Information for healthcare professionals Print


Plegridy™ / Plegridy™ PEN

Biogen Switzerland AG

Composition

Principes actifs

Peginterféron bêta-1a.

Le peginterféron bêta-1a est un conjugué covalent d'interféron bêta-1a, produit dans des cellules ovariennes de hamster chinois, et de méthoxy-polyéthylène glycol de 20 kDa, liés par le O-2-méthylpropionaldéhyde.

Excipients

Solution injectable (pen prérempli pour administration sous-cutanée et seringue préremplie pour administration intramusculaire)

Acétate de sodium trihydraté, acide acétique glacial 99 %, chlorhydrate d'arginine, polysorbate 20, eau pour préparations injectables q.s. ad solutionem pro 0,5 ml.

Un pen prérempli (0,5 ml) contient 0,13 mg de sodium.

Une seringue préremplie (0,5 ml) contient 0,13 mg de sodium.

Forme pharmaceutique et quantité de principe actif par unité

Solution injectable (pen prérempli pour administration sous-cutanée (SC)

Plegridy™ Pen 63 µg: chaque pen prérempli contient 63 µg/0,5 ml de peginterféron bêta-1a.

Plegridy™ Pen 94 µg: chaque pen prérempli contient 94 µg/0,5 ml de peginterféron bêta-1a.

Plegridy™ Pen 125 µg: chaque pen prérempli contient 125 µg/0,5 ml de peginterféron bêta-1a.

Solution injectable (seringue préremplie pour administration intramusculaire (IM)

Plegridy™ 125 µg: chaque seringue préremplie contient 125 µg/0,5 ml de peginterféron bêta-1a.

Indications/Possibilités d’emploi

Plegridy est indiqué dans le traitement de la sclérose en plaques récurrente-rémittente pour diminuer la fréquence des poussées et ralentir la progression du handicap.

Posologie/Mode d’emploi

Le traitement doit être instauré sous la surveillance d'un médecin expérimenté dans le traitement de cette maladie.

Lors du passage d'un interféron non pégylé à un interféron pégylé, il faut tenir compte du fait qu'il n'existe pas de données comparatives directes, ni de données d'efficacité ou de sécurité lors d'un tel changement (voir «Efficacité clinique»).

Afin d'assurer la traçabilité des médicaments biotechnologiques, il convient de documenter pour chaque traitement le nom commercial et le numéro de lot.

Plegridy est administré par voie sous-cutanée à l'aide d'un pen prérempli destinés à un usage unique ou à l'aide d'une seringue préremplie destinée à un usage unique IM.

Posologie usuelle

La posologie recommandée de Plegridy est de 125 µg toutes les 2 semaines.

Adultes

Instauration du traitement

Une titration de la dose peut être réalisée en début de traitement pour atténuer les symptômes pseudo-grippaux pouvant survenir lors de l'instauration d'un traitement par interféron. L'utilisation préventive et concomitante de médicaments anti-inflammatoires, analgésiques et/ou antipyrétiques peut prévenir ou atténuer les symptômes pseudo-grippaux survenant occasionnellement au cours du traitement par interféron (voir «Effets indésirables»).

Le passage de la voie SC à la voie IM ou inversement n'a pas été étudié. D'après la bioéquivalence démontrée entre les deux voies d'administration, aucune titration de la dose ne devrait être nécessaire pour atténuer les symptômes pseudo-grippaux lors d'un passage d'un mode d'administration à l'autre.

Il est généralement recommandé d'instaurer le traitement SC ou IM avec une première dose (dose 1 le jour 0) de 63 µg, puis d'augmenter la dose 2 (jour 14) à 94 µg et la dose 3 (jour 28) à 125 µg (dose complète) et de poursuivre le traitement avec la dose complète (125 µg) administrée toutes les 2 semaines (voir Tableau 1 a concernant l'administration SC et Tableau 1b concernant l'administration IM).

Administration sous-cutanée

Un emballage initial est disponible pour l'administration SC, il contient les deux premières doses, soit 63 µg (dose 1) (pen avec étiquette orange) et 94 µg (dose 2) (pen avec étiquette bleue). À partir de la semaine 4, les patients doivent utiliser l'emballage de la dose d'administration contenant la dose complète de 125 µg (pen avec étiquette grise).

Tableau 1a: Calendrier de titration pour l'instauration du traitement lors de l'administration SC

Dose

Date*

Quantité (µg)

Étiquette du pen

Dose 1

Jour 0

63

Orange

Dose 2

Jour 14

94

Bleue

Dose 3

Jour 28

125 (dose complète)

Grise

 

* Administration de la dose tous les 14 jours (2 semaines)

Administration intramusculaire

Une dose d'administration contient la dose complète de 125 µg dans 1 seringue préremplie.

Les clips de titration Plegridy destinés à l'utilisation avec la seringue préremplie limitent la dose administrée au jour 0 à 63 µg (dose 1, clip de titration Plegridy jaune) et la dose administrée au jour 14 à 94 µg (dose 2, clip de titration Plegridy violet). Chaque clip de titration Plegridy est destiné à un usage unique et doit être éliminé avec la seringue préremplie et les éventuels restes de Plegridy. À partir de la semaine 4, les patients doivent utiliser la dose complète de 125 µg (aucun clip de titration Plegridy nécessaire) (administration tous les 14 jours)

Tableau 1b: Calendrier de titration pour l'instauration du traitement lors de l'administration IM

Dose

Date*

Quantité (µg)

Clip de titration Plegridy

Dose 1

Jour 0

63

Jaune

Dose 2

Jour 14

94

Violet

Dose 3

Jour 28

125 (dose complète)

Aucun clip nécessaire

 

* Administration de la dose tous les 14 jours (2 semaines)

Enfants et adolescents

La sécurité et l'efficacité de Plegridy chez les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans n'ont pas été étudiées dans la sclérose en plaques. Aucune donnée n'est disponible.

Patients âgés

La sécurité et l'efficacité de Plegridy n'ont pas été suffisamment étudiées dans ce groupe d'âge. Les essais cliniques n'ont pas inclus de patients âgés de plus de 65 ans.

Patients atteints d'insuffisance rénale

Aucun ajustement de la posologie n'est nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale selon les données issues des études dans l'insuffisance rénale légère, modérée et sévère et dans l'insuffisance rénale terminale (voir «Mises en garde et précautions» et «Pharmacocinétique»).

Patients atteints d'insuffisance hépatique

Plegridy n'a pas été étudié chez les patients présentant une insuffisance hépatique (voir «Mises en garde et précautions»).

Mode d'administration

Il est recommandé qu'un professionnel de la santé forme le patient à la technique correcte d'auto-injection à l'aide du pen prérempli (SC) ou de la seringue préremplie (IM). Les patients doivent être informés de la nécessité de changer toutes les 2 semaines le site d'injection sous-cutanée ou IM. Les sites habituels d'injection SC sont la cuisse, l'abdomen et le bras. Les sites habituels d'injection IM sont les cuisses.

Prise retardée

La posologie recommandée de Plegridy est de 125 µg toutes les 2 semaines, administrés par injection SC ou IM. En cas d'oubli d'une dose de Plegridy, celle-ci devra être injectée le plus rapidement possible.

·S'il reste 7 jours ou plus avant la dose suivante prévue: le patient doit administrer la dose oubliée immédiatement. Le traitement peut ensuite être poursuivi comme prévu avec la dose suivante.

·S'il reste moins de 7 jours avant la dose suivante prévue: le patient doit commencer un nouveau cycle de 2 semaines en débutant par l'administration de la dose oubliée. Deux doses consécutives de Plegridy ne doivent cependant pas être administrées à moins de 7 jours d'intervalle.

Chaque pen prérempli de Plegridy pour administration SC est déjà muni(e) d'une aiguille d'injection. Chaque seringue préremplie de Plegridy pour administration IM est disponible sous forme de seringue préremplie avec une aiguille séparée pour administration IM (23G, 0,6 x 32 mm). Les seringues préremplies pour administration IM ainsi que les pens préremplis pour administration SC sont exclusivement à usage unique et doivent être éliminés en conséquence.

Contre-indications

Plegridy est contre-indiqué:

·chez les patients ayant une hypersensibilité connue à l'interféron bêta naturel ou recombinant, au peginterféron ou à l'un des autres composants (voir «Composition»),

·chez les patients présentant actuellement une dépression sévère et/ou des idées suicidaires (voir «Mises en garde et précautions» et «Effets indésirables»).

Mises en garde et précautions

Lésions hépatiques

Des lésions hépatiques, y compris des cas d'élévation des taux sériques de transaminases hépatiques, d'hépatite et d'hépatite auto-immune, ainsi que de rares cas d'insuffisance hépatique sévère ont été signalés avec les médicaments à base d'interféron bêta. Une élévation des enzymes hépatiques, des hépatites non infectieuses (y compris des hépatites sévères) et des lésions hépatiques ont été observées lors de l'utilisation de Plegridy. Les patients doivent être examinés afin de déceler tout signe de lésion hépatique (voir «Effets indésirables»).

Insuffisance hépatique

La prudence est requise lors de l'utilisation de Plegridy chez les patients atteints d'insuffisance hépatique sévère et une surveillance étroite doit être envisagée. Les patients doivent être surveillés afin de déceler tout signe de lésion hépatique. La prudence est également requise lorsque des interférons sont administrés en même temps que d'autres médicaments ayant été associés à des lésions hépatiques (voir «Effets indésirables» et «Pharmacocinétique»).

Dépression

Plegridy doit être administré avec prudence chez les patients atteints de troubles dépressifs passés ou actuels et notamment chez les patients présentant déjà des antécédents d'idées suicidaires (voir «Contre-indications»). Une augmentation de la fréquence des dépressions et des idées suicidaires chez les patients atteints de sclérose en plaques et traités par interférons a été observée. Il faut donc demander aux patients de signaler immédiatement à leur médecin traitant tout signe de dépression et/ou d'idées suicidaires.

Les patients présentant des signes de dépression doivent être surveillés de manière étroite au cours du traitement et traités en conséquence. Une interruption du traitement par Plegridy doit être envisagée (voir «Effets indésirables»).

Anaphylaxie et réactions d'hypersensibilité

De graves réactions d'hypersensibilité, y compris des cas d'anaphylaxie, ont été rapportées et sont une complication rare d'un traitement par interféron bêta, y compris par Plegridy. Les patients doivent être informés qu'ils doivent interrompre le traitement par Plegridy et consulter immédiatement un médecin en cas de signes et symptômes d'anaphylaxie ou de réactions d'hypersensibilité sévères. Le traitement ne doit pas être repris (voir «Effets indésirables»).

Diminution du nombre de cellules dans le sang périphérique

Une diminution du nombre de cellules de toutes les lignées dans le sang périphérique, incluant une pancytopénie ainsi que de rares cas de thrombopénie sévère, a été rapportée chez les patients traités par interféron bêta. Des cytopénies, incluant une neutropénie sévère et de rares cas de thrombopénie, ont été observées chez les patients traités par Plegridy. Les patients doivent donc être surveillés pour détecter tout signe ou symptôme d'une diminution du nombre de cellules dans le sang périphérique (voir «Effets indésirables»). Une prudence particulière est de mise chez les patients présentant une dépression médullaire sévère.

Réactions au site d'injection

Des réactions au site d'injection incluant la survenue de nécroses ont été rapportées après administration SC d'interféron bêta. Afin de minimiser les risques de réactions au site d'injection, il convient d'apprendre au patient à utiliser une technique d'injection aseptique. La pratique de l'auto-injection par le patient sera vérifiée périodiquement, notamment en cas de survenue de réactions au site d'injection. En cas de lésion cutanée, éventuellement accompagnée d'un gonflement ou d'un suintement au site d'injection, il faut demander au patient de consulter son médecin traitant. Une nécrose au site d'injection a été rapportée chez un patient traité par Plegridy SC dans le cadre des études cliniques. La nécessité d'arrêter le traitement après la survenue d'une nécrose au niveau d'un seul site d'injection dépendra de l'étendue de la nécrose (voir «Effets indésirables»).

Affections du rein et des voies urinaires

Syndrome néphrotique

Des cas de syndrome néphrotique associé à différentes néphropathies sous-jacentes, notamment une glomérulosclérose segmentaire et focale (FSGS), une glomérulopathie à lésions glomérulaires minimes (MCGD), une glomérulonéphrite membrano-proliférative (MPGN) et une glomérulopathie extra-membraneuse (MGP), ont été rapportés au cours du traitement par des médicaments à base d'interféron bêta. Les événements ont été rapportés à différents moments du traitement et peuvent se manifester après plusieurs années de traitement par interféron bêta. Il est recommandé d'effectuer une surveillance régulière pour détecter tout signe ou symptôme précoce tel que des œdèmes, une protéinurie ou une altération de la fonction rénale, en particulier chez les patients présentant un risque accru de néphropathie. Un traitement immédiat du syndrome néphrotique est nécessaire et l'arrêt du traitement par Plegridy doit être envisagé.

Insuffisance rénale

La pharmacocinétique de Plegridy a été examinée dans le cadre d'une étude de dose unique chez des volontaires sains et chez des personnes atteintes d'insuffisance rénale légère, modérée et sévère ainsi que d'insuffisance rénale terminale. Aucune différence cliniquement significative des profils pharmacocinétiques n'a été constatée selon la fonction rénale (voir «Pharmacocinétique»). On ne dispose que de données limitées concernant la tolérance clinique chez les patients atteints d'insuffisance rénale.

La prudence est de rigueur lors de l'utilisation de Plegridy chez les patients atteints d'insuffisance rénale sévère.

Microangiopathie thrombotique (MAT)

Des cas de MAT, se manifestant sous forme de purpura thrombotique thrombocytopénique (PTT) ou de syndrome hémolytique et urémique (SHU), incluant des cas de décès, ont été rapportés lors du traitement par des médicaments à base d'interféron bêta. Les événements ont été rapportés à différents moments du traitement et peuvent survenir plusieurs semaines ou années après le début du traitement par interféron bêta. Les signes cliniques précoces comprennent une thrombopénie, une hypertension de survenue récente, de la fièvre, des symptômes au niveau du SNC (p.ex. confusion, parésie) et une diminution de la fonction rénale. Les résultats biologiques suggérant une MAT comportent une thrombopénie, une élévation du taux sérique de lactate déshydrogénase (LDH) due à une hémolyse et la présence de schizocytes (fragments d'érythrocytes) sur le frottis sanguin. Par conséquent, en présence de signes cliniques de MAT, il est recommandé de vérifier le taux de thrombocytes, le taux sérique de LDH, de réaliser un frottis sanguin et d'évaluer la fonction rénale. Dès que le diagnostic d'une MAT est posé, il convient de traiter rapidement le patient (envisager un échange plasmatique) et d'interrompre immédiatement le traitement par Plegridy.

Anomalies biologiques

Le traitement par interféron peut provoquer des anomalies biologiques. C'est pourquoi il est recommandé de réaliser un hémogramme complet avec formule leucocytaire et numération des thrombocytes, ainsi qu'un bilan biochimique (y compris tests de la fonction hépatique) avant le début du traitement puis à intervalles réguliers. Chez les patients présentant une dépression médullaire, une surveillance plus fréquente de l'hémogramme avec formule sanguine et numération plaquettaire peut être nécessaire.

Des hypothyroïdies et des hyperthyroïdies ont été observées lors de l'utilisation de médicaments à base d'interféron bêta. Des contrôles réguliers de la fonction thyroïdienne sont recommandés chez les patients présentant des antécédents de troubles de la fonction thyroïdienne ou en cas d'indication médicale.

Crises convulsives

Plegridy doit être administré avec prudence chez les patients présentant des antécédents de crises convulsives et les patients traités par des antiépileptiques, notamment si leur épilepsie est insuffisamment contrôlée par des antiépileptiques (voir «Effets indésirables»).

Cardiopathie

Une aggravation de cardiopathies a été rapportée chez des patients traités par interféron bêta. Pour cette raison, les patients atteints d'une cardiopathie significative préexistante telle qu'insuffisance cardiaque, affection coronarienne ou arythmie, doivent faire l'objet d'une surveillance afin de déceler toute aggravation de leur cardiopathie, notamment au début du traitement (voir «Effets indésirables»).

Immunogénicité

Les patients sont susceptibles de développer des anticorps contre Plegridy. Les données de patients traités pendant jusqu'à 2 ans par Plegridy par administration SC suggèrent que moins de 1 % des patients (5/715) ont développé des anticorps neutralisants persistants contre l'interféron bêta-1a, liés au traitement. Les anticorps neutralisants sont potentiellement capables de diminuer l'efficacité clinique de Plegridy. 3 % des patients (18/681) ont développé des anticorps persistants contre la fraction PEG, liés au traitement.

Dans l'étude ADVANCE avec administration SC, le développement d'anticorps contre la fraction interféron ou la fraction PEG de Plegridy n'a pas eu d'influence notable sur la réaction pharmacodynamique, la sécurité ou l'efficacité clinique, bien que l'analyse ait été limitée par la faible incidence de l'immunogénicité.

L'utilisation de différents tests de détection des anticorps sériques, les différentes séquences d'acides aminés, la variabilité des définitions statistiques d'une positivité des anticorps et les différentes populations de patients limitent la possibilité de comparer l'immunogénicité de différentes préparations.

Aucune donnée n'est disponible concernant l'immunogénicité de Plegridy après l'administration IM. Dans les études cliniques, l'incidence de l'immunogénicité de l'interféron β était plus faible lors de l'administration IM que lors de l'administration SC. De manière générale, l'administration IM est considérée comme similairement, voire moins immunogène que l'administration SC. Le changement de voie d'administration ne devrait pas avoir d'effets importants sur l'immunogénicité.

Ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par pen prérempli ou seringue préremplie, c'est-à-dire qu'il est pratiquement «sans sodium».

Interactions

Aucune étude d'interaction n'a été réalisée. Les patients qui développaient une poussée au cours de l'étude avaient la possibilité de recevoir un traitement standard par des corticostéroïdes. Il a été rapporté que les interférons réduisent l'activité des enzymes hépatiques dépendantes du cytochrome P450 chez l'homme et l'animal. Il convient d'être prudent en cas d'administration de Plegridy avec d'autres médicaments à marge thérapeutique étroite et dont l'élimination dépend largement du système du cytochrome P450 hépatique, comme certaines classes d'anticonvulsivants et d'antidépresseurs.

Grossesse, allaitement

Grossesse

Selon des études menées chez l'animal, il existe un risque éventuellement accru d'avortements spontanés.

Le risque d'avortement spontané chez les femmes enceintes exposées à l'interféron bêta ne peut être évalué de manière adéquate sur la base des données actuellement disponibles. Toutefois, les données disponibles à ce jour n'indiquent pas un risque accru.

Il n'existe aucune étude contrôlée menée sur des femmes enceintes avec l'interféron bêta-1a.

Les données provenant des registres de grossesse de plus de 1000 patientes et de l'expérience post-commercialisation concernant l'utilisation de l'interféron bêta-1a et 1b chez les femmes enceintes exposées en particulier au cours du premier trimestre semblent indiquer que l'incidence des malformations congénitales chez leurs enfants était comparable au risque de base estimé dans la population générale. Les données concernant l'exposition aux interférons au cours des deuxième et troisième trimestres sont très limitées.

Plegridy peut être utilisé pendant la grossesse en cas de nécessité clinique.

Allaitement

Des informations limitées sur le passage de l'interféron bêta-1a dans le lait maternel, associées aux propriétés chimiques et physiologiques de l'interféron bêta-1a, suggèrent que les quantités d'interféron bêta-1a excrétées dans le lait maternel sont négligeables. Aucun effet toxique n'a été signalé chez les nourrissons allaités de femmes traitées par l'interféron bêta-1a, mais les données disponibles à ce jour à ce sujet sont très limitées.

Plegridy peut être utilisé pendant l'allaitement.

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Aucune étude sur les effets de Plegridy sur l'aptitude à la conduite et l'utilisation de machines n'a été effectuée. Les effets indésirables sur le système nerveux central associés au traitement par interféron bêta peuvent affecter l'aptitude du patient à la conduite ou à l'utilisation de machines.

Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquents (fréquence ≥10 % et ≥2 % par rapport au placebo) associés à l'administration sous-cutanée de 125 µg de Plegridy toutes les 2 semaines ont été des érythèmes au site d'injection, des symptômes pseudo-grippaux, une pyrexie, des céphalées, des myalgies, des frissons, une douleur au site d'injection, une asthénie, un prurit au site d'injection et des arthralgies.

Les événements indésirables les plus fréquemment rapportés et ayant entraîné l'interruption du traitement par 125 µg de Plegridy administrés par voie SC toutes les 2 semaines ont été les symptômes pseudo-grippaux (< 1 %).

Étude d'homologation avec administration sous-cutanée

Dans les études cliniques (ADVANCE et ATTAIN), un total de 1468 patients atteints de sclérose en plaques récurrente-rémittente ont reçu Plegridy pendant jusqu'à 278 semaines (65 mois), ce qui correspond à une exposition totale de 4217 années-patients. Au total, 1285 patients ont reçu Plegridy pendant au moins 1 an, 1124 patients pendant au moins 2 ans, 947 patients pendant au moins 3 ans et 658 patients pendant au moins 4 ans. Pendant la phase contrôlée contre placebo de l'étude ADVANCE (année 1), 512 patients au total ont reçu 125 µg de Plegridy toutes les 2 semaines et 500 patients ont reçu 125 µg de Plegridy toutes les 4 semaines. Les résultats de la phase randomisée en aveugle de dose de l'étude ADVANCE (année 2) et de l'étude de prolongation portant sur la sécurité ATTAIN (tous les patients ont reçu Plegridy, durée du traitement allant jusqu'à 4 ans) étaient cohérents avec les résultats de la phase contrôlée contre placebo de l'étude ADVANCE de 1 an.

La liste ci-dessous rassemble les effets indésirables survenus chez 512 patients traités par 125 µg de Plegridy administrés par voie SC toutes les 2 semaines et chez 500 patients ayant reçu un placebo pendant une durée allant jusqu'à 48 semaines.

Les effets indésirables sont présentés selon les termes préférentiels de MedDRA et les classes de systèmes d'organes de MedDRA. Les fréquences des effets indésirables mentionnés ci-dessous sont présentées selon les catégories suivantes:

·très fréquents (≥1/10)

·fréquents (≥1/100 et < 1/10)

·occasionnels (≥1/1000 et < 1/100)

·rares (≥1/10 000 et < 1/1000)

·très rares (< 1/10 000)

·fréquence indéterminée (ne peut pas être estimée sur la base des données disponibles)

Affections hématologiques et du système lymphatique

Occasionnels: Thrombopénie.

Rares: Microangiopathie thrombotique, y compris le purpura thrombotique thrombocytopénique /le syndrome hémolytique et urémique (effet de classe pour tous les médicaments à base d'interféron bêta (voir «Mises en garde et précautions»)).

Affections du système immunitaire

Occasionnels: Réactions d'hypersensibilité.

Fréquence indéterminée: Anaphylaxie.

Affections du système nerveux

Très fréquents: Céphalées (44 % contre 33 % dans le groupe sous placebo).

Occasionnels: Convulsions.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Fréquence indéterminée: Hypertension artérielle pulmonaire (effet de classe des produits à base d'interféron, voir ci-dessous «Hypertension artérielle pulmonaire»).

Affections gastro-intestinales

Fréquents: Nausées, vomissements.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquents: Prurit, alopécie (effet de classe des produits à base d'interféron).

Occasionnels: Urticaire.

Affections musculosquelettiques et du tissu conjonctif

Très fréquents: Myalgies (19 % contre 6 % dans le groupe sous placebo), arthralgies (11 % contre 7 % dans le groupe sous placebo).

Affections du rein et des voies urinaires

Rares: Syndrome néphrotique, glomérulosclérose.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Très fréquents: Érythème au site d'injection (62 % contre 7 % dans le groupe sous placebo), symptômes pseudo-grippaux (47 % contre 13 % dans le groupe sous placebo), pyrexie (45 % contre 15 % dans le groupe sous placebo), frissons (17 % contre 5 % dans le groupe sous placebo), douleur au site d'injection (15 % contre 3 % dans le groupe sous placebo), asthénie (13 % contre 8 % dans le groupe sous placebo), prurit au site d'injection (13 % contre 1 % dans le groupe sous placebo).

Fréquents: Hyperthermie, douleur, œdème au site d'injection, chaleur au site d'injection, hématome au site d'injection, éruption au site d'injection, gonflement au site d'injection, décoloration au site d'injection, inflammation au site d'injection.

Rares: Nécrose au site d'injection.

Investigations

Fréquents: Augmentation de la température corporelle, augmentation du taux d'alanine aminotransférase, augmentation du taux d'aspartate aminotransférase, augmentation du taux de gamma-glutamyltransférase, diminution du taux d'hémoglobine, diminution du nombre de leucocytes.

Affections psychiatriques

Fréquents: Dépression.

Description d'effets indésirables spécifiques

Symptômes pseudo-grippaux

Des symptômes pseudo-grippaux sont survenus chez 47 % des patients traités par 125 µg de Plegridy toutes les 2 semaines et 13 % des patients du groupe sous placebo. L'incidence des symptômes pseudo-grippaux (p.ex. affection pseudo-grippale, frissons, hyperpyrexie, douleurs de l'appareil locomoteur, myalgie, douleur, pyrexie) était maximale au début du traitement et a généralement diminué lors des 6 premiers mois. Parmi les patients ayant rapporté des symptômes pseudo-grippaux, 90 % les ont décrits comme étant légers ou modérés. Aucun symptôme considéré comme grave n'est survenu. Moins de 1 % des patients traités par Plegridy durant la phase contrôlée contre placebo de l'étude ADVANCE ont arrêté le traitement en raison de symptômes pseudo-grippaux.

Une étude ouverte réalisée chez des patients qui sont passés d'un traitement par l'interféron bêta à un traitement par Plegridy a évalué la survenue et la durée des symptômes pseudo-grippaux traités de façon prophylactique. Chez les patients qui ont présenté des symptômes pseudo-grippaux, le délai médian avant l'apparition des symptômes était de 10 heures (écart interquartile de 7 à 16 heures) après l'injection et la durée médiane était de 17 heures (écart interquartile de 12 à 22 heures).

Réactions au site d'injection lors de l'administration SC

Des réactions au site d'injection (p.ex. érythème, douleur, prurit ou œdèmes au site d'injection) ont été rapportées par 66 % des patients traités par 125 µg de Plegridy toutes les 2 semaines contre 11 % des patients du groupe sous placebo. L'érythème a été la réaction au site d'injection la plus fréquemment rapportée. Parmi les patients ayant rapporté des réactions au site d'injection, 95 % les ont décrites comme étant légères ou modérées. Un patient parmi les 1468 patients traités par Plegridy dans les études cliniques a présenté une nécrose au site d'injection qui a guéri sous un traitement médical standard.

Anomalies des transaminases hépatiques

L'incidence de l'élévation des taux de transaminases hépatiques était plus élevée chez les patients sous Plegridy que dans le groupe sous placebo. Dans la plupart des cas, les taux enzymatiques étaient < 3 fois la limite supérieure de la normale (LSN). Une augmentation de l'alanine aminotransférase et de l'aspartate aminotransférase (> 5 fois la LSN) a été rapportée respectivement chez 1 % et < 1 % des patients du groupe sous placebo et chez 2 % et < 1 % des patients traités par Plegridy. Dans l'étude ADVANCE, une élévation asymptomatique des taux sériques de transaminases hépatiques associée à une élévation des taux de bilirubine a été observée chez deux patients traités par Plegridy et s'est normalisée à l'arrêt de Plegridy.

Troubles hématologiques

Une diminution du nombre de leucocytes < 3,0 x 109/l a été observée chez 7 % des patients traités par Plegridy et chez 1 % des patients du groupe sous placebo. Le nombre moyen de leucocytes est resté dans les limites normales chez les patients traités par Plegridy. La baisse du nombre de leucocytes n'était pas associée à un risque plus élevé d'infections ou d'infections graves. L'incidence d'une baisse potentiellement cliniquement significative du nombre de lymphocytes (< 0,5 x 109/l) (< 1 %), de neutrophiles (≤1,0 x 109/l) (< 1 %) et de thrombocytes (≤100 x 109/l) (≤1 %) était similaire chez les patients traités par Plegridy et chez les patients du groupe sous placebo. Deux cas graves ont été rapportés chez des patients traités par Plegridy: un patient (< 1 %) a développé une thrombopénie sévère (nombre de thrombocytes < 10 x 109/l) et un autre patient (< 1 %) a présenté une neutropénie sévère (nombre de neutrophiles < 0,5 x 109/l). Chez les deux patients, le nombre de cellules s'est normalisé à l'arrêt de Plegridy. En comparaison avec le groupe placebo, aucune différence significative du taux d'érythrocytes n'a été observée chez les patients traités par Plegridy.

Réactions d'hypersensibilité

Des réactions d'hypersensibilité sont survenues chez 16 % des patients traités par 125 µg de Plegridy toutes les 2 semaines et chez 14 % des patients du groupe sous placebo. Moins de 1 % des patients traités par Plegridy ont développé une hypersensibilité grave (p.ex. angio-œdème, urticaire) et celle-ci a été rapidement réversible après un traitement par antihistaminiques et/ou corticostéroïdes.

Dépression et idées suicidaires

L'incidence globale des événements indésirables liés à la dépression et aux idées suicidaires a été de 8 % dans le groupe traité par 125 µg de Plegridy toutes les 2 semaines tout comme dans le groupe sous placebo. L'incidence des événements graves liés à la dépression et aux idées suicidaires a été comparable et faible (< 1 %) dans le groupe de patients traités par 125 µg de Plegridy toutes les 2 semaines et dans le groupe sous placebo.

Crises convulsives

L'incidence des crises convulsives a été faible et comparable dans le groupe de patients traités par Plegridy (125 µg toutes les 2 semaines) et dans le groupe sous placebo (< 1 % dans les deux groupes).

Hypertension artérielle pulmonaire

Des cas d'hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) ont été signalés en lien avec l'utilisation de produits à base d'interféron bêta. Ces événements ont été rapportés avec des délais divers allant notamment jusqu'à plusieurs années après le début du traitement par l'interféron bêta.

Affections cardiovasculaires

L'incidence des événements cardiovasculaires a été comparable dans le groupe de patients traités par Plegridy (125 µg toutes les 2 semaines) et dans le groupe sous placebo (7 % dans les deux groupes). Aucun événement cardiovasculaire grave n'a été observé chez les patients traités par Plegridy dans le cadre de l'étude ADVANCE.

Étude de bioéquivalence entre l'administration SC et l'administration IM

Une étude croisée en ouvert incluant 136 sujets sains a évalué la bioéquivalence de doses uniques de 125 µg de Plegridy administrées par injection SC et IM.

Les événements indésirables (EI) rapportés (avec une incidence > 10 % dans les deux bras de l'étude) au cours des deux périodes du traitement sont présentés dans le Tableau 2.

Tableau 2 Événements indésirables (EI) rapportés (avec une incidence > 10 % dans les deux bras de l'étude) au cours des deux périodes du traitement

Événements indésirables

Incidence lors de l'administration IM

Incidence lors de l'administration SC

Frissons

35,6 %

26,9 %

Douleurs

22,0 %

14,2 %

Douleurs au site d'injection

11,4 %

14,9 %

Érythème au site d'injection

2,3 %

25,4 %

Céphalées

35,6 %

41,0 %

 

Les réactions au site d'injection ont été rapportées avec une fréquence plus faible lors de l'administration IM (14,4 %) que lors de l'administration SC (32,1 %).

Les examens biologiques cliniques ont montré un taux anormal de protéines urinaires (protéinurie) chez 1 sujet sur 130 (0,8 %) dans le bras SC et chez 4 sujets sur 131 (3,1 %) dans le groupe IM, sans que ces anomalies aient été déclarées comme des effets indésirables.

Effets indésirables identifiés après la mise sur le marché

Réactions anaphylactiques

Dans la phase de post-commercialisation, des réactions d'hypersensibilité graves, y compris des cas d'anaphylaxie, ont été signalées après l'administration de Plegridy.

Atteinte hépatique

Dans la phase de post-commercialisation, des cas d'hépatite non infectieuse (y compris 'hépatite sévère) ont été signalés après l'administration de Plegridy (voir «Mise en garde et précautions»).

L'annonce d'effets secondaires présumés après l'autorisation est d'une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d'effet secondaire nouveau ou grave via le portail d'annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Aucun cas de surdosage n'a été rapporté. En cas de surdosage, il convient d'administrer un traitement de soutien approprié.

Propriétés/Effets

Code ATC

L03AB13

Mécanisme d'action

Le mécanisme d'action de Plegridy dans la sclérose en plaques n'est pas complètement élucidé. Toutefois, les effets biologiques de Plegridy étant comparables à ceux de l'interféron bêta-1a non pégylé, son mécanisme d'action devrait être comparable. Plegridy se lie au récepteur de l'interféron de type 1 à la surface des cellules et induit une cascade d'événements intracellulaires menant à la régulation de l'expression de gènes induits par l'interféron. On suppose que l'efficacité de Plegridy dans la sclérose en plaques est médiée par ces gènes et leurs produits.

Étant un interféron bêta, Plegridy module des réactions immunitaires qui jouent probablement un rôle dans la pathogenèse de la sclérose en plaques. Considérant la complexité et la multiplicité de la pathogenèse de la maladie, il est probable que Plegridy agisse à plusieurs niveaux, par exemple par une régulation à la hausse des cytokines anti-inflammatoires (p.ex. IL-4, IL-10, IL-27), une régulation à la baisse des cytokines pro-inflammatoires (p.ex. IL-2, IL-12, IFN-γ, TNF-α) et l'inhibition de la migration des cellules T activées à travers la barrière hémato-encéphalique. D'autres mécanismes sont cependant envisageables.

Pharmacodynamique

Plegridy est un interféron bêta-1a conjugué à une molécule linéaire de méthoxy-polyéthylène glycol de 20 kDa au niveau du groupe alpha-aminé du résidu d'acides aminés en position N-terminale.

Les interférons sont un groupe de protéines naturelles qui sont synthétisées par des cellules en réponse à des stimuli biologiques et chimiques et qui entraînent de nombreuses réactions cellulaires antivirales, antiprolifératives et immunomodulatrices.

Les propriétés pharmacologiques de Plegridy concordent avec celles de l'interféron bêta-1a et sont probablement médiées par la partie protéique de la molécule.

Pharmacodynamique de Plegridy après administration IM et SC

Pour analyser la pharmacodynamique (PD), la concentration sérique de néoptérine, un marqueur de l'activité de l'IFN bêta, a été mesurée après l'administration de 125 µg de Plegridy IM et de Plegridy SC.

Les profils de la concentration sérique de néoptérine en fonction du temps après administration de doses uniques de 125 µg de Plegridy SC ou de 125 µg Plegridy IM étaient similaires et les concentrations maximales (EPeak) ont été atteintes avec un ETmax moyen respectivement de 40,1 heures et 44,0 heures. Les moyennes géométriques du taux de néoptérine entre l'administration de la dose et la concentration maximale ont augmenté de manière similaire avec les deux types d'injection (de 8,0 à 22,6 nmol/l pour l'administration SC et de 8,1 à 23,2 nmol/l pour l'administration IM). L'exposition systémique totale à la néoptérine (EAUC0-336h et EAUC0-504h) était également similaire pour les deux voies d'administration.

Efficacité clinique

Administration sous-cutanée

L'efficacité et la sécurité de Plegridy ont été évaluées après un an (phase contrôlée contre placebo) dans une étude clinique randomisée, en double aveugle, d'une durée de 2 ans réalisée chez des patients atteints de sclérose en plaques récurrente-rémittente (étude ADVANCE). 1512 patients ont reçu après randomisation soit 125 µg de Plegridy par injection SC toutes les 2 (n = 512) ou 4 (n = 500) semaines soit un placebo (n = 500). Au terme de la première année, les patients du groupe sous placebo ont été randomisés dans les groupes recevant Plegridy toutes les 2 ou 4 semaines, tandis que les patients appartenant déjà aux groupes traités par Plegridy durant la première année ont poursuivi le traitement selon le schéma posologique initial. Les résultats concernant l'efficacité proviennent de la première année de l'étude contrôlée contre placebo. Des études cliniques d'efficacité et de sécurité comparant un interféron bêta-1a/-1b non pégylé comme contrôle actif avec l'interféron bêta-1a n'ont pas été réalisées. Il n'existe pas de données comparant directement Plegridy et l'interféron bêta non pégylé ni de données d'efficacité de Plegridy en substitution à un traitement par interféron non pégylé.

Ont participé à l'étude des patients atteints de sclérose en plaques récurrente-rémittente ayant présenté au moins 2 poussées au cours des 3 années précédentes, et au moins 1 poussée au cours de l'année précédant la randomisation, avec un score EDSS (Expanded Disability Status Scale) compris entre 0 et 5. Des examens neurologiques ont été réalisés au début de l'étude, puis toutes les 12 semaines ainsi qu'en cas de suspicion d'une poussée. Des examens IRM cérébraux ont été réalisés au début de l'étude et après 24 et 48 semaines.

Les patients en échec d'un traitement antérieur contre la SEP n'ont pas été inclus dans l'étude.

L'âge moyen de la population de l'étude était de 37 ans et au total, moins de 1 % des patients étaient âgés de plus de 59 ans. La durée moyenne de la maladie était de 3,6 ans (médiane: 2,0 ans). En moyenne, 2,5 poussées s'étaient produites au cours des 3 années précédentes et le score EDSS moyen à l'inclusion était de 2,46. Les patients étaient majoritairement de sexe féminin (71 %) et n'avaient pas suivi de traitement préalable spécifique contre la SEP (83 %).

Le critère d'évaluation principal était le taux annualisé de poussées (annualized relapse rate, ARR) sur 1 an. Les critères d'évaluation secondaires étaient le pourcentage de participants avec une poussée, les lésions hyperintenses en T2 nouvelles ou nouvellement élargies ainsi que le temps jusqu'à la progression confirmée du handicap, définie comme une augmentation d'au moins un point chez les patients avec un EDSS initial ≥1 ou de 1,5 point chez les patients avec un score EDSS initial de 0, persistant sur 12 semaines. Plegridy a eu un effet statistiquement significatif sur le critère d'évaluation principal et sur tous les critères secondaires.

Par rapport au placebo, Plegridy administré toutes les 2 semaines a réduit l'ARR de 36 % après un an (p = 0,0007) (Tableau 3). Dans les sous-groupes définis selon les données démographiques et les caractéristiques de la maladie à l'inclusion, une réduction uniforme de l'ARR a été constatée. Après un an, Plegridy a réduit le risque de poussées de 39 % (p = 0,0003), le risque de progression du handicap confirmée à 12 semaines de 38 % (p = 0,0383) et à 24 semaines (analyse post-hoc) de 54 % (p = 0,0069), le nombre de lésions en T2 nouvelles ou nouvellement élargies de 67 % (p < 0,0001), le nombre de lésions rehaussées au Gd de 86 % (p < 0,0001) et le nombre de nouvelles lésions en T1 hypointenses de 53 % (p < 0,0001). Un effet thérapeutique a déjà été observé après 6 mois lors d'une administration de 125 µg de Plegridy toutes les 2 semaines, montrant une réduction de 61 % (p < 0,0001) des lésions en T2 nouvelles ou nouvellement élargies par rapport au placebo. L'administration de 125 µg de Plegridy toutes les 2 semaines a eu un effet thérapeutique numériquement plus important à un an sur tous les critères d'évaluation des poussées et IRM que Plegridy administré toutes les 4 semaines.

Les résultats de la première année contrôlée contre placebo de cette étude sont présentés dans le Tableau 3 et dans la Figure 1.

Tableau 3: Résultats cliniques et IRM de l'étude 1*

Critère d'évaluation

Placebo

Plegridy 125 µg SC toutes les 2 semaines

Critères d'évaluation cliniques

n=500

n=512

Taux annualisé de poussées (critère d'évaluation principal)

Taux corrigé (IC à 95 %)

0,397
(0,328, 0,481)

0,256
(0,206, 0,318)

% de réduction par rapport au placebo

-

36
(p = 0,0007)

Proportion de patients avec poussée

Proportion estimée

0,291

0,187

% de réduction du risque par rapport au placebo

-

39
(p = 0,0003)

Progression du handicap°

Proportion estimée de patients avec progression (12 semaines)

0,105

0,068

% de réduction du risque par rapport au placebo

-

38
(p = 0,0383)

Proportion estimée de patients avec progression (24 semaines)

0,084

0,040

% de réduction du risque par rapport au placebo

-

54
(p = 0,0069)

 

 

Critère d'évaluation

Placebo

Plegridy 125 µg SC toutes les 2 semaines

Critères d'évaluation IRM

n=476

n=457

Lésions hyperintenses en T2 nouvelles ou nouvellement élargies

Moyenne corrigée

10,9

3,6

% de réduction par rapport au placebo

-

67
(p < 0,0001)

Lésions rehaussées par le Gd

Moyenne

1,4^

0,2

 

% de réduction par rapport au placebo

-

86
(p < 0,0001)

Nouvelles lésions hypointenses en T1

Moyenne

3,8

1,8

 

% de réduction par rapport au placebo

-

53
(p < 0,0001)

 

^ n = 477

* Analyse en intention de traiter (intent-to-treat analysis)

° La progression du handicap était définie comme une augmentation d'au moins 1 point chez les patients avec un EDSS initial ≥1 ou de ≥1,5 chez les patients avec un EDSS initial de 0.

Figure 1: Temps jusqu'à la première poussée

Bild 1

[Pourcentage de patients avec poussée; Début de l'étude; Période de l'étude (semaines)]

Plegridy 125 µg toutes les 2 semaines (n = 512) contre placebo (n = 500). Hazard Ratio (IC à 95 %) = 0,61 (0,47, 0,80), p = 0,0003

Les résultats sur 2 ans ont confirmé que l'efficacité était maintenue au-delà de la première année de l'étude contrôlée contre placebo. Une analyse post-hoc a montré après deux ans chez les patients traités par Plegridy toutes les 2 semaines une diminution statistiquement significative des critères d'évaluation comprenant l'ARR (24 %, p = 0,0209), le risque de poussées (24 %, p = 0,0212), le risque de progression du handicap confirmée à 24 semaines (36 %, p = 0,0459) et les critères d'évaluation IRM (lésions en T2 nouvelles/élargies 60 %, lésions Gd+ 71 % et nouvelles lésions hypointenses en T1 53 %; p < 0,0001 pour tous les critères), par rapport aux patients traités par Plegridy administré toutes les 4 semaines. Dans l'étude de prolongation ATTAIN, l'efficacité à long terme de Plegridy lors d'un traitement continu a été maintenue sur une période allant jusqu'à 4 ans.

Des sous-groupes de patients présentant une maladie plus active ont été définis selon le nombre de poussées et les critères IRM, comme décrits ci-dessous, avec les résultats d'efficacité suivants:

·Pour les patients ayant eu ≥1 poussée l'année précédente et ≥9 lésions en T2 ou ≥1 lésion Gd+ (n = 1401), le taux annualisé de poussée durant la première année était de 0,39 pour le groupe sous placebo, 0,29 pour le groupe traité par Plegridy toutes les 4 semaines et 0,25 pour le groupe traité par Plegridy toutes les 2 semaines.

Les résultats dans ce sous-groupe étaient comparables à ceux de la population générale.

·Pour les patients ayant eu ≥2 poussées l'année précédente et au moins 1 lésion Gd+ (n = 273), le taux annualisé de poussée durant la première année était de 0,47 pour le groupe sous placebo, 0,35 pour le groupe traité par Plegridy toutes les 4 semaines et 0,33 pour le groupe traité par Plegridy toutes les 2 semaines.

Les résultats dans ce sous-groupe étaient numériquement comparables à ceux de la population générale mais n'étaient pas statistiquement significatifs.

Étude de bioéquivalence entre l'administration IM et l'administration SC

Comme la bioéquivalence entre l'administration IM et l'administration SC a été démontrée, il faut partir du principe que Plegridy IM et Plegridy SC présentent des profils d'efficacité similaires.

Pharmacocinétique

Absorption

Après administration SC de peginterféron bêta-1a à des patients atteints de sclérose en plaques, le pic de concentration a été atteint entre 1 et 1,5 jour après l'administration d'une dose. La Cmax (moyenne ± DS) était de 280 ± 79 pg/ml après administration répétée de 125 µg toutes les 2 semaines. Les concentrations sériques de peginterféron bêta-1a ont augmenté de manière à peu près proportionnelle à la dose après l'administration de 63 à 188 µg.

Distribution

Après administration SC de doses répétées de 125 µg toutes les 2 semaines, le volume de distribution non corrigé pour la biodisponibilité (moyenne ± DS) était de 481 ± 105 l.

Métabolisme

La conjugaison covalente d'une fraction PEG à une protéine peut modifier les propriétés in vivo de la protéine non modifiée et par exemple diminuer l'excrétion rénale et la protéolyse, allongeant ainsi la demi-vie circulante. Chez les patients atteints de SEP, la clairance moyenne du peginterféron bêta-1a était de 4,1 ± 0,4 l/h après administration répétée à intervalles de 2 semaines.

Élimination

Voir «Métabolisme».

Cinétique pour certains groupes de patients

Troubles de la fonction rénale

Une étude de dose unique réalisée chez des sujets sains et des sujets présentant divers degrés d'insuffisance rénale a montré une hausse fractionnée de l'AUC0-tlast (31-49 %) et de la Cmax (26-42 %) chez les sujets présentant une insuffisance rénale légère (clairance de la créatinine de 50 à ≤80 ml/minute), modérée (clairance de la créatinine de 30 à < 50 ml/minute) et sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/minute), par rapport aux sujets présentant une fonction rénale normale (clairance de la créatinine > 80 ml/minute). Les patients présentant une maladie rénale en phase terminale et nécessitant une hémodialyse 2 à 3 fois par semaine ont présenté une AUC et une Cmax similaires à celles des sujets ayant une fonction rénale normale. Chaque hémodialyse a réduit la concentration de peginterféron bêta-1a d'environ 24 %, ce qui suggère que l'hémodialyse élimine partiellement le peginterféron bêta-1a de la circulation systémique.

Troubles de la fonction hépatique

La pharmacocinétique du peginterféron bêta-1a n'a pas été évaluée chez les patients atteints d'insuffisance hépatique.

Patients âgés

L'expérience clinique chez les patients âgés de plus de 65 ans est limitée.

Pharmacocinétique de Plegridy après l'administration IM et SC

Les profils PK après administration de doses uniques de 125 µg de Plegridy SC et de 125 µg de Plegridy IM étaient similaires et les concentrations maximales ont été atteintes 40,0 heures après l'administration de la dose (aussi bien lors de l'administration SC que lors de l'administration IM). Les valeurs de t1/2 étaient de respectivement de 97,1 heures et 79,1 heures. L'analyse statistique de la Cmax et de l'AUCinf a en outre démontré la bioéquivalence entre 125 µg de Plegridy IM et 125 µg de Plegridy SC. Le rapport des moyennes géométriques (intervalle de confiance à 90 %) entre l'administration IM et l'administration SC était de 1,083 (de 0,975 à 1,203) pour la Cmax et de 1,089 (de 1,020 à 1,162) pour l'AUCinf.

Données précliniques

Toxicologie

L'interféron bêta-1a humain est pharmacologiquement actif chez le singe rhésus. Étant donné l'immunogénicité des interférons humains chez le singe rhésus, la durée de ces études était limitée à 5 semaines. L'administration SC hebdomadaire de peginterféron bêta-1a à des doses jusqu'à 55 fois supérieures à la dose thérapeutique sur une base de mg/kg (pour un poids corporel de 70 kg) pendant 5 semaines consécutives à des singes rhésus n'a pas entraîné de signe de toxicité.

Mutagénicité

Le peginterféron bêta-1a n'a pas été mutagène dans le test in vitro de mutation bactérienne inverse (test d'Ames) ni clastogène dans un test in vitro sur les lymphocytes humains.

Carcinogénicité

Aucune étude de carcinogénicité chez l'animal n'a été réalisée avec le peginterféron bêta-1a.

Toxicité sur la reproduction

L'administration SC hebdomadaire de peginterféron bêta-1a à une dose 70 fois supérieure à la dose thérapeutique sur une base de mg/kg (pour un poids corporel de 70 kg) à des singes rhésus femelles ayant atteint la maturité sexuelle pendant un cycle menstruel (jusqu'à 5 semaines) a entraîné des irrégularités de la menstruation, une anovulation et une diminution du taux sérique de progestérone. Ces effets correspondent aux effets abortifs observés après l'administration d'interféron bêta non pégylé. Ces effets ont été réversibles après l'arrêt de la préparation. On ignore dans quelle mesure les données non cliniques peuvent être extrapolées à l'être humain.

Tératogénicité

Aucune étude de toxicité de la reproduction chez des animaux en gestation n'a été réalisée avec le peginterféron bêta-1a.

Remarques particulières

Stabilité

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l'emballage.

Remarques particulières concernant le stockage

Tenir hors de portée des enfants.

Conserver au réfrigérateur à 2-8 °C. Ne pas congeler. Jeter en cas de congélation accidentelle.

Conserver dans l'emballage d'origine pour le protéger de la lumière.

Remarques concernant la manipulation

À l'abri de la lumière et à température ambiante (jusqu'à 25 °C), Plegridy peut être conservé pendant 30 jours au maximum. Si nécessaire, il est possible de sortir Plegridy du réfrigérateur, puis de l'y remettre. Le stockage non réfrigéré ne doit pas dépasser une durée totale de 30 jours à une température maximale de 25 °C et à l'abri de la lumière.

Une fois sorti du réfrigérateur, il convient d'attendre environ 30 minutes pour que Plegridy atteigne la température ambiante. Ne pas utiliser de source externe de chaleur comme de l'eau chaude par exemple pour réchauffer Plegridy.

Ne pas utiliser Plegridy (seringue préremplie, pen prérempli) si le liquide est coloré, trouble ou contient des particules en suspension. La solution injectable doit être limpide et incolore.

Solution injectable pour administration SC (pen prérempli)

Le pen prérempli contient une solution limpide et incolore pour injection SC.

Plegridy Pen contient une solution prête à l'emploi en pen prérempli de 0,5 ml. La seringue est déjà munie d'une aiguille. La seringue en verre se trouve dans un dispositif pour injection à usage unique (pen-injecteur à ressort).

Tout médicament ou matériel non utilisé doit être éliminé.

Solution injectable pour administration IM (seringue préremplie)

La seringue préremplie contient une solution limpide et incolore pour injection IM. La solution injectable Plegridy est une solution prête à l'emploi en seringues préremplies de 0,5 ml.
Chaque seringue préremplie contient une seule dose de Plegridy. La seringue préremplie doit être éliminée après usage.

Numéro d’autorisation

65242 (Swissmedic)

68280 (Swissmedic).

Présentation

Solution injectable pour administration SC (pen prérempli)

Emballage initial de 2 pens préremplis contenant:

63 µg de Plegridy dans 0,5 ml de solution injectable (dose 1)

94 µg de Plegridy dans 0,5 ml de solution injectable (dose 2) (B)

Emballage de 2 pens préremplis contenant:

125 µg de Plegridy dans 0,5 ml de solution injectable (B)

Solution injectable pour administration IM (seringue préremplie)

Emballage de 2 seringues préremplies contenant:

125 µg de Plegridy dans 0,5 ml de solution injectable (B)

Titulaire de l’autorisation

Biogen Switzerland AG, 6340 Baar.

Mise à jour de l’information

Mars 2022