Information for healthcare professionals Print


 

Ce médicament fait l’objet d’une surveillance supplémentaire qui permettra l’identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d’effet secondaire nouveau ou grave. Voir la rubrique « Effets indésirables » pour les modalités de déclaration des effets secondaires.

Nuvaxovid est autorisé pour une durée limitée (voir la rubrique « Propriétés/Effets »).

Nuvaxovid, dispersion injectable

Composition

Principes actifs

Une dose (0,5 ml) contient 5 microgrammes de la protéine* Spike de SARS-CoV-2 et un adjuvant Matrix-M.

* produite par une technologie d’ADN recombinant utilisant un système d’expression du baculovirus dans une lignée cellulaire d’insecte issue de cellules Sf9 de l’espèce Spodoptera frugiperda.

Excipients

Hydrogénophosphate disodique heptahydraté, dihydrogénophosphate sodique monohydraté, chlorure de sodium, polysorbate 80, hydroxyde de sodium (pour l’ajustement du pH), acide chlorhydrique (pour l’ajustement du pH), eau pour préparations injectables

Adjuvant Matrix-M

Contenu de l’adjuvant Matrix-M dans chaque dose de 0,5 ml : fraction A (42,5 microgrammes) et fraction C (7,5 microgrammes) d’extrait de Quillaja Saponaria Molina.

Cholestérol, phosphatidylcholine (dont all-rac-α-tocophérol), dihydrogénophosphate de potassium, chlorure de potassium, hydrogénophosphate disodique dihydraté, chlorure de sodium, eau pour préparations injectables

 

Une dose de 0,5 ml contient 4 mg de sodium et 0,003 mg de potassium.

Forme pharmaceutique et quantité de principe actif par unité

Dispersion injectable (injection).

La dispersion est incolore à légèrement jaune, limpide à légèrement opalescente (pH 7.2).

Il s’agit d’un flacon multidose contenant 10 doses de 0,5 ml.

Indications/Possibilités d’emploi

Nuvaxovid est indiqué pour l’immunisation active afin de prévenir la COVID-19 causée par le virus SARS-CoV-2 chez les personnes âgées de 12 ans et plus.

L’utilisation de ce vaccin doit être conforme aux recommandations officielles.

Posologie/Mode d’emploi

Schéma de primo-vaccination

Personnes âgées de 12 ans et plus

Nuvaxovid est administré par voie intramusculaire selon un schéma de vaccination en 2 doses de 0,5 ml chacune. Il est recommandé d’administrer la deuxième dose 3 semaines après la première dose, voir rubrique « Propriétés/Effets ».

Il n’existe aucune donnée disponible sur l’interchangeabilité de Nuvaxovid avec les autres vaccins contre la COVID-19 pour terminer le schéma de primo-vaccination. Les personnes qui ont reçu une première dose de Nuvaxovid doivent recevoir la deuxième dose de Nuvaxovid pour compléter leur schéma de vaccination.

 

Dose de rappel

Dose de rappel chez les personnes âgées de 18 ans et plus

Nuvaxovid (0,5 ml) peut être administré par voie intramusculaire en dose de rappel homologue environ 6 mois après la deuxième dose du schéma de primo-vaccination de Nuvaxovid chez les personnes âgées de 18 ans et plus.

De plus, il existe des données selon lesquelles Nuvaxovid peut être administré par voie intramusculaire en dose de rappel hétérologue à la suite d’un schéma de primo-vaccination réalisé avec d’autres vaccins contre la COVID-19 (voir « Propriétés/Effets »).

Patients âgés

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire chez les personnes âgées de ≥ 65 ans.

Enfants et adolescents

La sécurité et l’efficacité de Nuvaxovid chez les enfants âgés de moins de 12 ans n’ont pas encore été établies. Aucune donnée n’est disponible.

Mode d’administration

Nuvaxovid doit être exclusivement administré par injection intramusculaire, de préférence dans le muscle deltoïde du haut du bras. Ne pas injecter le vaccin par voie intravasculaire, sous-cutanée ou intradermique. Le vaccin ne doit pas être mélangé à d’autres vaccins ou produits médicamenteux dans la même seringue. Pour les précautions à prendre avant l’administration du vaccin, voir la rubrique « Mises en garde et précautions ». Pour les instructions concernant la manipulation et l’élimination du vaccin, voir la rubrique « Remarques particulières ».

Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique « Composition ».

Mises en garde et précautions

Traçabilité

Afin d’améliorer la traçabilité des médicaments biologiques, le nom et le numéro de lot du produit administré doivent être clairement enregistrés.

 

Hypersensibilité et anaphylaxie

Des cas d’anaphylaxie ont été signalés avec les vaccins contre la COVID-19, y compris avec Nuvaxovid. Il convient de toujours disposer d’un traitement médical approprié et de surveiller la personne vaccinée en cas de survenue d’une réaction anaphylactique suite à l’administration du vaccin.

Une surveillance étroite pendant au moins 15 minutes est recommandée après la vaccination. Une deuxième dose de vaccin ne doit pas être administrée aux personnes ayant présenté une anaphylaxie après la première dose de Nuvaxovid.

Myocardite et péricardite

De très rares cas de myocardite et de péricardite ont été rapportés à la suite de l’utilisation de Nuvaxovid.

Les professionnels de la santé doivent être attentifs aux signes et aux symptômes de myocardite et de péricardite. Les personnes vaccinées (y compris les parents ou les soignants) doivent être informés qu’il faut consulter immédiatement un médecin si des symptômes indiquant une myocardite ou une péricardite se manifestent, tels que douleurs (aigües et persistantes) dans la poitrine, essoufflement ou palpitations faisant suite à la vaccination. Les professionnels de la santé doivent suivre les recommandations et/ou consulter des spécialistes pour poser le diagnostic et traiter cette affection.

 

Réactions liées à l’anxiété

Des réactions liées à l’anxiété, notamment des réactions vasovagales (syncope), une hyperventilation ou des réactions liées au stress peuvent survenir en association à la vaccination, reflétant une réaction psychogène à l’injection via aiguille. Il est important que des précautions soient prises afin d’éviter toute blessure en cas d’évanouissement.

 

Affections concomitantes

La vaccination doit être reportée chez les personnes atteintes d’une affection fébrile aiguë sévère ou d’une infection aiguë. La présence d’une infection mineure et/ou d’une fièvre peu élevée ne doit pas retarder la vaccination.

 

Thrombocytopénie et troubles de la coagulation

Comme avec les autres injections intramusculaires, le vaccin doit être administré avec prudence chez les personnes recevant un traitement anticoagulant ou chez celles présentant une thrombocytopénie ou un autre trouble de la coagulation (tel que l’hémophilie), car un saignement ou une ecchymose peut survenir après une administration intramusculaire chez ces personnes.

 

Personnes immunodéprimées

L’efficacité, la sécurité d’emploi et l’immunogénicité du vaccin ont été évaluées chez un nombre limité de personnes immunodéprimées. L’efficacité de Nuvaxovid peut être réduite chez les personnes immunodéprimées.

 

Durée de la protection

La durée de la protection conférée par le vaccin n’est pas établie et est toujours en cours d’évaluation dans les essais cliniques en cours.

 

Limites de l’efficacité du vaccin

Les personnes pourraient ne pas être entièrement protégées jusqu’à 7 jours après l’administration de leur deuxième dose. Comme pour tout vaccin, il est possible que les personnes vaccinées par Nuvaxovid ne soient pas toutes protégées.

 

Autres précautions

Ce vaccin contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par dose, c’est à dire qu’il est essentiellement « sans sodium ».

Ce vaccin contient moins de 1 mmol de potassium(39 mg) par dose, c’est à dire qu’il est essentiellement « sans potassium ».

Interactions

L’administration concomitante de Nuvaxovid et de vaccins inactivés contre la grippe a été évaluée chez un nombre limité de participants dans une sous-étude d’essai clinique exploratoire, voir rubrique « Effets indésirables » et rubrique « Propriétés/Effets ».

La réponse en anticorps de liaison dirigés contre le SARS-CoV-2 était plus faible lorsque Nuvaxovid était administré concomitamment avec un vaccin inactivé contre la grippe. La signification clinique de cette observation n’est pas connue.

L’administration concomitante de Nuvaxovid et d’autres vaccins n’a pas été étudiée.

Grossesse, Allaitement

Grossesse

Il existe des données limitées sur l’utilisation de Nuvaxovid chez la femme enceinte. Les études effectuées chez l’animal n’ont pas mis en évidence d’effets délétères directs ou indirects sur la gestation, le développement embryo-fœtal, la mise-bas ou le développement postnatal, voir rubrique « Données précliniques ».

L’utilisation de Nuvaxovid chez la femme enceinte doit être envisagée seulement si les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques potentiels pour la mère et le fœtus.

Allaitement

On ne sait pas si Nuvaxovid est excrété dans le lait maternel.

Aucun effet chez les nouveaux-nés ou nourrissons allaités n’est attendu dans la mesure où l’exposition systémique à Nuvaxovid chez la femme qui allaite est négligeable.

Fertilité

Les études effectuées chez l’animal n’ont pas mis en évidence d’effets délétères directs ou indirects sur la toxicité de la reproduction, voir rubrique « Données précliniques ».

Effet sur l’aptitude à la conduite et l’utilisation de machines

Nuvaxovid n’a aucun effet ou un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Toutefois, certains des effets indiqués à la rubrique « Effets indésirables » peuvent temporairement altérer l’aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.

Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Participants âgés de 18 ans et plus - après la primo-vaccination en deux doses

La sécurité d’emploi de Nuvaxovid a été évaluée lors d’une analyse intermédiaire des données regroupées de 5 essais cliniques en cours menés en Australie, en Afrique du Sud, au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Mexique. Au moment de l’analyse, un total de 49 950 participants, âgés de 18 ans et plus avaient reçu au moins une dose du schéma de primo-vaccination en deux doses de Nuvaxovid (n = 30 058) ou de placebo (n = 19 892). Au moment de la vaccination, l’âge médian était de 48 ans (intervalle de 18 à 95 ans). La durée médiane de suivi était de 70 jours après la dose 2, 32993 (66 %) participants ont été suivis pendant plus de 2 mois après la dose 2.

Sur les données regroupées de réactogénicité, issues des participants âgés de 18 ans et plus inclus dans les deux études de phase 3 ayant reçu toute dose de Nuvaxovid (n = 20 055) ou de placebo (n = 10 561), les effets indésirables les plus fréquents étaient une sensibilité au site d’injection (75 %), une douleur au site d’injection (62 %), de la fatigue (53 %), des myalgies (51 %), des céphalées (50 %), un malaise (41 %), desarthralgies (24 %) et des nausées ou vomissements (15 %). Les effets indésirables étaient généralement de sévérité légère à modérée avec une durée médiane après la vaccination inférieure ou égale à 2 jours pour les événements locaux et inférieure ou égale à 1 jour pour les événements systémiques.

Globalement, l’incidence de certains effets indésirables était plus élevée chez les participants plus jeunes : l’incidence de la sensibilité au site d’injection, de la douleur au site d’injection, de la fatigue, de la myalgie, des céphalées, du malaise, de l’arthralgie et des nausées ou vomissements était plus élevée chez les adultes âgés de 18 à moins de 65 ans que chez ceux âgés de 65 ans et plus.

Les effets indésirables locaux et systémiques ont été rapportés plus fréquemment après la dose 2 qu’après la dose 1.

Des vaccins inactivés contre la grippe saisonnière homologués ont été coadministrés aux participants le même jour que la dose 1 de Nuvaxovid (n = 217) ou de placebo (n = 214), dans le muscle deltoïde du bras opposé, chez 431 participants inclus dans une sous-étude de phase 3 exploratoire (2019nCoV-302). La fréquence des effets indésirables locaux et systémiques dans la population de la sous-étude sur la grippe était plus élevée que dans la population de l’étude principale après la dose 1, chez les participants ayant reçu Nuvaxovid et chez ceux ayant reçu le placebo.

 

Adolescents âgés de 12 à 17 ans

La sécurité d’emploi de Nuvaxovid a été évaluée chez des adolescents dans le cadre d’une analyse intermédiaire de la partie d’expansion pédiatrique d’une étude de phase 3, multicentrique, randomisée, avec observateur en aveugle, contrôlée contre placebo, en cours (étude 2019nCoV-301). Les données sur la sécurité d’emploi ont été recueillies aux États-Unis chez 2232 participants âgés de 12 à 17 ans, avec ou sans signe d’infection antérieure par le SARS-CoV-2, ayant reçu au moins une dose de Nuvaxovid (n = 1487) ou de placebo (n = 745). Les données démographiques étaient similaires dans les deux groupes.

 

Les effets indésirables les plus fréquents étaient une sensibilité au site d’injection (71 %), une douleur au site d’injection (67 %), des céphalées (63 %), des myalgies (57 %), de la fatigue (54 %), un malaise (43 %), des nausées ou vomissements (23 %), des arthralgies (19 %) et de la pyrexie (17 %). Comparativement aux adultes, la fièvre a été observée plus fréquemment chez les adolescents de 12 à 17 ans, et a été avérée comme très fréquente après la deuxième dose chez les adolescents. Les effets indésirables étaient généralement de sévérité légère à modérée avec une durée médiane après la vaccination inférieure ou égale à 2 jours pour les événements locaux et inférieure ou égale à 1 jour pour les événements systémiques.

 

Liste des effets indésirables

Les effets indésirables sont rangés par classe de système d’organes de la classification MedDRA et par fréquence selon la convention suivante :

« très fréquents » (≥1/10), « fréquents » (≥1/100 à <1/10), « occasionnels » (≥1/1000 à <1/100), « rares » (≥1/10 000 à <1/1000), « très rares » (<1/10 000), « Fréquence inconnue » (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)


 

Tableau 1. Effets indésirables au cours des essais cliniques sur Nuvaxovid chez les personnes âgées de 12 ans et plus

Classe de systèmes d’organes du MedDRA

Très fréquents

(≥ 1/10)

Fréquents

(≥ 1/100,

< 1/10)

Occasionnels (≥ 1/1000,

< 1/100)

Fréquence inconnue (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

Affections hématologiques et du système lymphatique

 

 

Lymphadénopathie

 

Affections du système immunitaire

 

 

 

Anaphylaxief

Affections du système nerveux

Céphalées

 

 

Paresthésief

Hypoesthésief

Affections cardiaques

 

 

 

Myocarditef

Péricarditef

Affections vasculaires

 

 

Hypertensiond

 

Affections gastro-intestinales

Nausées ou vomissementsa

 

 

 

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

 

 

Éruption cutanée

Érythème

Prurit

Urticaire

 

Affections musculo-squelettiques et systémiques 

Myalgiea

Arthralgiea

 

 

 

Troubles généraux et anomalies au site d’administration 

Sensibilité au site d’injectiona

Douleur au site d’injectiona

Fatiguea

Malaisea,b

Rougeur au site d’injectiona,c

Gonflement au site d’injectiona

Pyrexiee

Frissons

Douleurs des extrémités

Prurit au site d’injection

 

 

a Ces effets ont été observés à une fréquence plus élevée après la deuxième dose.

b Ce terme comprenait également des effets rapportés de syndrome pseudo-grippal.

c Ce terme comprenait à la fois la rougeur au site d’injection et l’érythème au site d’injection (fréquent).

d L’hypertension n’a pas été rapportée chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans de l’étude clinique.

e Comparativement aux adultes, la pyrexie a été observée plus fréquemment chez les adolescents de 12 à 17 ans, et a été avérée comme très fréquente après la deuxième dose chez les adolescents.

f Effet indésirable identifié après l’autorisation

 

 

 

Description d’effets indésirables spécifiques et informations complémentaires

Dans l’ensemble des essais cliniques, une hypertension a été observée à une incidence accrue au cours des 3 jours suivant la vaccination avec Nuvaxovid (n = 46, 1,0 %) par rapport au placebo (n = 22, 0,6 %) chez les adultes âgés.

 

 

Participants âgés de 18 ans et plus après une dose de rappel homologue

La sécurité d’emploi et l’immunogénicité d’une dose de rappel de Nuvaxovid ont été évaluées dans une étude clinique en cours de phase 2, randomisée, contrôlée contre placebo, avec observateur en aveugle (étude 2019nCoV-101, partie 2), menée chez des participants âgés de 18 à 84 ans. Au total, 254 participants ont reçu deux doses de Nuvaxovid (0,5 ml, à 3 semaines d’intervalle) comme schéma de primo-vaccination. Un sous-groupe de 105 participants (ensemble d’analyse de la sécurité d’emploi) a été randomisé pour recevoir une dose de rappel de Nuvaxovid environ 6 mois après la dose 2 du schéma de primo-vaccination et ont reçu au moins 1 dose de vaccin à l’étude ; 104 des 105 participants ont reçu Nuvaxovid (ensemble d’analyse complet).

Des effets indésirables sollicités se sont produits à des fréquences plus élevées et à un grade supérieur suite à la dose de rappel par rapport à après le schéma de primo-vaccination en deux doses.

Les effets indésirables sollicités les plus fréquents étaient une sensibilité au site d’injection (81 %), une fatigue (63 %), une douleur au site d’injection (55 %), des myalgies (51 %), un malaise (47 %), des céphalées (46 %), des arthralgies (29 %) et de la pyrexie (17 %), avec une durée médiane de 1 à 3 jours après la vaccination.

L’immunogénicité et la sécurité d’emploi d’une dose de rappel de Nuvaxovid ont été évaluées dans une deuxième étude clinique en cours de phase 2a/b, randomisée, contrôlée contre placebo, avec observateur en aveugle, menée en Afrique du Sud (étude 2019nCoV-501), chez des participants en bonne santé négatifs pour le VIH, âgés de 18 à 84 ans (cohorte 1) et chez des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) médicalement stables âgées de 18 à 64 ans (cohorte 2). Au total, 1898 participants (ensemble d’analyse de la sécurité d’emploi) ont reçu une dose de rappel de Nuvaxovid environ 6 mois après avoir reçu la deuxième dose du schéma de primo-vaccination de deux doses. Les effets indésirables sollicités n’ont pas été recueillis après la dose de rappel.

 

Participants âgés de 18 ans et plus après une dose de rappel hétérologue

La sécurité d’emploi d’une troisième dose de Nuvaxovid chez les personnes ayant terminé la primo-vaccination effectuée avec un autre vaccin autorisé contre la COVID-19 (dose de rappel hétérologue) a été évaluée au cours d’une étude de phase 2 indépendante, randomisée, multicentrique, contrôlée, initiée par l’investigateur et menée au Royaume-Uni (ISRCTN 73765130). Une revue des effets indésirables survenus au cours des 28 jours suivant la dose de rappel par Nuvaxovid chez 229 participants n’a pas permis d’identifier de nouveaux problèmes de sécurité, par rapport aux effets indésirables rapportés à la suite des deux doses de Nuvaxovid administrées à titre de schéma de primo-vaccination.

 

L’annonce d’effets secondaires présumés après l’autorisation est d’une grande importance. Elle permet un suivi continu du rapport bénéfice-risque du médicament. Les professionnels de santé sont tenus de déclarer toute suspicion d’effet secondaire nouveau ou grave via le portail d’annonce en ligne ElViS (Electronic Vigilance System). Vous trouverez des informations à ce sujet sur www.swissmedic.ch.

Surdosage

Aucun cas de surdosage n’a été rapporté. En cas de surdosage, il est recommandé de contrôler les fonctions vitales et d’envisager un traitement symptomatique.

Propriétés/Effets

Code ATC

J07BX03

Mécanisme d’action

Nuvaxovid est composé de la protéine Spike (S) recombinante de SARS-CoV-2 purifiée de pleine longueur stabilisée dans la conformation de préfusion. L’ajout de l’adjuvant Matrix-M à base de saponine facilite l’activation des cellules du système immunitaire inné, ce qui améliore l’ampleur de la réponse immunitaire spécifique à la protéine S. Les deux composants du vaccin induisent des réponses immunitaires en lymphocytes B et T contre la protéine S, notamment des anticorps neutralisants pouvant contribuer à la protection contre la COVID-19.

Pharmacodynamique

Non applicable.

Efficacité clinique

L’efficacité clinique, la sécurité et l’immunogénicité de Nuvaxovid sont en cours d’évaluation dans deux études pivots de phase 3 contrôlées contre placebo, l’étude 1 (2019nCoV-301) menée en Amérique du Nord et l’étude 2 (2019nCoV-302) menée au Royaume-Uni et dans une étude de phase 2a/b, l’étude 3 conduite en Afrique du Sud.

 

Étude 1 (2019nCoV-301) – schéma de primo-vaccination en deux doses

L’étude 1 est une étude de phase 3, multicentrique, randomisée, avec observateur en aveugle, contrôlée contre placebo, en cours, avec une étude principale chez les adultes menée chez des participants âgés de 18 ans et plus aux États-Unis et au Mexique et une expansion pédiatrique réalisée chez des participants âgés de 12 à 17 ans aux États-Unis.

 

Participants âgés de 18 ans et plus

Lors de leur inclusion dans l’étude principale chez les adultes, les participants ont été stratifiés selon leur âge (18 à 64 ans ou ≥ 65 ans) et randomisés selon un ratio 2:1 afin de recevoir Nuvaxovid ou le placebo. L’étude a exclu les participants sévèrement immunodéprimés en raison de leur état clinique ; atteints d’un cancer traité par chimiothérapie ; ayant reçu un traitement chronique par immunosuppresseur, des immunoglobulines ou des produits dérivés du sang dans les 90 jours précédents ; les femmes enceintes ou qui allaitent et les participants ayant un antécédent de de COVID-19 biologiquement confirmé. Des participants présentant des comorbidités stables sur le plan clinique ont été inclus, de même que des participants présentant une infection par le VIH bien contrôlée.

L’inclusion des adultes s’est terminée en février 2021. Les participants sont suivis jusqu’à 24 mois après la deuxième dose afin d’évaluer la sécurité et l’efficacité contre la COVID-19. Après le recueil de données de sécurité suffisantes pour appuyer la demande d’autorisation d’utilisation en situation d’urgence, les premiers participants ayant reçu le placebo ont été invités à recevoir deux injections de Nuvaxovid à 21 jours d’intervalle et les premiers participants ayant reçu Nuvaxovid ont été invités à recevoir deux injections de placebo à 21 jours d’intervalle (« étude croisée en aveugle »). Tous les participants ont eu la possibilité de continuer à être suivis dans l’étude.

La population de l’analyse principale de l’efficacité (correspondant à la population d’analyse de l’efficacité selon le protocole [Per-Protocol Efficacy, PP-EFF]) comprenait 25 452 participants ayant reçu Nuvaxovid (n = 17 312) ou le placebo (n = 8140), à raison de deux doses (dose 1 le Jour 0 ; dose 2 le Jour 21, médiane 21 jours [IIQ : 21 - 23], extrême 14 - 60), n’ayant pas présenté de déviation majeure au protocole et n’ayant eu aucun signe d’infection par le SARS-CoV-2 jusqu’à 7 jours après la deuxième dose.

Les données démographiques à l’inclusion étaient équilibrées entre les participants ayant reçu Nuvaxovid et ceux ayant reçu le placebo. Dans la population d’analyse PP-EFF, chez les participants ayant reçu Nuvaxovid, l’âge médian était de 47 ans (extrême : 18 à 95 ans) ; 88 % (n = 15 264) étaient âgés de 18 à 64 ans et 12 % (n = 2048) étaient âgés de 65 ans et plus ; 48 % étaient des femmes ; 94 % vivaient aux États-Unis et 6 % au Mexique ; 76 % étaient Caucasiens, 11 % étaient Afro-américains, 6 % étaient des Indiens américains (comprenant les Amérindiens) ou autochtones d’Alaska et 4 % étaient asiatiques ; 22 % étaient hispaniques ou latino-américains. Au moins une comorbidité préexistante ou un facteur de risque lié au mode de vie associé à un risque accru de forme sévère de COVID-19 était présente chez 16 493 (95 %) participants. Les comorbidités comprenaient : obésité (définie par un indice de masse corporelle [IMC] ≥ 30 kg/m2) ; maladie pulmonaire chronique ; diabète de type 2, maladie cardiovasculaire ; maladie rénale chronique ; ou virus de l’immunodéficience humaine (VIH). Les autres facteurs de risque comprenaient un âge ≥ 65 ans (avec ou sans comorbidités) ou un âge < 65 ans associé à des comorbidités et/ou des conditions de vie ou de travail impliquant une exposition fréquente au SARS-CoV-2 ou à des zones densément peuplées.

Les cas de COVID-19 ont été confirmés par réaction en chaîne par polymérase (PCR) dans un laboratoire central. L’efficacité du vaccin est présentée dans le Tableau 2.

Tableau 2. Efficacité du vaccin contre la COVID-19 : cas confirmés par PCR survenus à partir de 7 jours après la deuxième dose1 – Population d’analyse PP-EFF ; étude 2019nCoV-301

Sous-groupe

Nuvaxovid

Placebo

% d’efficacité vaccinale

(IC à 95 %)

Partici-pants
N

Cas de COVID-19
n (%)2

Taux d’incidence par année pour 1000 per-sonnes2

Partici-pants

N

Cas de COVID-19

n (%)3

Taux d’incidence par année pour 1000 per-sonnes2

Critère d’évaluation principal de l’efficacité

Tous les participants

17 312

14 (0,1)

3,26

8140

63 (0,8)

34,01

90,4 %
(82,9 ; 94,6)
3,4

1 Efficacité du vaccin (EV) évaluée chez les participants n’ayant pas présenté de déviation majeure au protocole, séronégatifs (pour le SARS-CoV-2) à l’inclusion, sans infection en cours par le SARS-CoV-2 biologiquement confirmée dont les symptômes sont apparus jusqu’à 6 jours après la deuxième dose et ayant reçu le schéma vaccinal complet selon le protocole de l’étude

2 Taux moyen d’incidence de la maladie par an pour 1000 personnes.

3 D’après un modèle log-linéaire du taux d’incidence d’infection COVID-19 confirmée par PCR utilisant une régression de Poisson avec les strates de groupe de traitement et d’âge comme effets fixes et une variance d’erreur robuste, pour laquelle EV = 100 × (1 – risque relatif) (Zou 2004).

4 Critère d’évaluation principal de l’efficacité atteint pour la réussite avec une limite inférieure de l’intervalle de confiance (LIIC) > 30 % lors de l’analyse principale confirmatoire prévue.

 

L’efficacité du vaccin Nuvaxovid pour prévenir la survenue de la COVID-19 à partir de sept jours après la dose 2 était de 90,4 % (IC à 95 % : 82,9, 94,6). Aucun cas de forme sévère de la COVID-19 n’a été rapporté chez les 17 312 participants ayant reçu Nuvaxovid comparativement à 4 cas de forme sévère de la COVID-19 rapportés chez les 8140 participants ayant reçu le placebo dans la population d’analyse PP-EFF.

Des analyses par sous-groupes du critère d’évaluation principal de l’efficacité ont montré une efficacité vaccinale estimée similaire chez les participants de sexe masculin ou féminin, selon l’origine ethnique et chez les participants présentant des comorbidités associées à un risque élevé de COVID-19 sévère. Concernant l’efficacité vaccinale globale, aucune différence significative n’a été observée chez les participants qui présentaient un risque accru de forme sévère de COVID-19, notamment ceux ayant une ou plusieurs comorbidités augmentant le risque de forme sévère de COVID-19 (par ex., IMC ≥ 30 kg/m2, maladie pulmonaire chronique, diabète de type 2, maladie cardiovasculaire et maladie rénale chronique).

Les résultats d’efficacité sont basés sur une période d’inclusions qui a eu lieu au moment où les souches classées comme variants préoccupants ou variants d’intérêt circulaient principalement dans les deux pays (États-Unis et Mexique) où l’étude a été menée. Les données de séquençage étaient disponibles pour 61 des 77 cas du critère d’évaluation principal (79 %). Parmi ceux-ci, 48 sur 61 (79 %) ont été identifiés comme des variants préoccupants ou des variants d’intérêt. Les variants préoccupants les plus fréquemment identifiés étaient : Alpha avec 31/61 cas (51 %), Bêta (2/61 cas, 4 %) et Gamma (2/61 cas, 4 %), alors que les variants d’intérêt les plus fréquents étaient Iota avec 8/61 cas (13 %) et epsilon (3/61 cas, 5 %).

 

Efficacité chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans

L’efficacité et l’immunogénicité de Nuvaxovid chez les participants adolescents âgés de 12 à 17 ans ont été évaluées aux États-Unis dans la partie d’expansion descriptive pédiatrique de l’étude 2019nCoV-301 de phase 3, multicentrique, randomisée, avec observateur en aveugle, contrôlée contre placebo, en cours. Au total, 1799 participants affectés selon un ratio 2:1 pour recevoir deux doses de Nuvaxovid (n = 1205) ou de placebo (n = 594) par injection musculaire à 21 jours d’intervalle constituaient la population d’efficacité per protocole. Les participants avec une infection confirmée ou une infection antérieure par le SARS CoV-2 au moment de la randomisation n’étaient pas inclus dans l’analyse principale de l’efficacité. Les caractéristiques démographiques étaient similaires entre les participants ayant reçu NUVAXOVID et ceux ayant reçu le placebo.

 

La COVID-19 était définie comme un premier épisode de COVID-19 léger, modéré ou sévère confirmée par PCR avec au moins l’un des symptômes prédéfinis au sein de chaque catégorie de sévérité. La COVID-19 légère était définie par de la fièvre, une toux nouvellement apparue ou au moins 2 ou plus symptômes supplémentaires de COVID-19. Vingt cas de COVID-19 légers symptomatiques confirmés par PCR ont été observés (Nuvaxovid, n = 6 [0,5 %] ; placebo, n = 14 [2,4 %]), ce qui conduit à une estimation ponctuelle de l’efficacité de 79,5 % (IC à 95 % : 46,8 %, 92,1 %).

Au moment de cette analyse, le variant préoccupant Delta (lignées B.1.617.2 et AY) était le variant prédominant circulant aux États-Unis et représentait tous les cas pour lesquels les données de séquence étaient disponibles (11/20, 55 %).

 

Immunogénicité chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans

La réponse en anticorps neutralisant le SARS-CoV-2 14 jours après la dose 2 (Jour 35) a été analysée chez les participants adolescents séronégatifs pour la nucléoprotéine (NP) anti-SARS-CoV-2 et négatifs pour la PCR à l’inclusion. Les réponses en anticorps neutralisants ont été comparées avec celles observées chez les participants adultes séronégatifs et négatifs pour la PCR, âgés de 18 ans à 25 ans, dans l’étude principale chez les adultes (population d’immunogénicité per protocole [Per Protocol Immunogenicity, PP-IMM]), comme indiqué dans le Tableau 3. La non-infériorité exigeait que soient satisfaits les trois critères suivants : limite inférieure de l’IC bilatéral à 95 % pour le ratio de moyenne géométrique des titres (geometric mean titers, GMT) (GMT de 12 à 17 ans/GMT de 18 à 25 ans) > 0,67 ; estimation ponctuelle du ratio de GMT ≥ 0,82 ; et la limite inférieure de l’IC bilatéral à 95 % pour la différence des taux de séroconversion (seroconversion rates, SCR) (SCR de 12 à 17 ans moins SCR de 18 à 25 ans) > -10 %.

 

Tableau 3. Ratio ajusté de moyenne géométrique des titres d’anticorps neutralisants pour le virus SARS-CoV-2 S de type sauvage déterminés par un test de microneutralisation au Jour 35, globalement et par tranche d’âge (population d’analyse PP-IMM)

 

Test

 

 

Point temporel

Expansion pédiatrique (12 à 17 ans)

N = 390

Étude principale chez les adultes (18 à 25 ans)

N = 416

12 à 17 ans
versus
18 à 25 ans

 

 

GMT
IC à 95 %2

GMT
IC à 95 %2

GMR
IC à 95 %2

Microneutralisation
(1/dilution)

Jour 35 (14 jours après la dose 2)

3 859,6
(3 422,8 ; 4 352,1)

2 633,6
(2 388,6 ; 2 903,6)

1,46
(1,25 ; 1,71)3

Abréviations : ANCOVA = analyse de covariance ; IC = intervalle de confiance ; GMR = ratio de GMT, défini comme le ratio de 2 GMT pour la comparaison de deux cohortes d’âge ; GMT = moyenne géométrique des titres ; LIdQ = limite inférieure de quantification ; MN = microneutralisation ; N = nombre de participants dans l’ensemble d’analyse PP-IMM spécifique au test dans chaque partie de l’étude avec une réponse non manquante à chaque visite ; PP-IMM = immunogénicité per protocole ; SARS-CoV-2 = coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère.

1 Le tableau inclut uniquement les participants dans le groupe de vaccin actif.

2 Une ANCOVA avec la cohorte d’âge comme effet principal et les anticorps neutralisants du test MN à l’inclusion comme covariable a été réalisée pour estimer le GMR. Les valeurs de réponse individuelle enregistrées comme étant inférieures à la LIdQ ont été définies à la moitié de la LIdQ.

3 Représente les populations (n1, n2) définies comme suit :

n1 = nombre de participants dans l’étude principale chez l’adulte (18 à 25 ans) avec un résultat des anticorps neutralisants non manquant

n2 = nombre de participants dans l’expansion pédiatrique (12 à 17 ans) avec un résultat des anticorps neutralisants non manquant

 

Étude 2 (2019nCoV-302) – schéma de primo-vaccination en deux doses

L’étude 2 est une étude de phase 3, multicentrique, randomisée, avec observateur en aveugle, contrôlée contre placebo, en cours, menée chez des participants âgés de 18 à 84 ans au Royaume-Uni. Lors de l’inclusion, les participants ont été stratifiés selon leur âge (18 à 64 ans ou 65 à 84 ans) et ont été randomisés afin de recevoir Nuvaxovid ou le placebo. L’étude a exclu les participants sévèrement immunodéprimés en raison de leur état clinique; atteints d’un cancer traité par chimiothérapie ; ayant une maladie auto-immune ; ayant reçu un traitement chronique immunosuppresseur, des immunoglobulines ou des produits dérivés du sang dans les 90 jours précédents ; présentant un trouble de la coagulation ou sous anticoagulants; ayant des antécédents de réaction allergique et/ou d’anaphylaxie ; les femmes enceintes ; ou les participants ayant un antécédent de diagnostic de COVID-19 biologiquement confirmé. Des participants présentant une maladie stable sur le plan clinique, définie comme une maladie ne nécessitant pas de changement significatif de traitement ou une hospitalisation en raison de l’aggravation de la maladie au cours des 4 semaines précédant l’inclusion ont été inclus. Les participants présentant une infection connue stable par le VIH, le virus de l’hépatite C (VHC) ou le virus de l’hépatite B (VHB) n’étaient pas exclus de l’inclusion.

L’inclusion s’est achevée en novembre 2020. Les participants sont suivis jusqu’à 12 mois après le schéma de primovaccination afin d’évaluer la sécurité et l’efficacité contre la COVID-19.

La population de l’analyse principale de l’efficacité (PP-EFF) comprenait 14 039 participants ayant reçu Nuvaxovid (n = 7020) ou le placebo (n = 7019), à raison de deux doses (dose 1 le Jour 0 ; dose 2 après une médiane de 21 jours [IIQ : 21 - 23], extrême 16 - 45), n’ayant pas présenté de déviation majeure au protocole et n’ayant eu aucun signe d’infection par le SARS-CoV-2 jusqu’à 7 jours après la deuxième dose.

Les données démographiques à l’inclusion étaient équilibrées entre les participants ayant reçu Nuvaxovid et ceux ayant reçu le placebo. Dans la population d’analyse PP-EFF, chez les participants ayant reçu Nuvaxovid, l’âge médian était de 56,0 ans (extrême : 18 à 84 ans) ; 72 % (n = 5067) étaient âgés de 18 à 64 ans et 28 % (n = 1953) étaient âgés de 65 à 84 ans ; 49 % étaient des femmes ; 94 % étaient Caucasiens, 3 % étaient asiatiques, 1 % avaient plusieurs origines ethniques, < 1 % étaient Afro-américains et < 1 % étaient hispaniques ou latino-américains ; 45 % présentaient au moins une comorbidité.

Tableau 3. Analyse de l’efficacité vaccinale contre la COVID-19 : cas confirmés par PCR survenus à partir de 7 jours après la deuxième dose – (population PP-EFF) : étude 2 (2019nCoV-302)

Sous-groupe

Nuvaxovid

Placebo

% d’efficacité vaccinale

(IC à 95 %)

Partici-pants
N

Cas de COVID-19
n (%)

Taux d’incidence par année pour 1000 per-sonnes1

Partici-pants
N

Cas de COVID-19
n (%)

Taux d’incidence par année pour 1000 per-sonnes1

Critère d’évaluation principal de l’efficacité

Tous les participants

7020

10 (0,1)

6,53

7019

96 (1,4)

63,43

89,7 %
(80,2 ; 94,6)
2,3

Analyses par sous-groupe du critère d’évaluation principal de l’efficacité

Âge de 18 à 64 ans

5067

9 (0,2)

12,30

5062

87 (1,7)

120,22

89,8 %
(79,7 ; 94,9) 2

Âge de 65 à 84 ans

1953

1 (0,10)2

---

1957

9 (0,9)2

---

88,9 %
(20,2 ; 99,7) 4

1 Taux moyen d’incidence de la maladie par an pour 1000 personnes.

2 D’après un modèle log-linéaire de survenue utilisant une régression de Poisson modifiée avec une fonction de lien logarithmique, avec le groupe de traitement et la strate (tranche d’âge et région regroupée) comme effets fixes et variance d’erreur robuste [Zou 2004].

3 Critère d’évaluation principal de l’efficacité atteint pour la réussite avec une limite inférieure de l’intervalle de confiance (LIIC) > 30 %, l’efficacité a été confirmée lors de l’analyse intermédiaire.

4 Basé sur le modèle de Clopper-Pearson (en raison du faible nombre d’événements), les IC à 95 % ont été calculés par la méthode binomiale exacte de Clopper-Pearson ajustée selon la durée totale de surveillance.

 

Ces résultats sont basés sur une période d’inclusions qui a eu lieu au moment où le variant B.1.1.7 (Alpha) circulait au Royaume-Uni. L’identification du variant alpha était basée sur l’échec de la cible du gène S par PCR. Les données étaient disponibles pour 95 des 106 cas du critère d’évaluation principal (90 %). Parmi ceux-ci, 66/95 cas (69 %) ont été identifiés comme étant dus au variant Alpha, et les autres cas étaient classés en non-Alpha.

Aucun cas de forme sévère de la COVID-19 n’a été rapporté chez les 7020 participants ayant reçu Nuvaxovid par rapport à 5 cas de formes sévères de la COVID-19 rapportés chez les 7019 participants ayant reçu le placebo dans la population d’analyse PP-EFF.

Sous-étude d’administration concomitante d’un vaccin homologué contre la grippe saisonnière

Dans l’étude, 431 participants ont été vaccinés concomitamment par des vaccins inactivés contre la grippe saisonnière ; 217 participants à cette sous-étude ont reçu Nuvaxovid et 214 ont reçu le placebo. Les données démographiques à l’inclusion étaient équilibrées entre les participants ayant reçu Nuvaxovid et ceux ayant reçu le placebo. Dans la population d’analyse de l’immunogénicité selon le protocole (per-protocol immunogenicity, PP-IMM), chez les participants ayant reçu Nuvaxovid (n = 191), l’âge médian était de 40 ans (intervalle : 22 à 70 ans) ; 93 % (n = 178) étaient âgés de 18 à 64 ans et 7 % (n = 13) étaient âgés de 65 à 84 ans ; 43 % étaient des femmes ; 75 % étaient Caucasiens, 23 % avaient plusieurs origines ethniques ou étaient issus de minorités ethniques ; et 27 % présentaient au moins un comorbidité. La coadministration n’a pas entraîné de changement de réponse immunitaire du vaccin contre la grippe, mesurée par un test d’inhibition de l’hémagglutination (IHA). Une réduction de 30 % de la réponse anticorps de Nuvaxovid a été observée, telle que mesurée par un dosage des IgG anti-protéine Spike, avec des taux de séroconversion similaires à ceux des participants qui n’avaient pas reçu concomitamment le vaccin contre la grippe (voir rubrique « Interactions » et rubrique « Effets indésirables »).

 

Étude 3 (2019nCoV-501) – schéma de primo-vaccination en deux doses

L’étude 3 est une étude de phase 2a/b, multicentrique, randomisée, avec observateur en aveugle, contrôlée contre placebo, en cours, menée chez des participants séronégatifs pour le VIH, âgés de 18 à 84 ans et chez des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) âgées de 18 à 64 ans en Afrique du Sud. Les PVVIH étaient stables sur le plan clinique (sans infections opportunistes), recevaient un traitement antirétroviral hautement actif et stable et présentaient une charge virale du VIH-1 < 1000 copies/ ml.

L’inclusion s’est achevée en novembre 2020.

La population de l’analyse principale de l’efficacité (PP-EFF) comprenait 2770 participants ayant reçu Nuvaxovid (n = 1408) ou le placebo (n = 1362), à raison de deux doses (dose 1 le Jour 0 ; dose 2 le Jour 21), n’ayant pas de déviation majeure au protocole et n’ayant aucun signe d’infection par le SARS-CoV-2 jusqu’à 7 jours après la deuxième dose.

Les données démographiques à l’inclusion étaient équilibrées entre les participants ayant reçu Nuvaxovid et ceux ayant reçu le placebo. Dans la population d’analyse PP-EFF, chez les participants ayant reçu Nuvaxovid, l’âge médian était de 28 ans (extrême : 18 à 84 ans) ; 40 % étaient des femmes ; 91 % étaient Afro-américains, 2 % étaient Caucasiens, 3 % avaient plusieurs origines ethniques, 1 % étaient asiatiques et 2 % étaient hispaniques ou latino-américains ; et 5,5 % étaient séropositifs pour le VIH.

Au total, l’analyse complète du critère d’évaluation principal de l’efficacité regroupait 147 cas de COVID-19 aux symptômes légers, modérés ou sévères, parmi tous les participants adultes, séronégatifs (pour le SARS-CoV-2) à l’inclusion (population d’analyse PP-EFF), dont 51 cas (3,62 %) avaient reçu Nuvaxovid et 96 cas (7,05 %) avaient reçu le placebo. Cette analyse a montré une efficacité du vaccin Nuvaxovid de 48,6 % (IC à 95 % : 28,4 ; 63,1).

Ces résultats sont basés sur une période d’inclusions qui a eu lieu au moment où le variant B.1.351 (bêta) circulait en Afrique du Sud.

 

Immunogénicité après la dose de rappel chez des participants âgés de 18 ans et plus

La sécurité et l’immunogénicité d’une dose de rappel homologue de Nuvaxovid ont été évaluées dans une étude de phase 2, randomisée, avec observateur en aveugle, contrôlée contre placebo, qui est en cours. Une dose de rappel homologue unique Nuvaxovid a été administrée chez des participants adultes en bonne santé, âgés de 18 à 84 ans, séronégatifs pour le SARS-CoV-2 à l’inclusion (étude 2019nCoV-101, partie 2).

Au total, 254 patients (ensemble d’analyse complet) ont reçu un schéma de primo-vaccination comprenant deux doses de Nuvaxovid (0,5 ml, 5 microgrammes à 3 semaines d’intervalle). Un sous-groupe de 104 participants a reçu une dose de rappel de Nuvaxovid environ 6 mois après la dose 2 du schéma de primo-vaccination.

 

Une dose unique de rappel de Nuvaxovid a induit une multiplication par environ 34 de la réponse immunitaire contre la souche de Wuhan (ancestrale) 28 jours après l’administration de la dose (Jour 217), avec un taux sérique d’IgG anti-spike (moyenne géométrique, GMEU) de 204 367 EU par rapport à une GMEU de 6064 EU avant le rappel (Jour 189), et une multiplication par environ 4,7 du pic de GMEU (43 905 EU) 14 jours après la dose 2 du schéma de primo-vaccination.

Une dose unique de rappel de Nuvaxovid a induit une multiplication par environ 96 des anticorps neutralisants, passant d’une moyenne géométrique des titres (geometric mean titers, GMT) de 63 avant le rappel (Jour 189) à une GMT de 6023 après le rappel (Jour 217), et une multiplication par environ 4,1 du pic de GMT à 1470 (14 jours après la dose 2).

Un test adapté à la finalité recherchée, mais non validé, ayant comparé les GMT observées lors de la microneutralisation (MN99) pour le virus de type sauvage (n = 32) deux semaines après la primo-vaccination et quatre semaines après le rappel, a révélé une multiplication respectivement par 15,4, 14,0 et 3,5 pour les variants dits Ancestral, Delta et Omicron (B.1.1.529).

Dans l’étude 3, étude en cours de phase 2a/b, randomisée, avec observateur en aveugle, contrôlée contre placebo, la sécurité et l’immunogénicité d’une dose de rappel ont été évaluées chez des participants adultes non infectés par le VIH, en bonne santé, âgés de 18 à 84 ans et chez des PVVIH stables sur le plan médical, âgées de 18 à 64 ans, séronégatives pour le SARS-CoV-2 à l’inclusion. Au total, 1173 participants (ensemble d’analyse PP-IMM) ont reçu une dose de rappel de Nuvaxovid environ 6 mois après la fin du schéma de primo-vaccination par Nuvaxovid (Jour 201).

On a observé une multiplication par environ 31 de la GMT des IgG sériques au Jour 236 (111 066 EU) par rapport à la GMT pré-rappel au Jour 201 (3632 EU). Une multiplication par environ 3,6 du pic de GMT (30 756 EU) a été observée au Jour 35 après la fin du schéma de primo-vaccination.

Une multiplication par environ 52 des anticorps neutralisants, passant d’une GMT de 69 avant le rappel (Jour 201) à une GMT de 3600 après le rappel (Jour 236), et une multiplication par environ 5,2 du pic de GMT à 694 (14 jours après la dose 2) ont été observées.

Sur la base des données publiées d’un essai de phase 2 institutionnel, indépendant, multicentrique, randomisé, contrôlé (CoV-BOOST, ISRCTN 73765130), on a étudié la sécurité et l’immunogénicité de sept vaccins contre la COVID-19 administrés en troisième dose (rappel hétérologue) après la fin du schéma de primo-vaccination par un autre vaccin contre la COVID-19 autorisé au Royaume-Uni. Chez des adultes âgés de 30 ans et plus, sans antécédents d’infection par le SARS-CoV-2 biologiquement confirmée, Nuvaxovid a été administré au moins 70 jours après la fin d’un schéma de primo-vaccination par ChAdOx1 nCoV-19 (Oxford-AstraZeneca) ou au moins 84 jours après la fin d’un schéma de primo-vaccination par BNT162b2 (Pfizer-BioNtech).

Les titres d’anticorps neutralisants contre le virus de type sauvage et les anticorps IgG contre la protéine Spike de type sauvage ont été évalués avant la dose de rappel et 28 jours après la dose de rappel. Dans le groupe ayant reçu une dose unique de rappel Nuvaxovid (0,5 ml), 115 participants avaient reçu un schéma de primo-vaccination en deux doses par ChAdOx1 nCoV-19 et 114 participants avaient reçu un schéma de primo-vaccination en deux doses par BNT162b2. Nuvaxovid a démontré une réponse mémoire, quel que soit le vaccin utilisé pour la primo-vaccination. On note que l’augmentation progressive des concentrations d’anticorps était moins importante après une troisième dose (de rappel) effectuée avec NUVAXOVID qu’avec des vaccins à ARNm.

Patients âgés

Nuvaxovid a été évalué chez des individus âgés de 18 ans et plus. L’efficacité de Nuvaxovid chez les sujets âgés (≥ 65 ans) était en cohérence avec celle observée chez les sujets adultes plus jeunes (18 à 64 ans).

Pédiatrie

L’Agence européenne des médicaments a différé l’obligation de soumettre les résultats d’études réalisées avec Nuvaxovid dans un ou plusieurs sous-groupes de la population pédiatrique en prévention de la COVID-19, voir rubrique « Posologie/Mode d’emploi » pour les informations concernant l’usage pédiatrique.

Autorisation à durée limitée

En raison de données cliniques incomplètes au moment de l’examen de la demande d’autorisation de

mise sur le marché, le médicament Nuvaxovid est autorisé pour une durée limitée (art. 9a LPTh). L’autorisation à durée limitée est impérativement liée à la satisfaction de charges en temps

opportun. Une fois ces charges satisfaites, l’autorisation à durée limitée pourra être transformée en

autorisation ordinaire.

Pharmacocinétique

Absorption

Non applicable.

Distribution

Non applicable.

Métabolisme

Non applicable.

Élimination

Non applicable.

Données précliniques

Les données non-cliniques issues des études conventionnelles de toxicologie en administration répétée, de tolérance locale et de toxicologie sur la reproduction et le développement n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

Génotoxicité

Des études de génotoxicité in vitro ont été menées avec l’adjuvant Matrix-M. Il a été démontré que l’adjuvant est non génotoxique.

Carcinogénicité

Aucune étude de carcinogénicité n’a été réalisée. Aucune carcinogénicité n’est anticipée.

Toxicité sur la reproduction

Une étude de toxicologie sur le développement et la reproduction a été menée chez des rats femelles ayant reçu quatre doses intramusculaires (deux avant l’accouplement ; deux au cours de la gestation) de 5 microgrammes de protéine S recombinante de SARS-CoV-2 (environ 200 fois plus que la dose humaine de 5 microgrammes sur une base ajustée selon le poids) avec 10 microgrammes d’adjuvant Matrix-M (environ 40 fois plus que la dose humaine de 50 microgrammes sur une base ajustée selon le poids). Aucun effet indésirable lié au vaccin n’a été observé sur la fertilité, la grossesse, l’allaitement ou le développement de l’embryon ou du fœtus et de la progéniture jusqu’au Jour 21 post-natal.

Remarques particulières

Incompatibilités

Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments ni dilué.

Stabilité

Flacon non ouvert

2 °C et 8 °C, à l’abri de la lumière.

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur l’emballage.

Flacon entamé

La stabilité chimique et physique en cours d’utilisation a été démontrée pendant 6 heures entre 2 °C et 25 °C à compter du premier prélèvement à l’aide d’une aiguille jusqu’à l’administration.

D’un point de vue microbiologique, le vaccin doit être utilisé immédiatement après la première ouverture (premier prélèvement à l’aide d’une aiguille). S’il n’est pas utilisé immédiatement, les durées et conditions de conservation en cours d’utilisation relèvent de la responsabilité de l’utilisateur.

Remarques particulières concernant le stockage

Conserver au réfrigérateur (2-8 °C). Ne pas congeler.

Conserver le récipient dans son carton pour le protéger de la lumière.

Conserver hors de portée des enfants.

Remarques concernant la manipulation

Ce vaccin doit être manipulé par un professionnel de la santé en respectant les règles d’asepsie afin d’assurer la stérilité de chaque dose.

 

Préparation à l’utilisation:

·Le vaccin est fourni prêt à l’emploi.

·Le vaccin non ouvert doit être conservé entre 2 °C et 8 °C et maintenu dans l’emballage extérieur à l’abri de la lumière.

·Juste avant utilisation, sortez le flacon de vaccin de son emballage du réfrigérateur.

·Notez la date et l’heure de l’expiration sur l’étiquette de flacon. Utilisez dans les 6 heures suivant la première ponction.

Inspection du flacon:

·Faites doucement tournoyer le flacon multidose avant et entre chaque retrait de dose. Ne secouez pas.

·Chaque flacon multidose contient une dispersion incolore à légèrement jaune, limpide à légèrement opalescente sans aucune particule visible.

·Inspectez visuellement le contenu du flacon pour vérifier l’absence de particules visibles et/ou de changement de couleur avant l’administration. N’administrez pas le vaccin en présence de ces signes.

 

Administration du vaccin:

·Le flacon contient un volume excédentaire afin de s’assurer qu’un maximum de dix (10) doses de 0,5 ml chacune puisse être prélevé.

·Chaque dose de 0,5 ml est prélevée à l’aide d’une aiguille et d’une seringue stériles et est administrée par injection intramusculaire, de préférence dans le deltoïde en haut du bras.

·Ne mélangez pas le vaccin avec d’autres vaccins ou médicaments dans la même seringue.

·Ne regroupez pas les résidus de vaccin provenant de plusieurs flacons.

 

Conservation après le premier prélèvement à l’aide d’une aiguille:

·Nuvaxovid ne contient pas de conservateur. Conservez le flacon ouvert entre 2 °C et 25 °C pendant un maximum de 6 heures après la première ponction, voir rubrique « Stabilité ».

 

Élimination :

Jetez ce vaccin s’il n’est pas utilisé dans les 6 heures suivant la première ponction du flacon, voir rubrique « Stabilité ».

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Numéro d’autorisation

68473 (Swissmedic)

Présentation

Chaque flacon contient 10 doses de 0,5 ml

Présentation : 10 flacons multidoses [B].

Titulaire de l’autorisation

Future Health Pharma GmbH, 8620 Wetzikon ZH

Fabricant

Novavax CZ a.s., Bohumil 138, Jevany, 28163, Tchéquie

Mise à jour de l’information

Août 2022