut être consacré au transport.

·Laisser le flacon décongelé revenir à température ambiante et le retourner doucement 10 fois avant la dilution. Ne pas secouer.

·Avant la dilution, la dispersion décongelée peut contenir des particules amorphes opaques de couleur blanche à blanc cassé.

DILUTION - COMIRNATY 30 MICROGRAMMES/DOSE DISPERSION À DILUER POUR DISPERSION INJECTABLE POUR LES PERSONNES ÂGÉES DE 12 ANS ET PLUS (COUVERCLE VIOLET)

Bild 5

·Le vaccin décongelé doit être dilué dans son flacon d'origine avec 1.8 ml de solution injectable de chlorure de sodium à 9 mg/ml (0.9%), en utilisant une aiguille de calibre 21 gauge ou plus fine et des techniques aseptiques.

Bild 7

·Équilibrer la pression du flacon avant de retirer l'aiguille du flacon en aspirant 1.8 ml d'air dans la seringue de diluant vide.

Bild 9

·Retourner délicatement la dispersion diluée 10 fois. Ne pas secouer.

·Le vaccin dilué doit se présenter sous la forme d'une dispersion de couleur blanc cassé, sans particules visibles. Ne pas utiliser le vaccin dilué si des particules ou une décoloration sont observées.

Bild 11

·Après dilution, il convient d'inscrire la date et l'heure de la dilution sur les flacons.

·Après dilution, conserver entre 2 °C et 30 °C et utiliser dans les 6 heures, temps de transport éventuel compris.

·Ne pas congeler ni secouer la dispersion diluée. Si elle est conservée au réfrigérateur, laisser la dispersion diluée arriver à température ambiante avant de l'utiliser.

PRÉPARATION DES DOSES INDIVIDUELLES DE 0.3 ml - COMIRNATY 30 MICROGRAMMES/DOSE DISPERSION À DILUER POUR DISPERSION INJECTABLE POUR LES PERSONNES ÂGÉES DE 12 ANS ET PLUS (COUVERCLE VIOLET)

Bild 13

·Après dilution, le flacon contient une quantité de 2.25 ml, à partir de laquelle 6 doses de 0.3 ml peuvent être prélevées.

·Nettoyer le bouchon du flacon dans des conditions aseptiques à l'aide d'un tampon antiseptique à usage unique.

·Prélever 0.3 ml de Comirnaty.

Pour prélever 6 doses à partir d'un seul flacon, des seringues et/ou des aiguilles à faible volume mort doivent être utilisées. L'utilisation combinée d'une seringue et d'une aiguille à faible volume mort doit permettre d'obtenir un volume mort ne dépassant pas 35 microlitres.

L'utilisation de seringues et d'aiguilles standard ne permet pas forcément de disposer d'un volume suffisant pour prélever une sixième dose à partir d'un seul flacon.

·Chaque dose doit contenir 0.3 ml de vaccin.

·Si la quantité de vaccin restant dans le flacon ne permet pas de fournir une autre dose complète de 0.3 ml, éliminer le flacon et tout volume résiduel.

·Éliminer tout vaccin non utilisé dans les 6 heures suivant la dilution.

 

Élimination

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

Numéro d’autorisation

68225 (Swissmedic).

Présentation

Comirnaty 30 microgrammes/dose dispersion à diluer pour dispersion injectable

1 paquet de 195 flacons multidoses de 2 ml (verre de type I) munis d'un bouchon (caoutchouc synthétique bromobutyle) et d'un couvercle amovible en plastique violet avec opercule en aluminium (contenant chacun 6 doses) [B].

Titulaire de l’autorisation

Pfizer AG, Zürich.

Mise à jour de l’information

Décembre 2021.

LLD V027